Mon 1er disque !

Avis sur Bad

Avatar jan-gers
Critique publiée par le

Mon point commun avec Matt pokora, c'est que "Bad" est aussi le 1er disque de ma vie que j'ai écouté.
Mais j'ai été du genre à l'écouté religieusement, alors que je devais avoir 6 ou 7 ans.

Michael m'a permis de devenir accro à cette album ,ensuite à plusieurs de ses disque , et encore ensuite de devenir un grand passionné de musique .
C'était vraiment une porte d'entré idéal pour rentrer dans cette passion qu'est la zik, et de se faire par la suite, une culture musicale de bonne tenue.Ce n'est pas rien, vraiment !

Si on se penche dans le contexte de l'époque, "bad" était archi attendu par la presse et les fans.
Tu m'étonne !!!
5 ans d'attente (même si il y a eu après thriller , entre temps, l'épisode "victory" avec les frangins "jacksons" et le titre "we are the world" ) et surtout surtout de proposer enfin un autre disque qui succèderait au missile atomique qu'est "thriller".

Oublions donc un peu les ventes (on en à rien à foutre des record de ventes franchement, moi j'ai une approche romantique de la musique, non encyclopédique ), et penchons nous sur la musique.

Après "thriller", Michael l'avait annoncé (si on lit la presse à l'époque) : "bad" sera un album différent de "thriller".
Et il nous avait pas menti.

Globalement plus rythmique, plus dynamique, Michael fait toujours cette musique "pop" qui puise dans le funk-soul, le r'nB , le soft rock mais privilégie des tempo plus enlevés et accentue sa facette plus rock !
Il à compris que des titres comme "thriller" ou "beat it", ça avait calmé tout le monde et qu'il fallait nous en redonner un peu.

Et puis, merde , c'était pas le moment de se ramollir.
Quand on voit comment les vieux dinosaure du rock, de la pop, ou de la soul-funk trainait la patte à cette époque et s'engluait dans la musique archi lisse (David Bowie, Stevie Wonder, Lionel Ritchie, Genesis, earth wind and fire ...).
Il fallait aller séduire aussi une jeunesse avide de musique plus percutante.
Pour rappel il y avait prince à l'époque , Billy Idol mais aussi le hard rock et le hip hop old school qui arrachait tout.

Sinon, Bad, c'est aussi un des albums de Mike qui sent le plus les années 80, on est en 1987 et "bad" est bourré de synthétiseurs en veut tu en voila et de boites à rythmes .
Mais paradoxalement, rare sont les passages ou les sonorités paraissent réellement daté ou encore moins pauvre.

Pourquoi ? Parce que la production est toujours très travaillé avec Quincy au manette et "bad" dégage un "son" unique, personnel, produit d'un travail studio minutieux avec plein de trouvaille qui fait qu'on ne retrouve pas franchement ce "son" dans les autres albums de l’époque ...ou d'une manière générale, dans tous les albums que j'ai pu entendre à ce jour.
On est clair ?lol

L'album s'ouvre sur le titre "bad", efficace et ciselé comme pas possible avec le solo d'orgue remarquable de maitre Quincy au milieu du morceau.
On sent que ça défonce sec et qu'on veut nous faire abdiquer dès le début! Que "bad " sera un grand disque.
En tout cas, ça commence bien avec ce titre classe, facilement assimilable, et au sonorité séduisante et punchy.

La tension ne retombera pas...

On continue avec un "the way you make me feel" introduit par une petite intro de grand luxe, un titre qui conserve des bases encore plus funk que le précédent, cuivres à l’appuie.
Un des titres très travaillé du disque mais quasi tout aussi immédiat.
Encore un grand moment.

Plus direct, "speed demon" n'en demeure pas moins un mauvais titre.
Au contraire, il y a quelque chose de spécial dans ce titre
Toujours des cuivres pour enrobé et apporter de la chaleur à ce titre plutôt carré que Michael chante à tambour battant.Il y a des relents indéniablement rock dans ce titre, pas forcément apprécié par beaucoup.
Moi, au contraire, je l'adore.

Sur ces trois titres là, on sent un Mike en pleine mutation.D'ailleurs même son chant est plus haché, plus véloce.

"liberian girl" qui s'enchaine sans interruption avec le titre précédent "speed demon", contraste fortement avec le début du disque.
Une ballade pleine de groove, une mélodie jolie comme tout, avec un jeu de percu tout en finesse qui enrobe le tout.
Michael jackson sait toujours chanter de façon sensuel et cette jolie ballade, chaleureuse, soft et un poil jazzy, est excellente.On pense un peu à du Sade pour le genre ...

Ensuite, Michael Jackson appelle maitre stevie pour "just good friends".
Si le titre n'est peut être pas un chef d’œuvre atomique (on en attend peut être toujours trop d'une association entre deux géants comme ça ), le titre n'a rien honteux, au contraire.C'est du très bon !
Un titre entrainent avec un refrain bien trouvé , il y a de jolie échange et d'harmonie vocale et le boulot au synthé de maitre Stevie est à la hauteur (qui en aurait douté ?) avec un bon petit solo.
Pour le style on est dans un pur mélange pop-funk de cette époque.

Petit carton jaune (relatif) à " just another part of me".
Un titre un peu plus répétitif et facile que les autres même si il reste pourtant agréable.
Mais avec le temps, on le trouve un peu plus fade quoi...
Peut être (pour ceux qui ont connu le vinyl) que Michael voulait les faire patienter un peu avant de leur donner le caviar

Car tout ce qui arrive âpres est du très lourd.

"Man in the mirror", est une pièce d’orfèvrerie qui oscillent entre le pop, le soft rock et le gospel .
Que ce soit les lignes de chant, le couplet, le refrain, les mélodies, tout semble en béton sur ce titre très riche, qui au fur et à mesure qu'il progresse, gagne en intensité grâce à un début de morceaux calme qui évolue petit à petit vers quelque chose de plus rythmé.

Michael y est en très grande forme et multiplie les prouesses vocales au fur et à mesure que le morceau progresse.
On note aussi de jolie "chœurs" par endroits qui accentue le potentiel du titre.
Un très grand morceau qui préfigurera les "will you be there" ou autre "keep the faith" même si celui ci restera son meilleur pour ma part dans le genre.

Et encore une merveille pour "i just can't stop loving you".
Le deuxième morceau du genre ballade soft pour "bad" .Si la compo en question tape dans le mièvre, la mélodie coule vraiment bien. Siedah Garrett vient taper le duo et quand on sait qu'elle est resté plutôt inconnu, y'a de quoi se poser la question : mais pourquoi ?
Un duo vraiment intéressent, avec à la base un jolie accapella vocal de Michael en intro mais qui à été amputé dans les nouveau cd remasters bidon ...

On touche bientôt à la fin du disque et Jackson sort de l'atomique pour la fin de l'album
"Dirty Diana" , titre plutôt carré et qui lorgne vers le hard rock.

Le chant hargneux de Jackson fonctionne bien tout comme Steve Stevens à la guitare , guitariste de Billy Idol à cette époque, avec son jeu de guitare mitraillette et supersonique qui aime à glisser toutes sortes d'effets.
Qui aurait pu faire mieux que lui sur ce titre ?
D’ailleurs je trouve qu'il y a quelques relent de Billy idol sur ce titre.
(N'oublions pas que Billy Idol, à la même époque combinait son punk rock hard rock à une musique plus pop voir funky et je suis persuadé que Michael à pensé à lui à la conception de ce morceau ).

Il manquait peut être un titre ovni façon "billie jean" ou "thriller", le truc un peu inclassable qui fera abdiquer tout le monde.
Le voila ! avec "smooth criminal".
Le dernier titre de l'album et peut être le meilleur (même si ...man in the mirror !même si quasiment tout le reste de l'album).

"Smooth criminal" fait partie de ceux là.
Un titre de génie, du jamais entendu, avec du rythme au maximum et un groove hallucinent.
il y a également les lignes de chant qui sont délirantes à chaque instant , la petite intro au début qui veut te mettre le frisson...
C'est le genre de morceau qui te fait automatiquement remettre "play" .Une partition vraiment magique !funk ?rock?pop ?dance ?on ne sais pas on ne sait plus.

Michael prouve qu’après thriller, il avait d’autre surprise.
Bad est franchement un disque homogène qualitativement et impressionnent

Sinon il y a aussi "leave me alone", sympa, un chouia plus anecdotique mais bon c'est un bonus et des bonus comme ça , moi, je suis plus que preneur.

Pour info, je ne sais pas si c'est une anecdote véridique mais Michael voulait pour cette album sortir un triple albums !! mais Quincy aurait, sans négociation possible, refusé.
Cela aurait en tout cas été intéressent de voir le résultat : quand on voit la qualité des titres comme "cheater" ou "streetwalker" écarté de l'album (disponible depuis en bonus sur l'album ou autres compils).
Mais enfin, il faudra se contenter de ce disque concis et sans fausse notes, ce qui est pas mal.

Non, pour conclure, avec ce disque, Michael à fait du lourd.
Pour certains mélomane comme Cyril Hanouna, c'est pas un très bon disque
Pour moi , c'est le 3èm et dernier disque ultime du king avec Maitre Quincy.

PS : De la musique de ce niveau là, c'est quand vous voulez (mais je crois que je peux toujours attendre) !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 354 fois
1 apprécie

jan-gers a ajouté cet album à 1 liste Bad

Autres actions de jan-gers Bad