Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Un petit bonbon pop sucré à déguster avec gourmandise

Avis sur Cannibale

Avatar Paul_Gaspar
Critique publiée par le

À l'occasion de la sortie d'"Hirundo", le nouvel album de Dominique Dalcan, j'ai eu le plaisir de me replonger dans les premiers opus de la riche discographie du chanteur parisien, qui s'étend sur maintenant près de 25 ans. Sorti en 1994, "Cannibale" navigue dans un univers éléctro-pop et fait figure d'ovni musical dans une époque où la chanson française est en pleine mutation.

Ce qui ressort de "Cannibale" est l'impressionnante richesse des morceaux qui jouissent d'une orchestration impeccable. Au son puissant et impérieux des cuivres répond de délicats accords de cordes, le tout savamment accompagné par une voix de velours.

Sans cesse dans l'expérimentation, sa musique se veut ambitieuse et permet à l'artiste d'affiner un style personnel bien particulier. Créé à partir d'arrangements somptueux et de paroles habiles, le titre "La lionne et le tigre", n'est pas sans rappelé la folie joyeuse et sensuelle de Sébastien Tellier.

La voix de l'artiste est à la fois chaude et fougueuse et parvient à insuffler une délicieuse jubilation dans nos esprits. Bien que non-conventionnelle, les notes simples semblent pouvoir se décliner à l'infini dans des balades acoustiques comme "Hapiness", sans jamais perdre en intérêt ou en surprise.

Assumant totalement ce côté aventurier, Dominique Dalcan oscille avec justesse entre des morceaux délirants tant sur le fond que sur la forme comme peut l'être son titre phare "Le danseur de Java" et des chansons plus introspectives tel "Une saison unique".

Certains pourront lui reprocher cette recherche d'une "feel-good" musique parfois trop légère, mais la créativité et ce merveilleux sentiment d'allégresse qui nous emporte à l'écoute de "Brian" compensent amplement ce défaut. Toujours avec tact et élégance, il délivre une satyre de l'univers musical à travers quelques piques admirablement distillées "Toutes les femmes se donnent aux prétendants/Au strass, aux paillettes, à l'argent/Un zeste de cliché et le tour est joué/Adieu et bon vent madame Intégrité"

Accompagné par le célèbre arrangeur britannique David Whitaker (The Rolling Stones et The Velvet Underground notamment), Dominique Dalcan réalise une perle d'album pop. Un petit bonbon sucré, au goût légèrement acidulé, à déguster avec gourmandise.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 80 fois
1 apprécie

Autres actions de Paul_Gaspar Cannibale