Écouter
Pochette Diamond Dogs

Diamond Dogs

(1974)
12345678910
Quand ?
7.5
  1. 3
  2. 1
  3. 6
  4. 10
  5. 33
  6. 131
  7. 444
  8. 532
  9. 215
  10. 79
  • 1.5K
  • 129
  • 182
  • 7

Liste de morceauxDiamond Dogs

1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(1:08)
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(5:58)
3.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:38)
4.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(2:40)
5.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(2:32)
6.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:28)
7.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:01)
8.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:59)
9.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:27)
10.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:21)
Critiques : avis d'internautes (9)
Diamond Dogs
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
venu d'ailleurs

C'est le jour où j'ai entendu pour la première fois "We are the dead" que j'ai compris que David Bowie venait d'ailleurs, qu'il était différent, qu'il était le seul à pouvoir produire de tels sons mêlés de textes étranges sur des mélodies aux harmonies d'une beauté "venue d'ailleurs". Je n'ai même pas envie de dire que c'est beau. ça me semble si évident que je ne suis pas là pour vous en... Lire la critique de Diamond Dogs

4 4
Avatar Jean Grey
10
Jean Grey ·
Découverte
This ain't rock'n'roll, this is genocide !

1974, les cendres de Ziggy Stardust, fraîchement rock'n'roll suicidé à coups de rayon laser sont encore chaudes quand David Bowie se lance dans l'adaptation musicale du roman de George Orwell, 1984, soit 10 ans tout juste avant la date fatidique. Devant le refus des héritiers de l'auteur original, le chanteur revoit sa copie en n'en gommant qu'un minimum de...

23 8
Avatar Reverend-Z
9
·
Big brother

"Diamond dogs" sort en 1974 à une époque ou le grand David est au sommet de sa forme créative mais pas de sa forme physique l'artiste "brulant alors la chandelle par les 2 bouts" ne pesant plus que 47 kgs (s'imposant un régime à base de lait, poivrons et beaucoup de cocaine...). S'inspirant de l'univers d'Orwell et de son ouvrage "1984" -alors que la veuve de George Orwell lui a... Lire la critique de Diamond Dogs

6 3
Avatar dagrey
9
dagrey ·
Critique de Diamond Dogs par floflo79

Avec "Diamond Dogs", Bowie livre un nouveau concept-album. Fortement inspiré de "1984" de George Orwell (Bowie n'ayant pas obtenu les droits d'adaptation, il dût arrangé l'histoire à sa sauce), l'album décrit une société post-apocalyptique dirigé par un "big brother". Le héros s'appelle Halloween Jack et vit dans la cité délabrée d'Hunger City. L'oeuvre est ambitieuse, mais pas totalement... Lire l'avis à propos de Diamond Dogs

Avatar floflo79
7
floflo79 ·
Critique de Diamond Dogs par turandot

C'est un album issu en partie d'un projet non abouti de spectacle musical adapté de 1984 de George Orwell, d'où le contenu de certains titres. Dernier album vraiment purement rock de Bowie, avant un virage soul (Young Americans), puis plus expérimental (les 3 albums suivants). Très intéressants textes. Le premier est un texte parlé. Bowie s'en sort très bien. Lire l'avis à propos de Diamond Dogs

Avatar turandot
8
turandot ·
Toutes les critiques de l'album Diamond Dogs (9)