Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Avis sur

Élan (Single) par Zoro Astre

Avatar Zoro Astre
Critique publiée par le

Tuomas Holopainen n'en fait qu'à sa tête... Au lieu de nous offrir le morceau que nous attendions tous, celui dans lequel Floor nous impressionnerait par ses performances vocales, où les orchestrations seraient plus majestueuses encore que sur Imaginaerum, et dont la structure serait semblable à nulle autre, il choisit, pour nous présenter la nouvelle œuvre de Nightwish, un titre à la construction des plus communes, ou seuls les instruments des membres du groupe apparaissent et sur lequel Floor nous fait découvrir la facette la plus délicate et sensible de sa voix. Nul besoin d'impressionner avec un morceau spectaculaire... Nightwish semble vouloir retrouver l'authenticité de ses débuts.

A vrai dire, le choix de ce morceau ne m'a absolument pas surprise, ni déçue, au contraire de bon nombre d'amateurs du groupe. Il s'inscrit en effet dans la continuité des singles choisis pour présenter chaque album depuis Century Child (Ever Dream, Nemo, Eva/Amaranth, Storytime): une mélodie belle mais simple, une structure classique (couplet - refrain - couplet - refrain -pont - refrain), un format court. Le but est de pouvoir être diffusé à la radio (du moins dans la contrée des finlandais) et de faire patienter jusqu'à la sortie de l'album sans trop en révéler...

Cette simplicité est, me semble t-il, ce qui est le plus souvent reproché à Elan. Il est vrai que ce morceau reprend tous les codes du groupe: batterie claire, basse, nappes de synthé et magnifique mélodie au piano (qui me rappelle Oceanborn) sur les couplets, guitare électrique sur le refrain et le pont, changement de tonalité sur le dernier refrain. L'ajout des flûtes de Troy apporte une touche celtique plutôt agréable, que nous avions déjà eu le bonheur de découvrir sur quelques morceaux des 2 albums précédents. Pas de prise de risque donc, mais là encore, ce n'est pas ce que j'attends du 1er single d'un nouvel album.

Le fait est que, malgré sa simplicité (qui, en soit, ne peut être un défaut!) et son apparente absence d'innovation, Elan se révèle être non seulement une très bonne synthèse de ce qu'est Nightwish, mais également un dépassement de ce que le groupe a été, et ce à plusieurs niveaux:
- les paroles, tout d'abord, extrêmement optimistes. Les précédentes chansons du groupe à avoir cette positivité s'inscrivaient généralement dans le cadre de l'imagination, du rêve. Le présent morceau s'ancre quant à lui dans la réalité, ce qui, jusqu'alors, avait donné naissance aux morceaux les plus négatifs du groupe. Cette chanson me donne l'impression que Nightwish est parvenu à maturité; Tuomas a cessé de se lamenter sur la perte de l'innocence et son rêve de revivre son enfance, et semble réaliser que l'âge adulte a aussi beaucoup à lui offrir.
- le fait est que Nightwish compte un nouveau membre, Troy, dont les flûtes tiennent une place centrale dans ce morceau; je pense que le choix du single était subordonné à la nécessité que les instruments de chaque musicien soient représentés, afin de représenter au mieux ce qu'est le groupe aujourd'hui.
- l'absence de l'orchestre symphonique et de chœurs semble vouloir nous dire que Nightwish peut faire de bons morceaux sans avoir recours à une autre entité, l'orchestre, qui jusqu'à cet album semblait être ce vers quoi Tuomas tendait, sa fin ultime. Sur Elan, il n'y a que les membres du groupe, comme s'il avait dépassé ce qu'il pensait être son but... revenir à l'essence même de Nightwish, proposer un morceau sans fioritures, qui soit juste beau (car ce morceau l'est, il ne faudrait pas l'oublier).
- Il est à noter également que la guitare d'Emppu sonne différemment, un son que je situerais entre celui de Wishmaster et celui de Once.
- Quant au chant de Floor, il est parfait, en particulier sur les couplets où il est incroyablement délicat, presque aérien. Floor n'avait rien à prouver, mais en s'inscrivant dans ce registre, elle réussit à nous surprendre en nous montrant que nous n'avons pas encore entendu tout ce dont elle est capable.

Enfin, il convient de remettre ce morceau dans son contexte, en l'occurrence, l'album à venir. Elan est la troisième piste de Endless forms most Beautiful, entre Weak Fantasy et Yours Is An Empty Hope, lesquels, selon les premières critiques parues, sont plus agressives. Elan semble donc être la bouffée d'air frais bienfaitrice entre ces deux morceaux. Cette chanson est d'ailleurs décrite comme la moins spectaculaire de cet album, et l'une des moins bonnes, si cela peut rassurer tous ceux qui s'inquiétaient... Bref, ne jugez pas un album de 80 minutes à partir d'un morceau qui en fait à peine 5.

Un petit mot enfin sur l'autre morceau du CD, Sagan – hommage à l’astronome du même nom - qui ne figurera pas sur l'album. Son rythme, ses claviers, son piano, sa flûte, ses lignes de chant, … Tout dans cette chanson m’évoque l’album Oceanborn. La partie instrumentale où s’enchevêtrent le piano et les flûtes, avec les vocalises de Floor, est de toute beauté et me rend nostalgique des premiers albums du groupe. Un très bon morceau donc, que j’apprécie de plus en plus à chaque écoute.

Le single contient également une version éditée pour la radio et une version alternative d’Elan, intéressante mais sur laquelle le mariage entre la musique et le chant n’est, à mon sens, pas aussi réussi que sur la version classique.

Aller, plus que 39 jours avant le 27 mars :) .

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 394 fois
6 apprécient

Autres actions de Zoro Astre Élan (Single)