Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Pourquoi Pharrell n'est plus (si) différent

Avis sur Girl

Avatar Ipanema
Critique publiée par le

Après l’immense succès de son tube « Happy » - repris aux quatre coins de la planète - le deuxième album solo de Pharrell Williams était attendu au tournant. Virage manqué.

Huit ans déjà se sont écoulés depuis « In My Mind », autant dire une éternité pour l’industrie musicale. Le producteur le plus prolifique des années 2000, au firmament du hip-hop depuis la création des « Neptunes », nous avait pourtant prévenu : cet album sera pop ou ne sera pas.

Seulement, cet avertissement, même pris en compte, permet difficilement de passer outre la déception : où est parti Skateboard P ? Qu’est devenu celui qui parvenait à sortir des sons un brin mélancoliques tels que « Provider » ou « Run to the sun » avec ses acolytes de N*E*R*D, celui qui réussissait à produire des pépites à la fois endiablées et énervées telles que « Trick me » de Kelis, « Light your ass on fire » avec Busta Rhymes ou le trop peu connu « Hot Damn » en collaboration avec Clipse? En voulant plaire au plus grand nombre, se faire aimer par ceux qui ne le connaissait pas avant « Happy », Pharrell s’est dénaturé.

« G I R L », album conçu en hommage aux femmes d’après le principal concerné, n’est pas bien mordant. Celui qui se considérait comme à part (la devise du quadragénaire étant « I am other ») n’a plus rien de différent. Les productions, caractéristiques absolues de l’artiste, n’apparaissent plus si singulières qu’auparavant : oublié leur complexité recherchée, celles-ci sont devenues faciles.

Dans cette courte tracklist, on peut regretter la présence de « Happy ». Bien que ce soit un tube hyper efficace, ayant eu le mérite de diffuser une certaine dose de bonne humeur dans un contexte somme toute morose, il n’apparaissait peut-être pas nécessaire d’inclure ce morceau victime d’un matraquage incessant depuis quelques mois déjà. Mais même écoutée jusqu’à l’envi, « Happy » reste indubitablement une des meilleures chansons de l’album.

Bien sûr, il n’est pas difficile de se déhancher au son de ce « G I R L », qui s’avère efficace si l’on accepte le postulat de départ. La promesse n’a pas été trahie, nous sommes bien face à un album pop. Des sons comme « Gush » ou « Marilyn Monroe » laissent transparaître cette fièvre chaloupée propre à la moitié des Neptunes, tandis que « Gust of Wind », produite par des Daft Punk nouvelle génération démontre une nouvelle fois l’intéressante connivence franco-américaine. Bon point également qu'est celui de rendre agréable la présence de Miley Cyrus sur le morceau « Come get it bae ». Pas gagné d'avance.

On peut malgré tout regretter le duo avec Justin Timberlake sur « Brand new ». Alors que les deux artistes nous avaient habitués à des sons enlevés, toujours d’actualité comme les très célèbres « Señorita » et « Rock that body », cette nouvelle collaboration s’avère sans fraîcheur, ni folie.

Bien que Pharrell a décidé, en solo, de se consacrer à la musique pop, il n’a par ailleurs rien perdu de son hip-hop si caractéristique. Il ne faut pas oublier les productions enivrantes et efficaces à souhait qu’il a livré pour plusieurs rappeurs, tels que « Good kid » avec Kendrick Lamar, « Los awesome » pour son acolyte Schoolboy Q ou bien « S.N.I.T.C.H » en featuring avec Pusha-T. La technique de flow de Pharrell n’est également plus a prouver, il suffit d’écouter « Aerosol can » pour s’en persuader.

En clair, l’écoute de « G I R L » deviendra sûrement plus agréable une fois tout le tapage médiatique éclipsé, car cet album parvient malgré tout à attirer l’oreille. En attendant, ne reste plus qu’à espérer que cet opus permette de réaliser sa mission la plus importante : faire connaître le vrai Skateboard P au grand public.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 497 fois
9 apprécient

Autres actions de Ipanema Girl