Evolution et Stagnation : Expansion.

Avis sur Les Étoiles vagabondes

Avatar Durax
Critique publiée par le

J'ai vraiment apprécié cet album : le taff est incroyable sur le fond, la technique de communication avec le film et l'expansion surprise qui donne une seconde signification à l'album : les sons rajoutés complètent, suivent et donnent un sens plus précis.

Quand je parle du fond je parle du sens de l'album qui évolue au fil des voyages, ce concept d'étoiles vagabondes condamnées avec lequel on peut faire plein de parallèles avec les sujets traités dans l'album : sa famille et sa team, le rapport aux autres rappeurs ou entourage ou sa relation finie avec son ex qui l'a profondément marqué et l'a condamné à un exil dans le monde même si cette thématique est un peu trop présente dans l'album, certains morceaux se répètent sur ce sujet à l'image du bruitage "toi". A la fin de ce projet on peut trouver un bilan de ce voyage avec le retour d'une relation, le relativisme par rapport au reste du monde, bilan du film de sa vie et sur la conception de l'album. Très complet en somme. Au niveau textuel on est toujours aussi bien servis avec des multisyllabiques, des punchs et belles références geek et des trouvailles poétiques (ouai ya des belles images rallez pas) mais on retrouve aussi des trucs un peu trop naïfs et moralisateurs ("avant j'étais mauvais gnegnegne", "mes amis se faisaient contrôler mais pas moi) (je parle pas du "force sur mes lgbt", ça c'est cool : tu peux pas parler de racisme et après discriminer un autre groupe de personne : je parle pour les rappeurs de cette planète) et des flunchlines notamment sur des sons plus énergétiques "Cheum","Menteur-Menteur" ou "Voyage léger" .

Par contre sur la forme, c'est nettement moins évolué par rapport à son précédent album "Cyborg", on y retrouve les suites de beaucoup des sons dans ce projet (Les étoiles vagabondes/ Humanoïde, Pixels avec Crystal Kay / Nekketsu avec Crystal Kay, Alunissons/ Avant tu riais, Cheum/Mauvaise graine) comme si il avait voulu refaire la recette en y ajoutant quelques petits trucs comme les passages scénaristiques (fin de "Menteur-Menteur", "Interlude Fifty", "à la base" avec l'écouteur cassé qui demande l'utilisation d'un casque ou des écouteurs) ou des morceaux plus commerciaux (mais cools : "Tricheur" feat Damso ou "Chanson d'amour" et "Ken Kaneki"). Mais ca reste varié on a aussi des nouvelles tentatives avec notamment les morceaux roue libre avec Diabi (on y reviendra) , le morceau en mode générique "Ken Kaneki" et les changements de prod de "Jeux vidéos et débats" même si ça reste du Nekfeu. On peut retrouver aussi des morceaux "concepts" : ça explore le cinéma avec "1er rôle","Ecrire" avec le ponçage du sujet ou "Oui et Non" basé sur les oppositions et les réponses.Tous les feats sont cools, celui avec Damso est réussi, celui avec le dj BJ comme celui avec Vanessa Paradis bien calibré pour les radios : il est arrivé aux oreilles de mon père, auditeur fidèle de France Info.Bien sur toutes les collabs avec l'entourage sont réussies mais comme d’habitude c'est avec Alpha Wann qu'il brille le mieux dans "Compte les hommes".

Au niveau production on peut compter sur Diabi, un producteur aux multiples facettes n'hésitant pas à user d'instruments et de chœurs que j'ai découvert avec la 75esession. Nekfeu lui laisse l'occasion de se lâcher et de montrer son talent à plusieurs moments : Dans "Ciel Noir" par exemple mais aussi "Dernier soupir". C'est lui qui est à l'origine de cette diversité mais à la fois uniformité du projet.

Malgré ce qu'on peut dire sur le projet il y a du taff. Si on attendait une évolution dans la forme, on ne sera pas forcément servi (à part l'expansion qui donne une autre vision du double album) mais dans le fond on a un taff colossal et plus réfléchi qui m’impressionne. Sur 34 sons, il 'en a 5, 6 que je n'aime pas et c'est une vrai perf. Pour le moment c'est mon projet préféré de l'année, juste devant 13 Block et PNL qui sont excellents dans d'autres domaines. Mais avec du temps d'écoute en plus dans le sang, il est possible que ça devienne un classique du jeune auditeur de rap que je suis.

Ma seule déception est l'absence du feat avec le meilleur rappeur de cette dimension : Nepal qui a pourtant produit le morceau "oui en non"(mais bon on attend son projet, ptet un feat compris dedans).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1127 fois
6 apprécient

Durax a ajouté cet album à 1 liste Les Étoiles vagabondes

Autres actions de Durax Les Étoiles vagabondes