Lui et l'autre

Avis sur Lithopédion

Avatar Linkfer
Critique publiée par le

William et Damso

À la fin d'Ipseité, Damso se réveille à l’hôpital après avoir subi une tentative de "transfert d’âme". Les médecins le rassurent, grâce à son Ipseité, à sa singularité dans le monde du rap, Damso a réussi à conserver son âme, et son identité.

En tout cas c'est ce que l'on pense, mais le soulagement est de courte durée : alors que l'homme se rendort il va être victime d'une dissociation d'identité. Au sein de son corps, deux êtres se rencontrent : Damso, le fils, autodestructeur et effronté, et William, le père, effrayé de ne pas pouvoir être à la hauteur.

Les thèmes sont posés, Lithopédion voguera entre ruptures, responsabilités, amours et identités.

Qui êtes vous ?

Alors qu'il plonge dans le sommeil, le rappeur est assailli par une colère intense. Dans l'Introduction, s'exprime cette colère, provoquée notamment par le racisme quotidien, qui sera annonciatrice de l’être qu'il deviendra.
Après s’être déchaînée, elle retourne au fond de son être, et Damso/William entre dans un état de transe, proche de la mort, le Festival de rêve. L'introspection peut commencer.

"La vie que tu as choisi n'est peut être pas la bonne." Sur ces mots, l'auteur dévoile les comportements qu'on utilise par facilité. Les apparences et les masques que l'on se crée afin d'éviter la confrontation avec nos peurs. Ce dialogue, très bien construit, est néanmoins loin d’être fataliste : cette position de Baltringue n'est qu'une transition, ce que tu n'as pas fait hier, tu le feras certainement demain. Damso se laisse un espoir : si il a été un adulte autodestructeur, il n'est pas obligé de le rester et même si les épreuves sont difficiles il deviendra un père convenable. Mais pour cela, il faudra d'abord régler ses comptes avec son passé.

Rupture

Cette introspection est une chance unique pour l'homme, pour la première fois il prend le temps de revenir sur ces relations amoureuses, lui qui avait toujours sois évité le sujet ("D'façon je veux plus trop qu'on s'explique" - Macarena) sois laisser sa colère parler ("Cette pute pour qui sentiment j'avais" - Noir is the new Black).

Silence et Feu de Bois sont certainement deux des plus belles et profondes chansons de ruptures contemporaines. On y assiste impuissant à la chute une relation mourante, gangrenée par l’adultère. Les amants tentent de s'aimer mais n'arrive pas à surmonter leurs ressentiments "Chatouilles de bijoux, pardonné, entraîne bisous empoisonnés, précède un "je t'aime" qui n’a pas oublié."."Je ne parle pas, écoute ce que j'ai à dire." C'est l'incapacité à s'ouvrir, à communiquer (théme récurrent chez Damso, notamment dans Mosaique Solitaire) qui finira par détruire cet amour.

"Je sais que tu n'as plus le temps, quand tu dis qu'il te faut plus de temps".

Fragments

William et Damso continue leur chemin ensemble, à chaque pas un nouveau fragment de leur passé surgit face à eux. La tristesse engendrée par l'histoire de la République dominicaine du Congo (Meme issue), la peur d’être rattrapé par le temps (60 années), les doutes sur la moralité de leurs actions(Dix Leurres).

Damso tente de reprendre le contrôle, d’enterrer William en retournant en ce qu'il lui a toujours permis de fuir : l’adultère, la drogue et la violence (Aux Paradis, NMI, Tard la Night, Perplexe). William a alors un dernier choix à faire, doit il laisser Damso dominer, ou doit il l'abandonner pour pouvoir avancer. Il plonge une dernière fois dans sa vie, et prend sa décision. William accepte son passé, il ne cherche plus à le rejeter et fait de son histoire une partie de son être, William pardonne Damso et l’intègre à son cœur afin d'atteindre un Noir Meilleur.

William sort du coma, désormais complet il reste un homme fragile, empli de doute et de colère mais refuse de se laisser dominer. "De peur d’être sobre à peur d’être papa, du chemin j'en ai fait", la transition est terminé.

.
.
.
Julien

Mais qui est donc Julien, ce personnage qui apparaît au cours du coma de Damso/William. Julien est un pédophile malade, obligé de cacher son essence honteuse aux yeux du monde, il se déguise en personne lambda, en monsieur/madame tout le monde.

"Julien c'est ton voisin, Julien c'est ton mari" signifie que tout le monde peut être pédophile et que ce n'est pas résérvé à une classe sociale/ethnie/type de personne. Mais surtout, que Julien est comme tout le monde, il se crée un masque par peur du jugement, par peur du rejet il refuse d’appeler à l'aide . Il doit être condamné, mais plus important il doit être aidé.

Car Julien n'a pas le choix de ce qu'il est, car abandonner Julien, c'est finalement abandonner l'humanité, c'est sacrifier toutes les baltringues, c'est s'abandonner nous.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 103 fois
1 apprécie

Autres actions de Linkfer Lithopédion