Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Que restera-t-il à la fin, Notre-Dame Mélancolie ou Jeune et con ?

Avis sur Lulu

Avatar MusicandMe28
Critique publiée par le

On dit souvent que les "Grands sont partis" et puis que "maintenant c'est fini", il ne reste que des vinyles, des compilations, Youtube, Deezer, jamais, on ne retrouvera de tels artistes.
Catalogué en chanteur rebelle, Damien Saez a depuis longtemps fait sa mutation en chanteur à texte, déroutant même ses fans de la première heure, espérant trop souvent des chansons rocks, "qui bougent".
Comparé à Noir Désir, à Cantat, à la scène rock, Damien Saez a depuis longtemps rejoint une autre scène, celle de l'intemporelle, celle des grands auteurs, Ferré, Nougaro, Barbara, Brel, Ferrat, Moustaki...
Avec "VLP", Damien Saez avait quitté ses jeans troués, pour proposer des compositions de haute volée, il avait déjà laissé entrevoir son talent dans "God Blesse" et sur scène avec "Saint Peterbourg", "Voici la mort", "C'est le chant", et depuis 10 ans, Damien Saez a rangé les guitares électriques pour de l'acoustique et laisser une toute autre emprunte dans l'histoire de la musique. Il garde toujours ses premiers amours avec des concerts rock et un "J'accuse" et un "Miami" résolument rock mais le talent est ailleurs.

Refusant de se produire à la télévision, de faire le jeu du show business, de marketer son disque, il offre son art à ceux qui se donnent la peine de le trouver et de sortir de la caricature qu'on peut en faire. Qui a écouté l'album "Messina" comprend cette introduction.

Je vais commencer par une seule chanson qui justifie mon propos, "Notre Dame Mélancolie", Damien Saez rentre à coup sûr au panthéon de la musique française et cette chanson pourra trôner à côté de "l'Hymne à l'amour", "Jef", "l'Aigle noir", "Ni Dieu ni Maître", "Mistral Gagnant" sans trembler.
Alors oui, il avait touché à la perfection avec "Putain vous m'aurez plus", "Quai de Seine" (qu'il a intérêt à foutre sur galette dans son dernier disque), "Les Magnifiques", "Marie", "Châtillon sur Seine", et récemment "Les enfants paradis" elles avaient déjà sonné la fin de la récré, mais cette chanson est au-dessus, bien au-dessus des autres. On la reconnaîtra facilement puisque même lui a tout fait pour, sa voix puissante, entraînante, il porte la musique sans pause, prend aux tripes, t'émeut, te met les larmes aux yeux. La musique en crescendo sans s'arrêter, un piano entêtant, cette chanson est parfaite. Une fierté quand on apprécie un artiste de l'entendre sortir un truc aussi puissant.

On peut me dire "oui mais t'es fan ça compte pas c'est disproportionné". Je mets au défi quiconque de l'écouter en condition sans en ressortir les larmes aux yeux, parfois tremblant, ou alors avec un sourire juste parce qu'on sait ce qu'on vient d'entendre.
Et puis, elle reprend les thèmes chers de l'artiste, l'amour et la religion qui touche les ignorants qui refusent la Culture, elle est d'actualité tout en étant intemporelle parce qu'elle s'adresse à tout le monde, de toute époque.
Une chanson exceptionnelle.

Pour "Lulu", Damien Saez rend hommage à la chanson française, il ne se cache plus, on peut lui reprocher parfois de copier, d'imiter certaines mélodies, certains phrasés, mais c'est pour mieux transmettre l'émotion et perpétuer la tradition des chanteurs à texte.

Le conservatoire joue son rôle et les mélodies sont enivrantes, envoûtantes "Bord de Seine", il transcende les genres pour en tirer le meilleur, du Renaud avec "Ma gueule", du Ferré avec "Si", du Piaf avec "Les amours mortes", du Brel et du Lama avec "Notre Dame Mélancolie", du Moustaki avec "Ma gueule de terroriste", il sera difficile de trouver un chanteur de "notre" génération qui a grandi avec nous, capable d'autant d'émotions sur un album.

Il avait baptisé son projet "Le Manifeste" et un site "Culturecontreculture", cet album permet de comprendre qu'il rend hommage à la Culture française par le biais de la chanson française, il n'est que la continuité, il continue le combat face au "siècle religieux*".

Au final, il ne restera pas "Jeune et con" sauf pour W9 et le journal de M6, mais un répertoire dantesque de compositions se rapprochant des Grands. Putain d'époque où son talent ne sera reconnu que bien plus tard, quand avec le poids des années comme un bon vin, on redécouvrira cet artiste parce qu'on ne saura rien de son rapport avec les médias, la presse, que ses Grandes chansons resteront.

Alors que restera-t-il à la fin ? Notre-Dame Mélancolie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 7842 fois
27 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de MusicandMe28 Lulu