👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Deux ans après Infestissumam (si on excepte l'EP de reprises If You Have Ghost), Ghost nous renvoie danser avec les démons des années 70. Leur signature sonore, depuis le début (en 2010, donc), c'est bel et bien cet aspect un peu rétro, un peu dépassé mais tellement jouissif. Du glam metal mais du glam satanique (un bien grand mot un peu galvaudé, je dois vous le dire), avec une touche de sordide qui fait toute la beauté du groupe (notamment les ambiances à l'orgue, comme sur Spirit).

Ghost s'est chargé de reprendre, presque au pied de la lettre, l'héritage laissé par Black Sabbath il y a de ça 45 piges, le côté résolument satanique (et un brin gentillet mine de rien), notamment sur l'intro de Cirice. En plus de ça, Ghost rajoute le côté messe noire avec, pêle-mêle, la présence de choeurs, des paroles en latin et, évidemment, un imaginaire scénique qui n'oublie rien (Papa Emeretus si tu nous entends).

Comme à chaque album du groupe, on se retrouve face à un mur de son, mi-metal, mi-pop, un espèce d'hybride qui n'existe que dans la tête de ceux qui ont été contactés par le Malin dans sa conquête du pouvoir. Je pense que ce son, qui tient autant d'ABBA que de Black Sabbath est particulier et que peu de groupes peuvent prétendre en faire quelque chose de construit et de cohérent, mais surtout écoutable sur le long terme (et en boucle). Ce que fait très bien Ghost.

Il y a des morceaux qui sortent vraiment du lot. Je pense au magnifique He Is, Cirice avec son solo qui botte des culs, la grandeur d'Absolution, la construction de l'intro de Deus in Absentia, qui fait penser à un tango. Chaque morceau a sa propre force, chaque morceau est un petit moteur qui fait avancer l'album à une vitesse folle.

Meliora est sans doute l'album majeur de Ghost, sans aucun morceau faible, sans aucun morceau chiant. Pris dans la globalité de l'album, chaque morceau est une tuerie, ce qui n'était pas forcément le cas en single (je pense notamment à From The Pinnacle to the Pit, qui se révèle être une sacrée bombe au final). Les petites interludes instrumentales comme Spöksonat ou Devil Church tombent à point nommé et coupent cet album en trois parties, ce qui facilite encore l'écoute de l'album.

Le seul gros point noir de cet album, c'est sa durée. C'est vraiment, mais vraiment trop court pour des morceaux de cette qualité. Plus on les écoute, plus ils sont géniaux et plus on en veut. Le cercle vicieux de la dépendance. Quarante petites minutes. Vraiment pas assez pour un groupe de cet acabit. En trois albums et un EP, le groupe a réussi à imposer sa patte dans le monde du metal et à apporter quelque chose de novateur dans un monde aussi hermétique celui des fans du genre.

lcs_hbr
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Ça, c'est de la bonne, Pourquoi ça ? Maintenant, ça tourne en boucle !, Discographie du metalleux et Arche de Noé en musique

il y a 6 ans

27 j'aime

6 commentaires

Meliora
ErrolGardner
7
Meliora

Ghosts Of Metal.

Qu'est-ce que c'est que ça ? Une mascarade ? ...Des musiciens maquillés et déguisés dans la grande tradition -et le mauvais goût assumé- de Kiss, avec un grand sens de l'accoutrement, et des...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

Meliora
Fan_Ouille
8
Meliora

Léger changement de cap

Ghost, ces cinq troubadours au service de l'Antéchrist, remettent le couvert pour leur troisième LP. Le premier, joie de la découverte, m'avait emballée comme jamais. Le deuxième avait ses moments de...

Lire la critique

il y a 6 ans

6 j'aime

Meliora
Alexis_Grand
8
Meliora

Les joies de la pop méphistophélique.

Cela fait plusieurs semaines à la vérité que je n'ai plus cessé d'écouter le nouvel album de GHOST, Meliora. C'est étrange, presque inquiétant, un miracle car il y aurait plutôt de quoi lever les...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

4

#Horror
lcs_hbr
1
#Horror

BEING TWELVE SUCKS

Je pense que le titre se suffit à lui-même. Oui, c'est une horreur. Point barre. Y'a pas à chercher midi à 14h, quand on voit le titre du film, c'est clair, net et précis. Et la jaquette aussi...

Lire la critique

il y a 5 ans

17 j'aime

L'Orange mécanique
lcs_hbr
9

Ce livre ne parle pas de fruit.

Voyez, O mes frères, comment Votre Humble Narrateur, un tchelloveck comme un autre se retrouve face à la dure réalité de la jiznée des adultes. Alex de Large, 14 ans, maltchickicaïd anglais...

Lire la critique

il y a 9 ans

15 j'aime

9

The Lords of Salem
lcs_hbr
8

Le diable est un nain.

Je suis friand de films d'horreur. Paradoxalement, je n'aime pas avoir peur. Mais ça, c'est personnel et je devrais penser à aller consulter. Je n'ai pas vu beaucoup de films de Rob Zombie (le...

Lire la critique

il y a 9 ans

10 j'aime

3