Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Le double album d'un groupe au sommet de son art.

Avis sur Physical Graffiti

Avatar TristanFlocard
Critique publiée par le

Le double-album est un exercice périlleux auquel se livre parfois un titan du rock arrivé à son apogée (le double blanc des Beatles, "Exil on main street" des Rolling stones, "Use your illusion 1 et 2" des Guns n roses sont les exemples qui me viennent immédiatement en tête...). Sauf que si des groupes de rock très "classiques" tels que les Stones ou les Beatles (pour ne pas dire basiques) ont parfaitement su relever le défi avec succès...on emmétra toujours quelques réserves (à moins d'être un fana hardcore aveugle et de surestimer à mort un tel groupe) sur le boulot d'un groupe de hard rock tel que les Guns n roses qui auraient tout eu à gagner en faisant une synthèse de leurs deux albums plutôt que de fournir un excellent premier volume et un deuxième drôlement inégal et poussif... Mais peu importe...car Led Zeppelin est un groupe d'une toute autre trempe que les Guns...ils n'ont d'ailleurs pas sorti un seul chef d'oeuvre en début de carrière...mais une sacrée chiée au compteur et, ce, pendant presque dix ans...ce qui n'est pas mal dans l'absolu (si on veut rester modéré dans son appréciation). Cette comparaison n'est pas là pour taquiner le fan des Guns n roses (je n'ai rien contre ce groupe au contraire) mais bien pour montrer que...pondre un double-album quand on est un groupe de hard rock ça peut parfois donner lieu à un résultat frustrant et inégal car sur autant de morceaux il faut bien avoir les moyens de ne pas ennuyer l'auditeur!

Et bien...c'est un classique de plus...oui, un album indispensable...riche...très riche musicalement...mais aussi un peu difficile à digérer d'une traite au début...la faute à une deuxième partie contenant des chansons moins "nerveuses" ou pêchues et donc moins immédiatement marquantes. Le premier disque est une bombe...ce que Led Zeppelin a fait de mieux de toute sa carrière : entre le riff de guitare tendu et jubilatoire de "Custard pie", le rock lourd et intense de "In my time of dying" sur lequel le groupe enterre définitivement toute concurrence (cf : les "bye bye" vers la fin du morceau où Plant plus énervé que jamais laisse loin dans la poussière l'ensemble des chanteurs de rock ne pouvant rivaliser avec un tel génie.), autant dire que la barre est mise bien haut. L'album combine de façon réellement cohérente des morceaux enregistrés sur les sessions précédentes et celles de 74...il est facile de repérer la date à partir de la manière de chanter de Robert Plant...lorsqu'il n'avait pas encore été opéré des cordes vocales sa voix montait plus haut facilement, tandis que sur les chansons récentes son timbre est nettement plus grave et rocailleux...mais toujours d'une puissance phénoménale! De plus, cet album contient parmi les plus grands du répertoire de "Led zeppelin" : enchaîner le funky et endiablé "Trampled underfoot" et le chef d'oeuvre ultime "Kashmir" (qui est pas loin d'être la meilleure chanson du groupe, bien devant "Stairway to heaven" d'ailleurs) a quelque chose de démentiel, de jouissif...de...il n'y a que sur un album de Led Zeppelin qu'un tel prodige est possible. Tout le monde connaît déjà "Kashmir" : sa frappe puissante et répétitive, son riff acéré et incisif, et surtout ses élans orientaux qui nous transportent ailleurs... (où? je ne sais pas mais ailleurs...), il représente à lui seul la quintessence du génie de Led Zeppelin. Le deuxième album s'ouvre sur un autre titre de bravoure progressif (jamais joué sur scène en raison de sa complexité) : "In the light", véritable pépite de leur répertoire, les chansons plus posées telles que "Down by the seaside" (et son superbe pont folk), ou encore "Black country woman" témoignent de la maturité d'un groupe arrivé au sommet qui peut se permettre de jongler entre les diverses facettes de son répertoire avec une véritable maestria. L'album s'achève toutefois sur le même ton que son commencement avec "Sick again" véritable petite pépite de hard rock puissant et inspiré...le groupe a définitivement trouvé son style... "Physical graffiti" est un nouveau classique à ajouter à l'histoire du rock signé "Led Zeppelin"...la chute n'est plus très loin mais le groupe avait encore alors une ou deux "belles" années devant lui...musicalement parlant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 174 fois
4 apprécient

TristanFlocard a ajouté cet album à 3 listes Physical Graffiti

Autres actions de TristanFlocard Physical Graffiti