Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Écouter
Pochette Rust Never Sleeps

Rust Never Sleeps

(1979)
12345678910
Quand ?
8.1
  1. 0
  2. 0
  3. 0
  4. 4
  5. 4
  6. 25
  7. 99
  8. 237
  9. 145
  10. 53
  • 567
  • 53
  • 141
  • 6

Liste de morceauxRust Never Sleeps

1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
Neil Young & Crazy Horse
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
Neil Young & Crazy Horse
3.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
Neil Young & Crazy Horse
4.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
Neil Young & Crazy Horse
5.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
Neil Young & Crazy Horse
6.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
Neil Young & Crazy Horse
7.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
Neil Young & Crazy Horse
8.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
Neil Young & Crazy Horse
9.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
Neil Young & Crazy Horse

PostsRust Never Sleeps

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur cet album ?
Critiques : avis d'internautes (7)
Rust Never Sleeps
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Forever Young

Que ce soit clair les enfants, tout le monde aime Neil Young. Absolument tout le monde. Même ceux qui ne l'ont jamais écouté. Même ceux qui prétendent ne pas l'aimer. Ils ne savent pas qu'ils l'aiment. C'est comme ça. Pas moyen de faire autrement. Ils peuvent bien protester, jurer que non, que c'est pas leur truc, blablabla... Personne ne les croit. Certes, on va leur botter sévèrement les...

48 32
Avatar Pheroe
10
·
Critique de Rust Never Sleeps par xeres

Rust never Sleep est certainement un des albums de Neil Young qui a le plus participé à forger sa légende. Très adroit,Neil a su épouser son époque: Il savait mieux que personne prendre le pouls des mouvements qui traversaient alors la société. Cet album est la démonstration d'un montage habile, une réussite parfaitement orchestrée. La forme d'abord, un "Live" mais... sans la... Lire la critique de Rust Never Sleeps

8
Avatar xeres
8
xeres ·
La voie pour les 20 ans qui allaient suivre

"Il vaut mieux partir dans une explosion de flammes que s'éteindre lentement, parce que la rouille n'attend pas". Depuis le suicide de Kurt Cobain, combien de fois Neil a-t-il dû regretter d'avoir écrit le manifeste punk ultime, le "My Generation" des 80's et des 90's à la fois ? Ce retour à la sauvagerie, ces guitares enfin véritablement... Lire l'avis à propos de Rust Never Sleeps

4
Avatar Eric Pokespagne
8
Eric Pokespagne ·
Découverte
My My, Hey Hey. The legend of Neil Young.

Un disque incontournable dans la (longue) discographie de Young. Une sorte d'OVNI puisqu'il s'agit d'un album live sans le son du public, donc un album PAS live mais PRESQUE. Nuance. Sautez une ligne, prenez vos stylos rouges. Grand 1. La partie acoustique (1 à 5) Je passe volontairement le 1er morceau, j'y reviendrai. Donc, "Trasher" (2) sorte de ballade folk-rock dont seul Young et Dylan ont... Lire la critique de Rust Never Sleeps

17 3
Avatar mtf
8
mtf ·
Synthèse d'une décennie de turbulences

Les années soixante-dix furent pour Neil Young une succession d’épreuves douloureuses, mais là où d’autres se sont enfoncés dans la drogue, la dépression et la médiocrité artistique, le Loner n’a jamais déposé les armes. Autour de lui les murs se fissurent, le toit menace de s’écrouler, les idéaux s’éparpillent et les compagnons d’hier crèvent par grappes, mais pas question de cesser de... Lire la critique de Rust Never Sleeps

1
Avatar GrainedeViolence
10
GrainedeViolence ·
Toutes les critiques de l'album Rust Never Sleeps (7)
Vous pourriez également aimer...