Eric Pokespagne

Homme, 62 ans, France (92500) | Site personnel
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
"There is a crack in everything : that's how the light gets in !" (Leonard Cohen)

"This snowflake is an avalanche !" (IDLES)

Répartition des notes

  1. 32
  2. 85
  3. 222
  4. 384
  5. 694
  6. 1157
  7. 1905
  8. 1576
  9. 887
  10. 260

Comparez votre collection avec Eric Pokespagne

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Eric Pokespagne
Sondages de Eric Pokespagne
Critiques de Eric Pokespagne

Dernières critiques

6.5
Homo homini lupus est

Puisque la plateforme Netflix poursuit sa politique de développement d’un cinéma de genre « international » en finançant les films de jeunes réalisateurs à travers le monde, et puisque la perspective d’un effondrement, ou du moins d’un déclin, de notre civilisation est devenue d’actualité avec la pandémie du Covid19, il est difficile de ne pas être intéressés par le premier « film Netflix »... Lire l'avis à propos de Jusqu’au déclin

Avatar Eric Pokespagne
6
Eric Pokespagne ·
7.5
Juste au bord du fossé...

"Tuscaloosa" pose problème. Ou peut-être au contraire, n'en pose aucun, ce qui revient au même. Tous ceux qui aiment un peu le Loner, même quand il raconte des conneries (désavouant le fabuleux "Time Fades Away" par exemple...), connaissent l'histoire de cette tournée, commencée dans la bonne humeur et le professionnalisme (enfin, entendons-nous bien, c'était quand même les... Lire l'avis à propos de Tuscaloosa (Live)

3 3
Avatar Eric Pokespagne
7
Eric Pokespagne ·
Mentions J'aime de Eric Pokespagne

Activité récente

Statuts d'humeurs

Invisible Man (2020) +1 après un second visionnage très enthousiaste en compagnie de mon épouse psychologue qui m'a fait comprendre la justesse et la force de la description de la perversion narcissique dans le film !
Hérédité (2018) +1 au re-visionnage. Je reste néanmoins toujours aussi réfractaire à la dernière partie du film, tout simplement grotesque.
Thanks for the Dance (2019) Ce disque, que je n'attendais pas, sorti le jour même du départ de ma maman, est en train de me sauver la vie.
Shining (1980) Revu la veille de "Doctor Sleep", pour être sûr que tous les détails du film de Kubrick me seraient bien présents en mémoire. Et constaté que, comme tous les Kubrick, le film se bonifie avec le temps