Tu ne trouves pas Rien 100 rien de Jul ? C'est normal : nous rencontrons un petit problème avec la base de données Musique. On vous tient au courant.

Quatrième ère : Si y en a qui font des critiques négatives sur l'album, et ben c'est pas bien !

Avis sur Stup Virus

Avatar Le Bison Cornu
Critique publiée par le

Alors que Stupeflip semblait terminé pour de bon (encore une fois), alors que plus personne n'y pensait, le voilà qui repousse de nul part via un crowfunding qui aura un succès incontesté. Et le voilà, le quatrième album, le quatrième stup, dont un avant-goût était annoncé avec The Antidote, Lonely Loverz et Understup, qui permettait de supposer une ouverture au public toujours plus grande, mais fidèle à lui-même.

(Petite note de transition : cette critique me paraît tellement bordélique qu'il ne serait pas étonnant que je la refasse. Et aussi parce que mon avis change tout le temps au fur et à mesure des écoutes.)

Je n'arrive pas à savoir si j'ai été déçu ou seulement si je suis tombé sur quelque chose auquel je ne m'attendais pas. Car ce Stup Virus est loin de ressembler à ses précédents comparses. D'abord un nouveau personnage venu de nul part s'impose : c'est Sandrine "Google Trad" Cacheton, nouvelle porte-parole du Crou, qui vient remplacer le regretté Fabien Pollet (on dira que c'est parce que ça fait 14 ans qu'il est mort). Cette absence, elle a lieu pour tout l'univers du Crou : minime mention du mystère au chocolat, pas un mot sur les Argéniomes, Pop-Hip n'apparaît qu'une seule fois, un passage de Reverb Man bien moins tripant que dans Stup Danse ou encore Les Ronces, peu de texte passé à l'envers... Étant donné que le Crou était déjà mort dans le précédent album, c'en pourrait être une explication, mais c'est surtout parce que Stupeflip, il veut parler d'autre chose.

Où qu'il était, hein, le patron de la menuiserie ?

Cette différence elle se remarque encore et surtout au niveau musical. Fini le son cracra d'autrefois ! Stup Virus se présente beaucoup plus serein, les instrumentaux sont très calmes, parfois même contemplatif. Cependant, certaines tracks se trouvent dans la lignée de Terrora !!, avec une boucle qui se veut à la fois mélodique et suffisamment complexe pour former une instru entraînante et démarquée (Stup Virus, La Seule Alternative...).

Au niveau du texte, on en retient quelque chose d'assez semblable : même si il se révèle plus propre au groupe (du fait qu'il provient d'autres chansons de l'ère MySpace), il reste agréable à écouter (King Ju a toujours joué sur la musicalité des paroles), avec cette fois un ton beaucoup plus dépressif, toutefois je les trouve en dessous des autres albums. Après, il y en a qui se révèlent assez émouvante (1993 avec Cadillac, qui a cette classe de gueuler et d'être convainquant en même temps). Les associés sont de moins en moins présents : MC Salo n'apparaît que pour un couplet du Trou noir (assez sympathique et mystérieux). Ce qui est assez dingue, c'est de constater que les prestations des autres intervenants de Crou (Cadillac, MC Salo, Pop-Hip...) paraissent tellement instaurer un vent de fraîcheur, et on semble reconnaître plus ou moins ce que Stupeflip a déjà fait (bon Cadillac j'en suis un gros fan alors c'est ptet pas très objectif). Quant aux interludes, elles sembleraient inutiles vu qu'il n'y a aucun développement sur la mythologie du Crou, du coup elles sont instrumentales.

Pas de prise de risque diront les êtres humains mal intentionnés, ne cherchant pas à comprendre. Car il faut voir que le message élancé n'est plus du tout le même.

Le Crou Stupeflip était là pour terroriser la population. Et comme dirait Sandrine Cacheton : sa capacité à terroriser la population n'est plus à prouver. Mais le Crou ne veut plus la terroriser. C'est pour cela qu'il ne faut pas cracher sur cet album en disant qu'il est pas comme avant. C'est parce que le but recherché est tout autre. Stupeflip ne cherche pas à faire du son cracra, cette fois il veut juste s'en aller. Mais Stupeflip regarde derrière lui (1993), pour mieux repartir. Parce que Stupeflip il en a marre, Stupeflip il a plus envie. Mais Stupeflip il voulait pas te laisser comme ça, il voulait te dire au revoir une dernière fois, pour que tu t'inquiètes pas. Il est triste, il est mélancolique, mais chiale pas, ya eu des moments sympas...

Certains lapins ne connaissent que Stupeflip Vite !! Pourtant l'univers Stupeflip semble être beaucoup plus riche.

Cette toute dernière phrase dans ma tête fait écrouler tout ce que j'ai pu dire avant : cet album, au final, on le perçoit comme un testament, celui qui te fais regretter le bon temps, celui qui te fait dire "merde c'était vraiment cool Stupeflip, mais maintenant c'est fini". Une sorte de conclusion un peu casse-gueule (perso j'aurais tellement préféré un gros long morceau de 15 minutes). Mais je dois avouer que ça conclue assez bien presque 20 ans de carrière faite de haut et de bas, unique à lui-même, tout comme son style.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 656 fois
5 apprécient

Le Bison Cornu a ajouté cet album à 4 listes Stup Virus

Autres actions de Le Bison Cornu Stup Virus