Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

The Pharaoh is back

Avis sur The Bridge & The Abyss

Avatar Matrick82
Critique publiée par le

Il est loin l'EP "The Amber Probe". 1996. Je découvrais Creepshow.
Quasiment vingt ans plus tard, Vinnie Paz nous offre un nouvel opus à la discographie des Jedi Mind Trick.
La grande angoisse que l'on peut attraper en apprenant le retour d'un ancien, c'est soit une tentative d'adaptation aux modes ambiantes, soit une persévérance dans le son qui l'a fait connaitre.
Vinnie Paz verse plutôt dans le 2è mouvement mais ne démérite pas.
Il limite les featurings trop facile avec ces acolytes habituels (on notera seulement un feat avec CZARFACE, triumvirat de rappeurs composé de 7L & Esoteric - duo de MC oeuvrant régulièrement avec Vinnie, notamment au sein du supergroupe Army of the Pharaos - ainsi que de Inspectah Deck, c'est à dire le MC sans doute le plus technique du posse Wu-Tang Clan).

Au niveau de la prod, on sait que si Vinnie Paz a toujours eu l'amour du Boom bap en lui, on devra donc compter sur Stoupe (et non Jus Allah, merci au membre Cachalot pour la correction) afin d'apporter une pointe de modernité pour éviter que l'album ne soit trop daté à peine sorti. Ce qui donne des résultats parfois intéressants, (trop rarement) originaux mais souvent efficaces.

Quant à la diversité des tracks, on connait un peu la recette: de l'égotrip par ci, des tentatives de storytelling par là (à ne pas manquer d'ailleurs "What she left behind". Storytelling à la première personne, plutôt poignant). Vinnie et toute son amertume crachent des textes pas toujours tendres et c'est tant mieux. Avec une voix aussi puissante, le contraire nous aurait déçu.
Et bien sûr l'album compte son banger, ici "Certified Dope", qui a même l'avantage de nous faire oublier que le backeur n'est autre que Eamon, un "rappeur" dont a tous aimé rire au milieu des années 2000 pour avoir pondu cette bouse improbable.
Et comme le monde de la soupe musicale a toujours à coeur de nous rappeler que les blagues les plus courtes sont les meilleures, une "chanteuse" de R'n'B avait même adressé une réponse à Eamon... avec son autorisation bien sûr. On est très loin de la confrontation Pusha-T/Drake et c'est bien dommage, parce qu'on imagine les conséquences, qu'on veut une concrétisation et que ça me donne une excuse pour glisser ça ici.
Je me permettrai une dernière digression pour faire remarquer au lecteur que ces deux artistes, aujourd'hui ayant atteint les 35 ans, ont soit ralenti, soit mis un stop à leur carrière.
Comme l'a dit un p'tit génie: "Ce qu'il y a de mieux dans l'enfance, c'est qu'à un moment donné ça se termine".

Pour revenir à l'album de Jedi Mind Tricks... C'est de la bonne came. Le reproche majeur qu'on pourra lui adresser, en dehors des fans hardcores, peu d'auditeurs pourront replacer cet opus dans la discographie de Vinnie car il lui manque une ambiance, une patte qui lui permettrait d'être immédiatement identifiable au milieu de la grande et respectable carrière de Vinnie.

Donc on concluera en vous souhaitant une bonne écoute et en souhaitant que vous ne souffriez pas d'un Alzheimer prématuré, car dans ce dernier cas il ne serait pas étonnant que vous relanciez l'album en vous demandant à quoi peut bien ressembler Jedi Mind Tricks en 2018.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 422 fois
7 apprécient

Autres actions de Matrick82 The Bridge & The Abyss