Avis sur

The Lord of the Rings: The Two Towers: Original... par Nonore

Avatar Nonore
Critique publiée par le

Voici donc la deuxième composition d'Howard Shore pour la trilogie du Seigneur des Anneaux. Il s'attaque aux Deux Tours avec toujours une excellente musique, exposant de nouveaux thèmes tout en recyclant des musiques du premier. Le film commence toujours par une introduction qui nous donne un aperçu de la couleur du film et de la partition. Alors que l'on débutait avec une musique charmante et paisible en Comté, cela ne sera pas le cas des Deux Tours qui commence par le nouveau grand thème de cet aventure : celui de Gollum. Il était pourtant apparu dans les mines de la Moria, et c'est aussi là que nous le retrouvons toujours aussi sournois et mystérieux, reflétant parfaitement le personnage de Gollum. Après cet introduction de courte durée, nos deux Hobbits que nous avions laissés, se retrouvent perdus dans l'Emyn Muil. Le thème de la Comté resurgit mais il est fade, sans enchantement. Les Hobbits feront la rencontre d'un personnage décisif de l'histoire : Sméagol / Gollum. Le thème de Gollum ayant déjà fait son apparition, on entend celui de Sméagol, beaucoup plus intime et dans la réserve, joué à la guitare sèche. On quitte déjà nos trois protagonistes pour rejoindre Legolas, Gimli et Aragorn qui ont pris le chemin du Rohan afin de sauver Pippin et Merry capturés par des Orques d'Isengard. Le Rohan se veut être la terre des dresseurs de chevaux, de valeureux cavaliers. A Edoras, un thème délicat et triste caractérise un nouveau personnage, cette fois-ci féminin : Eowyn. Le thème du Rohan au contraire est fort comme un cor. Il montre fort bien la puissance de la région. Il a un côté ancien, nous rappelle vaguement les Vikings et leur puissance. C'est un thème renforcé par des cordes vibrantes soutenues par des cuivres. Pour rappeler ce côté ancien et régional, Shore utilise un violon joué à l'irlandaise. Il est temps de rejoindre Pippin et Merry entre de mauvaises mains. Voilà enfin le thème de la Communauté qui sonne plus fort et plus rayonnant que jamais, Legolas, Gimli et Aragorn sur les trousses de leurs ennemis. Mais les Hobbits sont toujours entre leurs griffes et le thème du Mordor rugit lui aussi avec ses cuivres malfaisants, il est en opposition avec celui de la Communauté. De plus, il est rejoint par celui d'Isengard qui se montre plus sombre et plus cruel que dans la Communauté de l'Anneau. Le thème du Mordor resurgit lorsque nous rejoignons Sam et Frodon en compagnie de Sméagol / Gollum tandis que le thème du Rohan sonne de plus bel quand nous sommes avec les autres membres du groupe. Dans ce film, nous suivrons également Arwen dans le doute et son thème est de plus en plus fragile, les voix féminines s'atténuent peu à peu. Malencontreusement, Pippin et Merry se retrouvent dans la forêt de Fangorn, sombre et triste. Avec la rencontre d'un Ent appelé Sylvebarbe, apparait un nouveau thème très boisé puisque Shore utilise essentiellement des bois et les fait résonner délicatement mais vigoureusement. Les thèmes des Deux Tours sont plus intimes et mystérieux que ceux de la Communauté, il était donc normal de réutiliser le thème de Galabriel, avec des voix grinçantes associé à celui de Gollum, au violon aigre, grimaçant. La grande bataille se déroulera au Gouffre de Helm, c'est ainsi que le thème du Rohan réapparait plus en retrait, dans le doute lui aussi. Lui qui aurait fait face à celui d'Isengard, celui-ci le domine, il triomphe frappant, tapant. Mais lorsque Gandalf et les troupes d'Eomer reviennent, le cor du Rohan rugit, il est sûr de lui. Non loin, à Isengard se livre une autre bataille entre Ents et Orques. Un magnifique thème délicat entre en scène, porté par la voix d'un soprano et soutenu par des ténors, il révèle le côté bienveillant de la nature, de la forêt et de sa pureté. Le film finit avec Frodon et Sam, ce dernier a pris de la valeur alors que Frodon est affaibli. Le thème de la Comté revient encore mais il est toujours mélancolique et triste. Le thème de Sméagol quant à lui s'est développé puisque la guitare sèche s'est transformée en contrebasse, le thème de Gollum le suivant de près. C'est d'ailleurs avec " Gollum's Song " que s'achève le deuxième film de cette trilogie, toujours aussi sournois et mystérieux, il prend néanmoins de l'ampleur et c'est tout un orchestre qui joue en son nom, en attendant des jours plus sombres ...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 522 fois
8 apprécient

Autres actions de Nonore The Lord of the Rings: The Two Towers: Original Motion Picture Soundtrack (OST)