Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Rock planant et transe psychédélique

Avis sur Up the Downstair

Avatar Alexandre Cagli
Critique publiée par le

C'est un moment fascinant que celui où le destin d'une carrière est à ce point dans la croisée des chemins! Pionnier de la musique assistée par ordinateur, Steven Wilson a naturellement un pied dans l'électronique, ce qui n'échappe pas à l'auditeur attentif de ses effets de production qui seraient quasi impossibles dans le monde purement analogique.
Oui mais voilà! Producteur électronique d'un côté, mais fan de rock prog et guitariste gilmourien de l'autre, il louche autant du côté de The Orb que de Ozric Tentacles, avec ce point commun quelle que soit la direction: explorer l'espace à l'aide de sonorités diluées et planantes.
Là, on est encore en 1993, le mouvement qui deviendra la psytrance en est encore à ses babutiements et ne renierait certainement pas le beat droit de la chanson titre ou les envolées en delay de Burning Sky. Mais ne nous leurrons pas, c'est bien de rock qu'il s'agit ici, même si il est mentalisé et séquencé par ordinateur. Il n'en a donc pas encore l'esprit qui lui viendra quand Porcupine Tree se muera en vrai groupe avec l'adjonction d'une section rythmique ravageuse et pourra se lâcher dans toute sa démesure. En voici ici l'embryon sur boîte à rythme.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 295 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre Cagli Up the Downstair