Baise Anne-Charlotte (ou pas).

Avis sur Vive la vie

Avatar Slowvlaki
Critique publiée par le

Avec "Vive la vie" (titre clairement ironique...), le Klub des Loosers m'a prouvé qu'il était possible de se prendre une claque énorme en écoutant un album de rap. Ce qui, en ce qui me concerne, n'est déjà pas un mince exploit.

Durant 60 minutes, on est plongés dans le journal de Fuzati composé de déceptions sentimentales ("Avec les larmes", "De l'amour à la haine"...), de solitude ("Un peu seul"), et de multiples références plus ou moins directes à la mort et au suicide. "Poussières d'enfants" évoque également d'un point de vue très sombre et cynique le décès d'enfants.

La complexité et le paradoxe du personnage de Fuzati est particulièrement accentuée par le fait qu'il se plaigne de sa solitude et de sa frustration sexuelle tout en se déclarant clairement misanthrope ("Baise les gens"), voir misogyne : "Et si il t'arrive de croiser Alice, Agnès ou Cassandra, rappelle leur que leur nom rime avec syphilis, hèrpes et sida." (Le manège des vanités).
On ressent dans sa rancœur envers les femmes la déception d'un romantique ayant trop idéalisé sa future moitié, qui ne vient pas. Les interludes téléphoniques régulières avec la célèbre Anne-Charlotte rappellent d'ailleurs de façon réaliste les échecs répétés de Fuzati en terme de conquêtes amoureuses.

Au fur et à mesure que l'album avance, le souhait de Fuzati d'en finir avec la vie apparaît de plus en plus évident, les références au suicide sont de plus en plus claires : "Finalement la pluie a été inventée pour que les types comme moi marchent dessous en se disant : allez c'est décidé, demain je trouve un arbre isolé et je le fais" (Perspectives), "Mes dernières rimes parleront sans doute d'une toute petite balle de plomb" (Pas stable).

On notera cependant une évolution du personnage dans l'album "La fin de l'espèce", ou Fuzati aborde certes des thèmes plus matures, mais perd en conséquence la sensibilité adolescente propre à "Vive la vie".

"Vive la vie" demeure un album particulier à la première écoute : la voix de Fuzati peut être difficile à suivre au début. L'écoute attentive des textes est nécessaire à l'appréciation de l'album, même si les boucles servant d'instrumental sont également très réussies. En réalité, écouter "Vive la vie" s'apparente presque à une expérience littéraire tant les textes de Fuzati poussent à l'introspection. Et puis, franchement peu de chansons peuvent se vanter de contenir la charge émotionnelle du refrain de "Un peu seul".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1927 fois
37 apprécient

Slowvlaki a ajouté cet album à 3 listes Vive la vie

Autres actions de Slowvlaki Vive la vie