Adrenaline
7.3
Adrenaline

Album de Deftones (1995)

On est en 1995, le grunge meurt, le néo-métal nait avec deux groupes : Deftones et Korn. Si la carrière du second groupe est peut être plus intéressante à étudier à cause de leur schizophrénie (devons nous, ou non, suivre le public?), Deftones a, pour sa part, toujours été passionnant à écouter. Aujourd'hui, alors que Koi no Yokan est déjà sorti depuis bientôt 2 ans, il y a de cela bientôt 20 ans, Deftones offrait Adrenaline au monde.

Premier disque de ce qui était, encore à l'époque, un quatuor, l'ambiance est directement posé. Le disque est bien sur, beaucoup plus métal. On retrouve pourtant avec aisance le groove de Chi Cheng à la basse, marque de fabrique du métal made in Deftones (One Weak, 7 Words). Chino Moreno offre également un chant d'une rare puissance, avec à la fois des envolés (Root) et des passages plus violents et même rappés (7 Words). Abe à la batterie a déjà son groove si particulier qui a marqué plus d'un batteur et Stephen assure à la guitare. Adrenaline a un côté réveil-matin surpuissant. Certes, par rapport au reste de la discographie, c'est surement l'album le moins recherché. Mais le métal qu'offre Deftones est particulièrement sauvage, puissant, comme après un shoot d'adrénaline dirons nous. Il suffit d'écouter Lifter ou Nosebleed pour s'en persuader. Certes, on est face à du métal mais une façon bien particulière de le faire et de le penser.
Alors, bien sur on est aussi limité par ce désir de faire du métal, les membres sont encore très jeunes (à peine plus de 20 ans) et ils ont bien du mal à penser au-delà des styles. Ils ne peuvent pas encore faire du pur Deftones, ils font forcément du métal. Il faudra attendre Around the Fur pour que le groupe atteigne les limites du métal et comprenne qu'ils peuvent forger leur propre univers avec le divin White Pony.
Adrenaline reste un disque court (11 morceaux, dont un secret pour 47 minutes) et peut être avec un côté où deux répétitifs dans l'aspect métal (entre Nosebleed et Root par exemple). Mais en plus de quelques passages justes sympas, et quelques titres très plaisants (au hasard Engine N°9 ou Root) on a le droit à 7 Words et surtout Bored en ouverture, deux morceaux qui rentrent dans mon top 10 de Deftones.
C'est simple Bored montre déjà tout le futur potentiel du groupe, qui en restant dans du relativement minimaliste, peut offrir un morceau qui évolue et surprend ... Et surtout qui accroche comme rarement et fait pleinement ressentir son message.

En 1995, Deftones pose la première pierre de ce qui sera un édifice musicale sans commune mesure. Ca va bientôt faire 20 ans, et vu que leur talent ne faiblit pas, prions pour avoir 20 autres années comme ça.
mavhoc
7
Écrit par

Le 14 juin 2014

Critique lue 504 fois

4 j'aime

mavhoc

Écrit par

Critique lue 504 fois

4

D'autres avis sur Adrenaline

Adrenaline
mavhoc
7

Un beau matin de 1995

On est en 1995, le grunge meurt, le néo-métal nait avec deux groupes : Deftones et Korn. Si la carrière du second groupe est peut être plus intéressante à étudier à cause de leur schizophrénie...

le 14 juin 2014

4 j'aime

Adrenaline
Budokick
10

Singulièrement vôtre

Ok, cet album commence à dater alors que j'écris ces lignes. Mais bien plus qu'un lien affectif, il représente une époque. C'est un peu bizarre de parler de cet album si loin de sa sortie. Comme une...

le 3 oct. 2019

2 j'aime

Adrenaline
GuillaumeL666
6

Une dose et ça repart

Comme je connais peu la carrière de Deftones (j'ai écouté White Pony et le dernier album en gros), je me suis dit qu'il était temps de rattraper le reste. C'est l'un des rares groupes de Nu Metal qui...

le 22 avr. 2022

1 j'aime

Du même critique

Monty Python - Sacré Graal !
mavhoc
3

J'ai presque honte de ne pas aimer

Ce que je vais dire va surement sembler un peu bête, mais globalement je chie sur les critiques contemporaines professionnelles. Mon respect va aux avis des membres actifs du milieu du cinéma, ainsi...

le 23 mai 2014

74 j'aime

13

Black Book
mavhoc
5

Public aveuglé

Salué par la critique Black Book nous montre l'amour de Paul Verhoeven pour les scénarios longs sans longueur et les œuvres dotées d'image marquante. L'esthétisme ultra-soignée du film qui est...

le 5 mars 2016

35 j'aime

9

The Crown
mavhoc
7

Anti-binge-watching

Curieuse série que The Crown. Curieuse puisqu'elle se concentre sur la vie d'Elizabeth II, c'est-à-dire La Reine du XXe siècle, mais une reine sans pouvoir. The Crown est une série qui s'oppose à...

le 24 avr. 2019

27 j'aime

2