Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Magnifique. Sans doute le meilleur album de progressif jamais créé (si l'on met Pink Floyd à part bien entendu). L'album est juste une définition de ce qu'est le progressif ; un album concept symbole d'un style de rock éclectique, difficilement accessible, nécessitant une certaine patience, mélange de rock, musique classique et de jazz.

L'album s'ouvre sur 21st Century Schizoid Man, qui n'a rien à voir avec le reste de l'album plus lourd plus violent. Avec moins d'émotion aussi. Un aperçu de ce que fera Crimson dans Red ou Lark Toungues Le riff de départ est juste génial, la voix de Greg Lake absolument terrible, presque dénuée d'émotion comme le sera plus tard celle de Roger Waters dans The Wall. La partie centrale (Mirrors) est plus difficile à aborder, mélange apocalyptique de batterie, guitare, flûte...

I talk to the Wind s'oppose totalement avec la première. Beaucoup plus douce, plus jolie sans doute. Les passages à la flûte ressemblent à un Lizard. C'est assez représentatif de ce que King Crimson peut faire de meilleur sans utiliser d'instrument rock.

Epitaph, juste la meilleure de King Crimson. La chanson démarre en transition parfaite avec la précédente. Elle va de manière progressive, de mieux en mieux jusqu'au refrain qui est chargé plein d'émotion. À noter, un travail de génie entre batterie, basse et guitare. Une partie instrumentale puis la reprise...

Sister Moonchild plus calme, moins marquante suit Epitaph avec sans doute plus de psychédélique dans toute la partie instrumentale. Sans doute la moins bonne partie instrumentale de l'album mais qui conserve toute l'émotion si particulière à l'album.

In the Court enfin, comme véritable achèvement d'un séjour dans le monde de King Crimson. Plus violente qu'Epitaph, moins que 21st Century, In the Court est représentative de ce qu'est cet album : maîtrisé, mesuré, instrumental, beau avec une énorme violence présente surtout dans les paroles, la pochette mais aussi dans la musique.

Pour parler des paroles, qui font partie des mieux jamais écrites sur un album rock, le mieux est de les citer elles-mêmes :

Confusion will be my epitaph.
As I crawl a cracked and broken path
If we make it we can all sit back
and laugh.
But I fear tomorrow I'll be crying,
Yes I fear tomorrow I'll be crying.

Créée

le 4 mai 2012

Modifiée

le 20 juil. 2012

Critique lue 5.2K fois

46 j'aime

9 commentaires

Thomas_Dekker

Écrit par

Critique lue 5.2K fois

46
9

D'autres avis sur In the Court of the Crimson King

In the Court of the Crimson King
T_wallace
10

Critique de In the Court of the Crimson King par T_wallace

Lors de mes jeunes années (au moment où mes oreilles commençaient à se sensibiliser à la musique), dans le salon de mes parents, la collection de vinyles trônait entre les VHS et les bandes...

le 18 sept. 2012

59 j'aime

12

In the Court of the Crimson King
Thomas_Dekker
9

Confusion will be my epitaph.

Magnifique. Sans doute le meilleur album de progressif jamais créé (si l'on met Pink Floyd à part bien entendu). L'album est juste une définition de ce qu'est le progressif ; un album concept symbole...

le 4 mai 2012

46 j'aime

9

In the Court of the Crimson King
ErrolGardner
10

Le sacre du roi cramoisi.

En 1969 sortait le disque de rock progressif par excellence, "In the court of Crimson King", bien souvent sobrement intitulé "In the court of". L'époque était à la création du hard-rock bluesy et du...

le 19 févr. 2013

38 j'aime

1

Du même critique

In the Court of the Crimson King
Thomas_Dekker
9

Confusion will be my epitaph.

Magnifique. Sans doute le meilleur album de progressif jamais créé (si l'on met Pink Floyd à part bien entendu). L'album est juste une définition de ce qu'est le progressif ; un album concept symbole...

le 4 mai 2012

46 j'aime

9

2001 : L'Odyssée de l'espace
Thomas_Dekker
5

Kubrick ou le talent de faire croire à son génie à travers une oeuvre nébuleuse et insignifiante.

"2001 : l'odyssée de l'espace, on l'aime ou on le déteste." C'est complètement faux. Il existe un relativisme très fort concernant ce film qui fait que le nombre de 5/6/7 est important sur...

le 24 juil. 2012

44 j'aime

30

La Haine
Thomas_Dekker
3

La haine, c'est comme la banlieue : un cauchemar

Kassovitz s’aime. Il veut être génial et il se croit génial. Le problème c’est qu’il ne l’est pas. Chacun de ces plans est supposé étaler tout son génie. La haine est un navet, je le clame haut et...

le 16 nov. 2012

41 j'aime

47