Critique de Shaynning

Avis sur Chinese Queer

Avatar Shaynning
Critique publiée par le

BD adulte de 2020, "Chinese Queer" est ce genre de Bd qui comporte une forte dimension philosophique existentielle un côté de critique sociale et un graphisme assez particulier.

Faire un résumé de cette grosse Bd serait à mon sens peu aisé et au fond, pas très pertinent. Ce que je peux en dire, c'est que nous suivons Tian Fushi, homme d'un âge inconnu ( quoique la 4e nous indique qu'il est jeune) vivant dans une ville, Haimen, en Chine. Cette ville est vraiment moche, vaste, malpropre et pauvre. Une ville paumée, du moins, pour ce qu'on en voit. Tian est un gros fumeur, un gros buveur et ne travaille pas. S'il semble être étudiant, il n'est jamais à la Fac. Bref, Tian ne sait pas quoi faire. Il est également gay. À travers ses souvenirs et son présent, Tian nous fait naviguer dans les méandre de son esprit troublé. Mais cet homme déjà singulier cotoie d'autres atypiques et donnent l'impression d'être tout aussi perdus que lui.

C,est devant de pareilles œuvres que je me sens bien peu qualifié pour en faire un portait pertinent, car j'ai cette impression persistante que quelque chose m'échappe. En même temps, il faut dire qu'il y a beaucoup de choses qui échappent à Tian lui-même. Il nous parlera de sa ville, de ses connaissances, de ses expériences, de sa philosphie, de ses excès et de ses amours, dans un gros fatras de couleurs et de formes psychédéliques. Le dessin lui-même me donnait l'impression que Tian était perpétuellement saoul.

Parlons-en du dessins, avec des lignes incertaines, ses corps caricaturaux, ses jeux de couleurs qui changent souvent. Parfois, on croirait regarder un film. D'autre fois une BD. D'autres fois un album photo. À certains moment, on a même l'impression de regarder à travers des caméras - ce qui serait tout-à-fait logique si on sait qu'il y a en Chine une caméra de surveillance pour deux habitants, soit 600 000 caméras. Une population sous haute surveillance. En somme, je ne peux pas dire que j'ai aimé le graphisme, un peu trop sordide et laid pour mes gouts personnels, mais je conviens qu'il dessert bien son sujet.

J'ai trouvé la BD lourde, mélancolique et déprimante, ça n'a rien de joyeux. Nous avons des êtres malheureux, qui souvent luttent pour se trouver une raison d'être là et d'autres qui semblent prisonniers des bas-fond d'une ville trop grande et vorace pour eux. Parfois, j,avais l'impression d'être en Enfer, où il existe une forme de violence pas très connu: l’ennui. Ennuis parce que personne ne nous aime ou ennuis parce qu'on ne sait pas quoi faire, qu'importe, c'est assurément quelque chose qui détruit à petit feu les gens. En tout cas, c'est ce que cette Bd m'a évoqué et c'est, je pense, ce qui est fascinant avec ce genre d’œuvre: on en sortira tous avec des impressions très différentes.

Je pensais que l'auteur allait abordé plus spécifiquement le fait d'être homosexuel en Chine moderne communiste, mais en fait, c'est assez secondaire.

Pour ce qui est de Tian, c'est un personnage difficile à aimer et à comprendre. Je ne compte pas le nombre de fois où je n'expliquais pas ses réactions. Et ce n'est pas comme s'il avait beaucoup de qualités.

Je sors donc légèrement perplexe de cette longue lecture bdesque, mi-fasciné-mi-déprimé. C'est une lecture assez peu commune et ça aura eu certainement le mérite d'être original,quoiqu'assez cru, mais c'est le genre de Bd que je ne relirais pas, mais que je regrette pas d'avoir lu. Je pense que compte tenu de son sujet et de son rendu visuel, que ce sera plus le genre de BD à la porté des initiés et non de ceux qui ne lisent jamais de BD.

Pour un lectorat adulte.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 149 fois
3 apprécient

Shaynning a ajouté cette BD à 1 liste Chinese Queer

  • Bd
    Cover Les BD les plus singulières

    Les BD les plus singulières

    Des Bd qui sortent du lot, à mon humble avis, parfois pour leur sujet, parfois pour le traitement graphique et parfois pour le...

Autres actions de Shaynning Chinese Queer