Elle ne pense au lubrifiant qu'à la fin de ce volume ?!!

Avis sur Elle ne rentre pas, celle de mon mari

Avatar RawhideKid
Critique publiée par le

Tiré d'un roman d'une auteure japonaise, la mangaka prend quelques libertés avec le matériau d'origine si on n'en croit les deux mignonnes lettres en fin d'ouvrage qu'elles se sont envoyées.
Or donc, le titre dit explicitement ce qu'il se passe: le sexe du mari de la femme est trop gros pour qu'il puisse la pénétrer vaginalement. Je suis absolument à l'aise de le dire aussi crûment car c'est de cette manière dont la mangaka s'exprime. Le scénario présente donc la rencontre de Sachiko, toute fraîche de sa campagne, venue à la Grand Ville pour étudier et de Shin, le trop bien membré. Ils partagent une même résidence où Shin s'invite sans gêne dans la vie de Sachiko. Mais on est au Japon et le développement de leur histoire d'amour est complètement à la ramasse. Il est évident qu'ils s'apprécient mais ils ne savent pas vraiment quoi faire. Entre "c'est comme ça qu'on doit faire" et "on doit faire quoi à ce stade ?", ils parviennent tout de même à vivre une histoire d'amour qui les conduira jusqu'à vivre ensemble.
Le problème de vaginisme est à la fois central et périphérique, et c'est une plongée dans les hontes sexuelles japonaises à laquelle l'auteure nous invite. Le dessin sert l'histoire comme il faut et le tout va nettement plus loin que le titre quelque peu racoleur mais honnête.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 109 fois
1 apprécie

Autres actions de RawhideKid Elle ne rentre pas, celle de mon mari