Superbe soupe de science-fiction

Avis sur Étoiles de métal - Descender, tome 1

Avatar oyomastaz
Critique publiée par le

Je ne vais pas m'étendre dans cette critique de Descender sur tous les points positifs car c'est déjà très bien fait dans les autres critiques. Mais je me sentais le besoin de venir justifier ma note (6, pas mauvais mais pas fou)... Descender est beau. Ça c'est incontestable, les planches sont magnifiques, épurées, racées, et dans un style graphique qu'on ne croise pas si souvent en comics.
Par contre je lis partout que c'est un petit chef d'oeuvre d'écriture, avec un scénario de SF palpitant... Personnellement c'est là que je ne suis pas. Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis passé à côté, mais à la fin de ce premier tome, personnellement je n'ai ni été happé par le mystère, ni attaché aux personnages, et je ne suis donc pas sûr de lire la suite lorsqu'elle sortira. Pourtant, je suis un fervent adorateur de SF ! Alors pourquoi ?

Justement je pense que c'est pour ça. Descender brasse des thèmes lus et relus chez de nombreux auteurs (particulièrement en roman), des thèmes de Science fiction d'anticipation comme les robots, leur comportement et leur place dans la société, et il place ces thèmes dans une science fiction fantasy, un univers plus proche d'un Star wars. Ce n'est pas forcément un problème en soi, mais ça fait sans doute parti des raison qui ont fait que je me suis dit avoir déjà lu/vu beaucoup de choses similaires mais dans des univers différents. Et explique la petite lassitude que j'ai eu en lisant Descender.

Ensuite, nous sommes dans un comics, qui cible finalement un public assez large. Ou du moins, qui essaye dans son petit format (le tome 1 de descender réuni plusieurs petits numéros sortis à un mois d'intervalle chacun, ou environ), de donner un maximum de background mais surtout d'action. Car bon les américains veulent de l'action à chaque numéro de comics... Et j'aime les comics, ne me faîtes pas dire l'inverse. Mais j'ai eu la sensation en lisant d'avoir un peu un cahier des charges de ce côté. Comme si il fallait forcément une scène d'action de plusieurs page par numéro. Ça casse quelque peu la crédibilité de l'univers, et explique pourquoi finalement j'accroche moins à la science fiction à la mode comics qu'en roman ou film. Dans ces 2 derniers, il y a des scène d'action lorsqu'on en a besoin dans le récit, mais pas toutes les 10 minutes (bon, pour les film ça dépend).

Enfin pour finir, j'ai eu beaucoup d'impressions de déjà-vu.
- Des personnage un peu caricaturaux qui me rappellent d'autres: Astro, Jabba the hutt, plus quelques archétypes plus flou comme "le politicien", "la fille du politicien", "le scientifique"...
- Un nom que j'ai trop lu en SF ces 10 dernières années : the Harvesters (sérieux ? tous les amateurs de SF et jeux vidéo ont joué à Mass Effect, et tous les lecteurs de marvel assidus ont lus le cycle d'Hickman, manque de bol j'ai fait les 2, et on me ressort le même nom, pour quelque chose d'assez similaire...)
- Des thèmes assez classiques en SF comme la robotique dont je parlais plus haut. Ça ne veut pas dire qu'il faut arrêter avec la robotique, mais il faut apporter quelque chose, et pour l'instant je ne l'ai pas senti. Et je pense que j'aurais pu le sentir dans ce premier tome si il y avait eu moins de place à l'action. Et aussi si le comportement du robot musclé un peu brute n'était pas aussi incohérent (comment un robot programmé peut avoir ce genre de réaction? et tout le monde trouve ça normal donc j'imagine que ce n'est pas le seul robot avec ce comportement).

Je m'attendais à plonger dans un univers de SF au récit passionnant, et finalement, et c'est déjà pas mal, j'ai simplement un superbe comics dans un univers de science fiction trop rare dans ce média et une histoire sympathique à suivre même si elle ne me transporte pas.
Désolé mais, en tant qu'amateur de SF, je n'ai pas assez la dalle pour crier au génie avec ça.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 284 fois
1 apprécie

Autres actions de oyomastaz Étoiles de métal - Descender, tome 1