"ZzzZZzzzZ...."

Avis sur Fondation Z - Une aventure de Spirou et...

Avatar Marcus Landfall
Critique publiée par le

Si les débuts de cette collection donnant carte blanche à des auteurs/dessinateurs pour faire vivre une aventure originale à Spirou étaient enthousiasmants (merci le Journal d'un Ingénu d'Emile Bravo !) la plupart des derniers numéros sont vraiment dispensables, voire carrément décevants (La Grosse Tête, Fantasio se marie... ) au point que je ne les achète même plus.

Ces parutions sortent sans aucune logique éditoriale au milieu de tout un fatras de publications autour de ce héros : un album de la série-mère, un tome du petit Spirou, une compil hors-série d'histoires courtes tirées du Journal de Spirou ou encore d'un album one shot produit dérivé d'un film-navet lui-même produit dérivé de la série mère (vous suivez ?) ! Je me demande comme le client lambda d'une librairie s'y retrouve et a encore envie de suivre les péripéties du petit groom et de son écureuil !

La lecture du dernier opus de Filippi et Lebeault ne risque pas d'éclaircir tout ça. On en vient même à se demander ce que Spirou et Fantasio fichent dans ce pétrin, tant cette aventure n'a RIEN à voir avec les personnages d'origine. Il était pourtant alléchant de voir ce qu'on pouvait tirer de cet univers de science-fiction excitant que nous présentait la couverture. Les dessins ne sont pas à remettre en cause, qu'on soit sur des pleines pages grouillant de détails, ou dans un appartement 70's, tout est très inspiré : les décors, les vaisseaux, les costumes : c'est superbe ! (mention spéciale pour ce Spip, qui en plus d'être mignon comme tout a un vrai rôle clé dans l'intrigue, c'est assez rare pour le souligner !)

Mais quel ennui ! La faute tout d'abord aux dialogues : ils sont insipides et terriblement mal écrits ! J'ai eu la désagréable impression que les persos ne se parlaient pas entre eux quand ils s'exprimaient, mais plutôt qu'ils expliquaient l'intrigue au lecteur de peur qu'il ne comprenne pas... d'où un manque de naturel et de fluidité assez gênante.
Ensuite, l'histoire peine à se mettre en place, peu palpitante, on nous présente longuement les parents de Spirou, leurs métiers, leurs aspirations, et un début de suspens d'installe, va-t-il arriver à l'heure au repas familial ? et ben... on en parlera plus !
Même si les deux dernières pages expliquent le tout, sauvant littéralement l'album in extremis (sans elles je n'aurai même pas mis la moyenne à ce titre) il aura fallut pour arriver jusque là se frapper un album entier à se dire qu'on aurait pu avoir les Tuniques Bleues, Mickey et Minnie ou les 4 as comme protagonistes principaux.. Car à part quelques jolis clin d’œil par-ci par-là, l'auteur a l'air vraiment peu intéressé par le matériel d'origine de 'l'univers Dupuis".
Rien de ce qui fait l'ADN de base de la série ne transparaît ici. On se croirait dans un mauvais album de Valerian. Spirou et Seccotine sont frères et sœurs (intérêt zéro) et Champignac leur grand-père (ça n'apporte rien non plus à l'album) Fantasio n'est plus ni gaffeur ni colérique, mais un leader charismatique et sûr de lui (pourquoi ?) Drôle de partis pris, qui ne m'ont pas du tout convaincu personnellement et qui me font m'interroger sur la pérennité de cette série de Spirou vu par..., si elle ne conserve pas au moins quelques codes de base, ce n'est plus un hommage.
Comme si Bouzard ou Bonhomme avaient fait leur Lucky Luke one shot dans l'espace ou notre cow-boy était le cinquième Dalton, et que sa femme Jolly Jumper était enlevée par le grand méchant Rantanplan ! (mince, ça sonne pas trop mal en fait !!!)

Vivement le prochain album d'Emile Bravo qui travaille actuellement sur la suite du Journal d'un Ingénu, pour remettre, j'espère, un coup de fouet à cette collection en phase de sommeil !!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 284 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Marcus Landfall Fondation Z - Une aventure de Spirou et Fantasio, tome 13