Gotham sans fard

Avis sur Gotham Central, tome 1

Avatar Pendrago
Critique publiée par le

C’est après avoir vu respectivement « The Dark Knight » et joué à la franchise Batman Arkham que mon amour pour la chauve-souris s’est déclarée. Auparavant totalement étranger à l’univers des comics et à la mythologie Batman, je me suis pris uppercut sur uppercut au fur et à mesure de mes lectures, en découvrant des personnages aussi charismatiques que le Joker ou en parcourant Gotham ou Arkham lieux de toutes les folies. Mais ce qui me plaît réellement et ce qui démarque vraiment la franchise de ses nombreux concurrents, c’est son ancrage dans la réalité et son refus systématique du manichéisme.

Les événements de Gotham central prennent donc place après l’arc de No man’s Land. Mais plus important, c’est cette fois ci selon la perspective de la police et plus précisément les 2 équipes qui composent la brigade des crimes majeurs que nous allons suivre les différents affaires qui feront le fil rouge de Gotham Central. Si incarner le point de vue dans la police est loin d’être nouveau dans une œuvre de fiction classique, elle devient ingénieuse dans le genre du super-héros, souvent cantonné à l’over the top. De plus, souvent simplement identifiée à travers le personnage de James Gordon, la police de Gotham n’a jamais eu l’occasion de briller et faisait surtout office de personnage secondaire voire de décor assistant à l’occasion le super-héros.

Deuxième contre-pied génial, Gotham Central ne se contente pas de prendre un point de vue inédit mais redistribue totalement les rôles. Jamais vous ne verrez aussi peu Batman dans Gotham… Physiquement du moins, car Batou reviendra inlassablement, omniprésent dans l’esprit des policiers, criminels et administrations de Gotham. A la fois nuisance et aide précieuse parfois les deux à la fois, l’ombre du justicier pèse, complexe et surtout remet en question cette institution censée représenter l’ordre mais qui dans les faits est dépassé par un taux de criminalité trop haut, une corruption des institutions latente et des criminels pas tout à fait comme les autres.

C’est donc dans ce contexte anxiogène au possible que les inspecteurs de la crim’ (j’ai toujours rêvé d’écrire ça) vont devoir gérer des affaires classiques : Prise d’otages, disparitions, qui évidemment ne rateront pas une occasion de s’envenimer avec l’apparition de personnages emblématiques du bat-universe. Mais si j’ai toujours été fasciné par la prestance d’un Joker, la schizophrénie d’un Double face ou l’aspect étrange d’un Cobblepot, jamais les super vilains gothamiens n’ont paru aussi misérables que dans Gotham Central. S’ils sont évidemment toujours aussi dangereux, le style graphique les dépossède de toute classe et sert à merveille le propos de la série. Voir un Mr Freeze dans sa combinaison gigantesque attendre son jugement dans un tribunal ou assister à l’énième blague du Joker nous fait inévitablement réfléchir.

  • Nous ne devrions pas avoir à nous poser la question. C'est bien le problème. Des flics meurent pendant que nous attendons qu’il [Batman] vienne nous tirer d’affaire. Ce n’est pas bien.
  • C’est vrai Patron… mais c’est Gotham.

Pierre angulaire de la franchise, la remise en question de l’archétype du Vigilante qu’est Batman est, dans Gotham Central, exposée de façon crue et douloureuse. Car si elle est posée de nombreuses fois au travers des différents arcs de Batman, jamais les conséquences n’ont été aussi visibles et jamais Gotham n’a paru aussi désenchantée. Sombre, oppressant, parfois même désespérant, Gotham Central nous offre heureusement quelques moments de répits entre les vannes fusant dans le commissariat, romances entre partenaires ou des moments plus intimistes qui permettent de découvrir un inspecteur plus en profondeur.

Œuvre à part dans le Bat-Universe, je conseille fortement la lecture de Gotham Central aux amoureux d’enquêtes policières, de comics noir et bien sûr aux amoureux de Gotham, une vraie réussite.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 161 fois
1 apprécie

Autres actions de Pendrago Gotham Central, tome 1