👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Plutôt que d'essayer de dire pourquoi ce Graphic Novel est génial ou pas, il serait plus judicieux de tenter d'expliquer en quoi ce petit chef d'oeuvre est sans l'ombre d'un doute l'oeuvre la plus extraordinairement arrogante d' Alan Moore. Alors oui, c'est moins anti-manichéen que Watchmen, moins politique que V Pour Vendetta, moins Porno que Lost Girls, Moins cadavre exquis littéraire que La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, moins historique que From Hell, moins....Bon, j'arrête là....

MAIS, pour comprendre l' incroyable anti-conformisme de Killing Joke, resituons rapidement les sujets abordés :
Batman se rend à l'asile d' Arkham pour découvrir que le Joker s'en est évadé.
Ce dernier, décide de frapper fort : il se rend chez Barbara Gordon (La fille du commissaire), lui tire une balle et la laisse irrémédiablement paralysée, mettant à jamais fin à sa carrière de Batgirl (Depuis, elle est devenue Oracle, génie informatique qui opère depuis ses ordinateurs).
Non satisfait, le Clown du Crime capture le commissaire Gordon, l'emmène dans une fête foraine désaffectée pour le torturer psychgologiquement.
Bien entendu, le Dark Knight arrive au bon moment, sauve la vie de son viel ami, et fiche une peignée à son ennemi habituel.
Jusqu'ici, finalement, tout est très conventionnel.
Cependant les scène sont entrecoupées par des flashbacks nous racontant comment un homme pauvre et un peu naïf s'est retrouvé par amour au mauvais endroit au mauvais moment pour devenir le terrible Joker. Pour une fois l'arch nemesis ultime apparait un peu sous des aspects humains.

Vous aurez sans doute constaté qu'il se passe pas mal de choses dans cette aventure, pourtant ce qui avec le recul parait etonnant, c'est que tout cela ne tient que sur 48 p.!!!!!!! Ce qui est absolument dérisoire. Toutefois, ces 48 p. sont parfaitement dosées : à aucun moment, on n'a l'impression que les choses se déroulent trop précipitemment.
Pour information, au début des années 2000, lorsque Brian Michael Bendis créée l'univers Ultimate pour Marvel, et développe un Spider-Man plus moderne, il utilise environ 120 p. de la premiière case à la mort d' Oncle Ben ou Peter prend conscience de son sens des responsabilités (Là où Lee et Ditko avaient usés 11p.)
Comme un ultime bras d'honneur à ces auteurs qui s'étendent sur des centaines de pages, Alan Moore sacrifie la première page de son récit pour montrer l'entrée de Batman à Arkham dans une scène muette, et abandonne la dernière page pour nous offrir une scène improbable où le Joker vaincu raconte une histoire drôle à son adversaire en attendant les flics....
Finalement, on en arrive à se demander si le Gourou de Northampton ne serait pas capable de faire tenir un de ces Graphic Novels, sur une seule page......
Pilou-Le-Chelou
9
Écrit par

il y a 11 ans

1 j'aime

Killing Joke
Hypérion
7
Killing Joke

Petites tortures entre amis

Batman : The Killing Joke, avec un Alan Moore bien sage au scénario et un Brian Bolland de haute volée au dessin, est un one-shot racontant un énième affrontement entre le couple d'antagonistes le...

Lire la critique

il y a 10 ans

47 j'aime

10

Killing Joke
Amrit
7
Killing Joke

Une incursion fascinante dans l'univers de Batman...mais qui laisse sur sa faim !

"Pour moi, c'est la meilleure histoire de Batman !" me garantit mon libraire, au moment de passer à la caisse. On ne peut donc plus parler d'argument publicitaire mais bien de l'avis d'un passionné...

Lire la critique

il y a 11 ans

35 j'aime

9

Killing Joke
Gand-Alf
9
Killing Joke

Smile !

Avec des titres comme Year One ou The Dark Knight Returns, le célèbre Caped Crusader aura illuminé de sa présence ténébreuse les étalages de comic-books des années 80, revenant définitivement sur le...

Lire la critique

il y a 6 ans

26 j'aime

3

Série Noire
Pilou-Le-Chelou
8
Série Noire

Viens voir dans les Vosges comme on est bien...

On m'accusera de chauvinisme mais Je m'en fiche. Comme moi, Les Diego sont vosgiens , et omme moi, ils ont passé trop de temps au comptoir du bar Le Troquet, à Èpinal... Né des cendres d'un groupe...

Lire la critique

il y a 9 ans

4 j'aime

Killing Joke
Pilou-Le-Chelou
9
Killing Joke

Lire et mourir

Plutôt que d'essayer de dire pourquoi ce Graphic Novel est génial ou pas, il serait plus judicieux de tenter d'expliquer en quoi ce petit chef d'oeuvre est sans l'ombre d'un doute l'oeuvre la plus...

Lire la critique

il y a 11 ans

1 j'aime

Toi, moi, les autres
Pilou-Le-Chelou
3

Le Carnaval des clichés

Que faire quand on veut réaliser un long métrage avec à peine de quoi en faire un court? Cette question !! on meuble, bien sûr. A la base, on a deux personnages de milieux sociaux opposés qui...

Lire la critique

il y a 11 ans

1 j'aime