Île en vue !

Avis sur L’Île errante, tome 2

Avatar Tellak
Critique publiée par le

J'avais été très partagé à la fin de la lecture du 1er tome. Les illustrations m'avaient scotché mais j'avais eu beaucoup de mal avec le côté contemplatif du livre. Le rythme était très lent mais en même temps assez décousu à cause de ses ellipses. Malgré tout, j'ai eu envie de continuer l'aventure.

Le dessin reste encore une fois de très haute volée, aidé par le grand format de l'ouvrage (encore une fois, bien joué Ki-Oon. 15€ ça fait cher pour un manga mais ça vaut le coup). Les paysages sont fabuleux, le niveau de détail est à couper le souffle. Le dessin est ultra-dominant sur les dialogues, les planches sans aucun texte représentant peut-être 90% de l'album (à la louche, hein, j'ai pas compté), ce qui donne une atmosphère planante où le temps semble être suspendu.

Donc, pour ceux qui se plaignaient qu'on ne voyait pas vraiment l'île (qui était le McGuffin de l'histoire, plus que le fameux colis à livrer) dans le premier tome, et bien, là ils vont être servis : l'histoire se passe intégralement à Electriciteit (d'ailleurs on est d'accord, cette île c'est le Mont Saint-Michel !). Et… et c'est un peu tout en fait. Pour le coup, pas d'ellipse, on passe notre temps à suivre Mikura arpentant l'île, essayant de la cartographier sous le regard un peu flippant des locaux pas vraiment sympathiques.

L'intrigue, quant à elle, n'avance pas du tout et l'auteur livre très peu d'informations et pose quelques sous-intrigues sur les 192 pages qui composent cet album. Pourquoi Mme Amelia n'est pas ici et pourquoi sa maison a brûlé ? Quels secrets les habitants cachent au point de vouloir plusieurs fois se débarrasser de Mikura ? Pourquoi il semble n'y avoir qu'un seul enfant parmi cette population de vieillards ? Et le livre de se terminer sur le visage hagard de l'héroïne qui semble avoir (enfin) fait une découverte importante mais qu'on ne verra que dans le prochain tome (J'ai envoyé des lettres d'insultes à des showrunner pour des cliffhanger plus subtils que celui-là !).

Ainsi, après deux tomes, je reste sur le même sentiment mitigé, partagé entre ce très bel objet et ce contemplatif qui décidément ne me va guère. Mais pour les amoureux du genre, je vous conseille cette série et vous recommande de la lire cet été sur la plage au bruit des vagues, l'immersion n'en sera que plus grande.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 104 fois
1 apprécie

Autres actions de Tellak L’Île errante, tome 2