Avis sur

Larmes d'abeille - Le Grand Mort, tome 1 par Hard_Cover

Avatar Hard_Cover
Critique publiée par le

Pauline prépare une maîtrise de sciences-éco. Elle a décidé de passer les vacances qui précèdent ses amies dans une maison de campagne prêtée par une amie, en Bretagne. Elle a l'intention d'y réviser, en toute tranquillité. Malheureusement, elle ne va ni pouvoir réviser, ni être tranquille...
Les vacances commencent en effet mal lorsque la voiture que lui a laissé sa copine à la gare tombe en panne. Elle est alors hébergée par le sympathique, Erwan, qu'elle a pris en stop. Sympathique, mais bien étrange, que cet Erwan. Il parle d'un « petit peuple », d'un monde parallèle, auquel la pragmatique Pauline a bien du mal à croire. Toutefois, en accompagnant Erwan chez maître Cristo, elle va s'embarquer dans une aventure qui risque bien de briser toutes ses certitudes.

Régis Loisel est une figure du monde de la bande dessinée française. Il s'est associé à un autre scénariste aguerri, Jean-Blaise Mitildjian, pour signer Le Grand Mort, une série prévue en au moins cinq tomes.
Ils introduisent dans ce premier volet, Larmes d'abeille, les deux personnages principaux de l'aventure. Pauline est une étudiante pleine de certitudes, pragmatique, au caractère affirmé. C'est une citadine qui regarde de haut Erwan, l'homme de la campagne, de ce trou perdu de Val de Traoudec. Pourtant, Erwan, métis aimable et plein de bonnes volontés, lui vient en aide à deux reprises dès le début de l'album. Ces deux personnages sont antinomiques, mais on s'attend à ce que leurs différences finissent par les rapprocher. Le caractère de cochon horripilant de la jeune femme n'empêche finalement pas le lecteur de la trouver sympathique, alors pourquoi en serait-il autrement pour Erwan ?
Larmes d'abeille est centré sur les personnages, et on peut s'attendre à ce qu'il en soit de même pour les tomes suivants (le deuxième s'intitulant Pauline...). Même si Le Grand Mort nous entraîne dans un univers parallèle peuplé par des créatures étranges, ce sont en effet les deux héros qui occupent toute l'attention. Conséquence : on connaît parfaitement Pauline et Erwan à la fin de ce premier tome.
Le revers de la médaille est la quasi-absence de détails sur l'univers dans lequel se déroule tout de même la moitié de l'album. Pour venir au secours du lecteur, il y a bien les dessins de Vincent Mallié (sur lesquels je reviendrai plus tard). Ils nous offrent un aperçu des paysages traversés par les héros, ainsi que du petit peuple. Mais quid de toute information à son sujet. On pourra également reprocher aux scénaristes d'ignorer totalement la possibilité que Pauline soit effrayée par les créatures étranges qu'elle croise en arrivant dans l'autre monde (elle est bien un peu surprise toutefois). Les choses se passent un peu facilement pour elle (comment elle retrouve ses lunettes, comment elle rejoint Erwan...). Elle ne s'interroge pas non plus énormément sur tout ce qu'elle voit, entend, apprend.
Il faut clairement faire fi de tout pragmatisme pour adhérer à l'histoire de Loisel et Djian, mais bon...

Le Grand Mort est mis en image par Vincent Mallié. Ses dessins sont d'un style classique, qui délègue beaucoup aux couleurs, signées François Lapierre. Mais Mallié n'est pas pour autant dénué de talent, ni ses œuvres de personnalité. Les expressions des visages sont très réussies et il sait animer les personnages d'une vie propre.
Avec le découpage simple de ses planches, Larmes d'abeille est une bande dessinée dans le plus pur style européen. Mais c'est ce qu'il fallait pour nous emporter dans une aventure en pleine Bretagne.
Visuellement, Le Grand Mort sera donc une série d'une qualité plus qu'honnête, si Mallié et Lapierre restent jusqu'à la fin du projet.

Larmes d'abeille est donc suivi de Pauline..., deuxième tome paru dernièrement. J'en arrive à l'habituelle question de fin de chronique de bande dessinée : oui ou non vais-je acheter le tome suivant ? Pour Le Grand Mort, la réponse sera oui. Même si Larmes d'abeille ne m'a pas complètement convaincu, je laisse le bénéfice du doute à Loisel et Djian de faire monter en puissance leur histoire dans le tome 2. Par contre, il faudra que Pauline... soit bien meilleur pour que j'attaque le tome 3...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 751 fois
5 apprécient

Autres actions de Hard_Cover Larmes d'abeille - Le Grand Mort, tome 1