Avis sur

Platinum End, tome 3 par SamyJoe

Avatar SamyJoe
Critique publiée par le

Mirai fut transpercé par une flèche rouge émise par Saki, ce qui le rendit amoureux d’elle. Ses sentiments mis à nus, Mirai accepta la proposition de Rubel, l’ange de Saki, à savoir de protéger et de veiller sur le bien être de Saki qui est dépourvue d’ailes. Tous deux s’envolèrent dans les cieux après avoir unis leurs bracelets créant ainsi un lien d’amitié. De son côté, Rubel cherche à découvrir l’identité de Metropoliman, qui rappelons-le souhaite mettre hors-jeu tous les autres candidats au poste de Dieu, usant de la force et de la mort d’autrui si nécessaire. Ce soi-disant super-héros s’adressa alors en direct à ses 11 concurrents leur demandant de former une même équipe et de le retrouver au stade de baseball afin d’en discuter. Mais cette petite réunion ouverte au public tourna vite à l’affrontement où morts s’en suivirent. Metropoliman agissait sans pitié dans ce jeu à la course au poste de Dieu. À ce moment-là, 3 candidats furent tués, il ne reste donc plus que 8 rivaux pour que Metropoliman n’accède au titre convoité de Dieu. Lors de cet affrontement où même une fillette fut tuée, Mirai et Saki restèrent de simples spectateurs, totalement impuissants. Force d’analyse et de discussion, Mirai, Saki, Nasse et Rubel arrivèrent à la conclusion qu’ils devaient trouver d’autres candidats pour unir leurs forces face à Metropoliman quand tout d’un coup surgissait justement un nouveau candidat ailé approuvant leur plan. Voilà comment prenait fin le second tome de Platinum End, voyons donc ce que vaut ce nouveau candidat et ce qu’il adviendra des autres dans ce troisième tome, disponible aux éditions Kazé.

Mirai et Saki font la connaissance de Nanato Mukaidô, un candidat au poste de Dieu à qui le temps est compté. Il s’avère que Nanato est atteint d’un cancer et de ce fait il lui reste peu de temps à vivre. Il s’adresse alors à eux pour leur demander de s’unir à lui afin de mettre un terme aux agissements de Metropoliman. Comme le temps presse pour sa santé et pour leur montrer sa bonne foi, il leur demande même de lui décocher une flèche rouge. Cependant, après ce qu’il s’est passé au stade l’hésitation persiste pour Mirai et Saki. Nasse, de son côté, sait que ce candidat dit vrai et qu’il est digne de confiance, faisant alors changer d’avis Mirai et Saki à son sujet.

Nanato explique en quoi consiste exactement sa volonté qui dans un sens suivait plus ou moins les premières paroles de Metropoliman, à savoir de former une alliance. Mais lors de l’annonce de Metropoliman, Nanato a jugé bon d’élaborer un autre plan qui lui a permis de constaté que les intentions de Mirai et Saki étaient bonnes et c’est ce qui l’a conduit à eux. Nanato ajoute avoir repéré un autre candidat au stade qui pourrait plaider sa cause mais qui a fini par s’envoler. Il leur montre alors la photo de cet individu qu’il a réussi à récupérer. Ce nouveau candidat est leur nouvelle cible…

Une fois encore, la rencontre d’un ange avec son candidat est des plus intéressantes. Bare est l’ange de Nanato et il l’a choisi pouvant ainsi le sauver de son cancer s’il venait à prendre le poste de Dieu. Le passage qui nous dévoile leur rencontre laisse place à une légère émotion de par le fait que Nanato est père de famille et qu’il est sur le point de le devenir une seconde fois. Ayant moi-même des enfants, ce genre d’événement est très émouvant et ne manque pas de me toucher émotionnellement. Par contre, je reste moins touché du fait qu’il fasse usage de la flèche rouge à des fins malhonnêtes. Mais bon, c’est le jeu qui veut cela, ce qui démontre bien que l’on est prêt à tout pour sauver sa famille et les mettre à l’abri du besoin. Nanato dévoile sa volonté qui n’est pas de devenir Dieu, il est conscient qu’il n’a pas bien agit et donc qu’il n’est pas digne d’un tel poste. Par contre, il montre sa détermination quant au fait de stopper Metropoliman et l’empêcher de devenir Dieu. J’ai bien aimé le plan qu’il a élaboré au stade pour examiner la réaction du public qui cachait les candidats au poste de Dieu. Il a vraiment fait preuve de lucidité et de tactique et cela a porté ses fruits.

Ce troisième tome s’attarde davantage sur le trio Mirai/Saki/Nanato mais laisse aussi une grande place à Kanade, aka Metropoliman et de la tueuse en série de collégiennes. D’ailleurs le chapitre 8 (qui est ici le chapitre 2 sur 3) met à l’honneur Kanade et cette tueuse qui n’y va pas de main morte pour tuer ses victimes. Ici, la violence monte encore d’un cran en comparaison au second tome. On note plusieurs scènes sanglantes, très sombres et d’autres tournées vers le sexe, bien que minime pour ces dernières en comparaison au déluge de sang provoqué par la tueuse de collégiennes. La mise en scène et les dessins lors de ces tueries sont d’une prouesse étonnante. Bien que j’ai déjà vu à l’œuvre le duo Ohba/Obata je peux vous dire avoir été vraiment bluffé par la qualité graphique affichée et par le déroulement de l’intrigue proposé ici. Le scénario est très intense et les dessins presque dérangeants tant ils sont extrêmement violents. Les regards qu’affichent les protagonistes mis en action à ce moment-là sont criants de réalisme, faisant ressentir angoisse, tristesse ou colère. Tout se joue dans le regard avec les larmes à l’œil, les yeux plongés dans le vide voire dans les ténèbres… Je suis resté saisi une fois de plus par cette qualité qu’embarque Platinum End, le plaisir n’en devient que plus grand à chaque tome.

Je poursuis la lecture pour arriver au chapitre 9, le troisième et dernier chapitre de ce tome et là c’est le choc ! Moi qui pensais avoir tout vu sur le chapitre précédent voilà que j’en reprends plein les mirettes. C’est mortellement jouissif ! On poursuit avec la tueuse, notamment avec une action que je n’ai pas vu venir mettant en scène une certaine personne. Ici, pas de place pour la pitié, certes c’est une tueuse mais la dite action qu’elle entreprend m’a bluffé. Ce n’est pas le seul rebondissement qui m’a marqué, ce troisième tome en propose d’autres, mais je tenais à évoquer brièvement celui-ci car au vue du chapitre 8, je ne m’attendais pas à un tel acte de la part de la tueuse. Ce dernier chapitre ne met pas que la tueuse à l’honneur, notre trio Mirai/Saki/Nanato est de retour et qui plus avec une belle surprise de la part de Nanato. Ce dernier qui travaillait autrefois dans le textile leur a concocté… Oh et puis je vous laisse la surprise de le découvrir. Tout ce que je peux vous dire sur le final du tome c’est que le trio a vraiment une sacrée dégaine, ils sont vraiment très classes !

Que vous dire de plus si ce n’est que le plaisir de lecture fut violent mais dans le bon sens du terme. Ma rétine s’est visuellement faite plaisir et mon cerveau en a pris pour son grade tant le scénario et haletant. Les auteurs en profitent aussi pour placer une certaine dose de fan-service avec des boobs, des paires de fesses, quelques vignettes osées mais pas trop. Au risque de passer pour un dingue, je peux vous dire que j’ai trouvé l’attitude et le caractère de la tueuse en série très intéressant tellement ce personnage est dérangé. Les situations où elle est à l’honneur sont artistiquement dynamiques tant le passage de la violence à la démence est maitrisé. Ce personnage m’a vraiment intrigué au cours de ce tome tant elle dégage un charisme fou. Elle impose de sa présence au cours de l’histoire et j’en remercie les auteurs, d’autant plus qu’ils nous offrent un final qui va devenir insoutenable avant l’arrivée du quatrième tome.

« Le duo Ohba/Obata offre avec ce troisième tome de Platinum End un plaisir visuel des plus sombres, très détaillés, très violent avec une pointe de fan-service. Nombreuses sont les émotions ici mises en avant avec un surplus de peur et d’excentricité ! »

Source : JeGeekJePlay

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 286 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de SamyJoe Platinum End, tome 3