De tous les ennemis de Batman, le Joker est celui qui nous fascine le plus...tout comme il fascine visiblement les auteurs. Ce court roman graphique propose de suivre deux histoires en même temps. Celle du Joker qui, dans son envie de réduire à néant le Commissaire Gordon et par la même de prouver que n'importe qui peut devenir fou si l'on pousse un peu les choses, va violer et rendre Barbara Gordon paraplégique. La jeune fille qui était alors Batgirl deviendra après cet évènement Oracle, la hackeuse de l'ombre qui aide Batman. Fou, drôle, torturé, le Joker se lâche et nous montre toute la violence dont il est capable. Il n'est pas un simple criminel déguisé en clown, il est le chaos, le monde est pour lui une mauvaise blague qu'il s'amuse à rendre mortel. Alan Moore (Watchmen !!) nous permet également d'appréhender la relation complexe entre Batman et son ennemi juré.


Le dernière page où l'on voit Batman rire à pleine gorge d'une blague du Joker est prenante. Peut-être là un message, pour nous dire que le Joker n'est pas le seul fou. Batman et lui joue, tel des enfants déguisés, au gendarme et au voleur, Batman attrape le Joker, qui s'enfuit et recommence. Une blague, un jeu, c'est ce qu'est cette relation au final. Un jeu entre deux hommes dont la vie a été détruite et qui ont fini dans la folie.


L'autre histoire est celle d'un homme, dénommé Jack, artiste raté, humoriste qui peine à trouver des scènes, il est également employé dans une fabrique de produits chimiques. Sa femme est enceinte, et il doit payer ses dettes et ses factures. Il décide donc de se faire payer par des gangsters pour des informations sur son lieu de travail. Mais les choses vont mal tourner, très mal. Sans rien révéler sur l'identité de Jack, cette histoire nous offre une origine intéressante, qui n'en est qu'une parmi tant d'autres et qui participe à la construction de ce personnage aujourd'hui mythique. Ces 50 pages sont parmi les meilleures jamais dessinés sur le Joker et sur l'univers Batman.

KeyboardOtaku
10
Écrit par

Créée

le 7 mai 2015

Critique lue 358 fois

KeyboardOtaku

Écrit par

Critique lue 358 fois

D'autres avis sur Killing Joke

Killing Joke
Hypérion
7

Petites tortures entre amis

Batman : The Killing Joke, avec un Alan Moore bien sage au scénario et un Brian Bolland de haute volée au dessin, est un one-shot racontant un énième affrontement entre le couple d'antagonistes le...

le 2 août 2012

51 j'aime

10

Killing Joke
Amrit
7

Une incursion fascinante dans l'univers de Batman...mais qui laisse sur sa faim !

"Pour moi, c'est la meilleure histoire de Batman !" me garantit mon libraire, au moment de passer à la caisse. On ne peut donc plus parler d'argument publicitaire mais bien de l'avis d'un passionné...

le 5 janv. 2011

36 j'aime

13

Killing Joke
Gand-Alf
9

Smile !

Avec des titres comme Year One ou The Dark Knight Returns, le célèbre Caped Crusader aura illuminé de sa présence ténébreuse les étalages de comic-books des années 80, revenant définitivement sur le...

le 20 janv. 2016

29 j'aime

3

Du même critique

Killing Joke
KeyboardOtaku
10

Humour noir

De tous les ennemis de Batman, le Joker est celui qui nous fascine le plus...tout comme il fascine visiblement les auteurs. Ce court roman graphique propose de suivre deux histoires en même temps...

le 7 mai 2015

Batman : Année Un
KeyboardOtaku
9

Batman Begins, et Gordon aussi !

Que dire de Batman Année Un...le terme incontournable ne lui convient même pas, tant il est indispensable de lire ce roman graphique écrit par Frank Miller, qui non content d'avoir terminé la...

le 7 mai 2015