Avatar cepcam

Critiques de cepcam

Versus
  Suivre
7.0

publi-reportage

C'est un peu dévaloriser le terme de BD que de mettre cet ajout à l'univers de Portal dans le monde BD. Non pas que ce soit mauvais ou mal dessiné mais il s'agit seulement d'un petit fascicule décrivant en dessin certains élèments de l'intrigue. Pas une histoire complète, tout juste un chapitre de Portal. Bref, difficile de faire une critique mais signalons aux amateurs que c'est court, sans... Lire la critique de Portal 2 : Lab Rat

3
Avatar cepcam
5
cepcam ·
8.3

Le ventre de la terre

Cette Bande dessinée pue. Elle exhale des odeurs de crasse et de vomi, de sous-bois pourris et d'aisselles sales. Le héros vit dans sa merde et en fait une expérience mystique. Il bouffe des cadavres d'animaux mort et s'en délecte. C'est dit, c'est montré mais avant tout, c'est ressenti. Les mots et les traits de Larcenet transmettent le poids, on sent la graisse qui pèse et la sueur qui coule.... Lire la critique de L'Apocalypse selon Saint Jacky - Blast, tome 2

15
Avatar cepcam
9
cepcam ·
8.1

Rythm

Un nouveau manga par Urasawa, remake ce fois-ci du monde d'Astro le petit robot crée par Tezuka; et justement primé au festival d'Angouleme 2011. Autour du héros, l'inspecteur Gesicht, les 9 robots les plus fort du monde se font assassiner un par un alors même qu'ils sont les plus fort. En marge de ces meurtres, les membres de la commission qui se prononça contre la guerre quelques années... Lire l'avis à propos de Pluto

3
Avatar cepcam
10
cepcam ·
6.5

Psychopete

Difficile de juger ce tome qui met un peu exergue toutes les difficultés du format Franco-belge de BD. 42 pages (un truc comme ça), c'est court, un peu court pour traiter le devenir de 7 psychopathes autrement qu'en le disant haut et fort (hou , les psychopathes, regardez, y en a 7). De la série de 7 tomes consacrée au chiffre 7, ce premier épisode et celui avec les personnages les plus marqués... Lire la critique de Sept psychopathes

1 1
Avatar cepcam
7
cepcam ·
6.8

Déchet radioactif

Cette superbe BD réussit à cumuler un espèce de poujadisme de comptoir avec un dessin et une réalisation réunissant les défauts de la BD d'il y a 30 ans (syndrôme du "j'ai un balai dans le fion") et de maintenant ("l'anatomie ? prfft ! Pour quoi faire ?"). Réjoignant "Une histoire populaire de l'Empire Américain en BD" au titre des ouvrages croyant qu'un dessin travaillé aurait pu desservir le... Lire l'avis à propos de Au nom de la bombe

Avatar cepcam
3
cepcam ·
7.0

Ca fait pas une histoire

Bon, Omni-visibilis, si on vous la racontait, vous ferait sans doute envie. Si vous le lisez, à la fin, vous pousserez sans doute un "Aaaaaahh Ouuuuuuaaiiiis !" de surprise. Le problème, c'est tout ce qu'il y a entre le pitch de lancement et cette fin, effectivement superbement pensée. Pas le dessin, non, très graphique avec ses aplats en 2 couleurs, ni la narration, claire et ponctuée... Lire la critique de Omni-Visibilis

3
Avatar cepcam
7
cepcam ·
7.4

Foodnivers

Un nouveau pouvoir intéressant dans le monde des super-héros, la "cibopathie". Grâce à leur don extraordinaire, les cibopathes (il en existe 3 dans le monde, dont l'un est russe) peuvent deviner le passé de ce qu'ils ingèrent. En particulier les circonstances de la mort de la nourriture, chose très pratique pour un enquêteur De ce postulat, le scénariste aurait déjà pu tirer à la ligne sur... Lire la critique de Goût décès - Tony Chu, détective cannibale, tome 1

Avatar cepcam
8
cepcam ·
7.5

Le p'tit noir au comptoir

Il est des breuvages qui méritent du temps. Qu'on tourne en bouche avant de les avaler, qu'on aura senti avant, qu'on prendra du temps à déguster. C'est souvent très agréable. Mais il existe aussi le plaisir de l'expresso, pris au comptoir à même le zinc. Sans fioriture, avalé en 3 gorgées mais au goût profond. La lecture de Sukran fait un peu le même effet que cette expresso. On commence sa... Lire la critique de Šukran

1
Avatar cepcam
8
cepcam ·
8.3

Vulgaire pour rien

Première BD achetée suite aux notes élogieuses sur SensCritique, "Transmetropolitan" rejoindra le cimetière des comics encensés et décevant. Soit parce que la traduction française est mal faite, soit parce que la société américaine pourfendue dans l'ouvrage est trop éloignée de la notre, on ne comprend rien aux enjeux de l'histoire et du coup, on s'en fiche. Alors oui, le héros est vulgaire, il... Lire la critique de Transmetropolitan (1997 - 2002)

12 22
Avatar cepcam
3
cepcam ·