L'intimité pouet-pouet sado-maso glaçon dans ton froc

Avis sur 9 Songs

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

C'est une bonne chose pour ce film qu'il ait été ardemment censuré, en France comme chez les anglo-saxons : sinon, encore plus de monde se foutrait de son existence, ce qui signifierait rapidement qu'en plus d'être un échec artistique cet objet putassier n'aurait eu qu'un retentissement très marginal. 9 songs est un essai minable naviguant autour des frontières du porno, qu'il franchit parfois, à l'occasion d'une pipe juteuse par exemple. Il dure 69 minutes, lol xptdr effect en trompe-l’œil et vrai gimmick poétique : il souligne les profondes ambitions de cet objet présentant les relations sexuelles d'un couple sur toute sa durée, entrecoupées par des extraits de concerts et de séquences en Antarctique à commenter la forme des glaces.

Il y a de beaux gros liens à opérer avec la prise en main d'une femme, le mystère insondable de la joie charnelle et toutes les conneries qu'on voudra. Pour Michael Winterbottom, l'important est manifestement de faire spirituel. Avoir l'air profond c'est donc jouer au poète totalement paumé. Concrètement on assiste aux émulations de ce couple de crétins, où domine cette fille formellement plate, inintéressante, décérébrée, bruyante et vaniteuse. Dire de la merde entre deux instants cul, allez voir des concerts de rock contemporain mielleux, partir à New York en solo et ne pas se connaître, juste connaître le corps de l'autre et puis voilà, prendre la vie comme elle vient et jouir même un peu mollement.

C'est donc l'extase du beauf-bohème urbain serein de 20-40 ans. Moralité : liberté j'écris ton nom, en me baignant dans la mer à poil sur une plage quasi déserte et non-nudiste. On rigole, on baise, on apprécie les léchouilles dans l'oeil ; et puis on fait des trucs plus exotiques en passant. Petits essais un peu SM, oh oh ; numéro de charmeur de chatte sur un cobaye les yeux bandés. C'est pas qu'on bande mou, juste avec flegme, mais tant que ça marche il faut y aller. Moralité : suivre ses impulsions du moment, sans réfléchir, sans faire de mal à personne, sans aucune autre aspiration, être ici, là et maintenant, tirer un coup, boire, profiter d'un superbe concert avec plein de gens enthousiastes autour. Et puis insérer des déconnexions en Antarctique pour caser un petit côté arty.

Voilo. Les auteurs ont voulus mettre de leurs tripes, ça se sent bien ; elles sont couleur caca malheureusement et trop embrouillées pour pondre quelque chose de consistant. De l'émotion au ras du bitume, du sexe non-simulé et de l'intimité pouet-pouet, une petite musique au piano de Michael Nyman. On patauge et comme il faut bien un peu de 'quelque chose' dans un film : alors une petite mélancolie pointe – que lui perçoit, qu'elle ressent, chacun avec ses moyens limités de primates innocents et égocentrés. Pas de panique, c'est un petit affect superficiel, un petit coup de blues, qui ne casse rien ou alors très en douceur ; c'est les 30 ans quoi, quand on a rien foutu sinon dilapidé du fric pour s'enfoncer dans sa médiocrité et bien jouir en rétamé. Puis bon, baiser on ne s'en lasse jamais : on s'ennuie mais ça meuble inlassablement.

https://zogarok.wordpress.com/2018/09/09/9-songs/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 730 fois
5 apprécient

Zogarok a ajouté ce film à 6 listes 9 Songs

Autres actions de Zogarok 9 Songs