👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Regardez moi comme je réinvente le cinéma !!!

 (Attention spoiler)
Je pense à ce qui va suivre grâce à ce film mais c'est valable pour tous les autres.
Vers 14 minutes dans le film, la femme identifie le corps de son mari à la morgue. Parallèlement, je surfe sur internet (je regarde mes films sur mon ordinateur et j'avais divisé l'écran en deux). Moment clés du film mais pourtant, je ne prête déjà plus aucune attention à ce qui se passe à l'écran, non pas que ce que je lisais sur Internet était passionnant mais avait le mérite, au contraire du film, de ne pas être ennuyant. Cette scène ne me fait penser qu'à une chose " non mais c'est bon, on a compris, merci", et c'est le problème de nombre de films qui montrent trop longtemps ce qui est à la base là par simple nécessité scénaristique. On aura beau se leurrer en y rajoutant un joli cadrage et de belles émotions on alourdi quand même le film et on se fait c****. Il est maintenant 14 minutes 30 secondes, elle remet le drap sur le corps de son mari... mais quelle lourdeur bon Dieu ! On a compris, elle fait une croix sur son mari, elle a raisonnable conscience qu'il est mort, tout cela est bien rationnel monsieur ! La soupe habituelle, rien de nouveau sous les tropiques et pourtant cette solennité dans l'action comme si on venait d'enterrer le Christ... Moi je pense qu'une coupure de cette scène (déjà bien trop longue) et un regard caméra avec un discours directement au spectateur sur ses sentiments ou autre aurait eu bien plus de force et de subtilité, paradoxalement...
Les images restent belles, on continue quand même le film. Mais attention les amis à 30 minutes et quelques dans le film, vous n'êtes pas prêts. On assiste tout simplement à la destruction du cinéma ou plutôt ce qui régale les réalisateurs en quête d'imprévu romantiques, d'improvisations involontaires qui régalent par leur naïveté et leur tendresse... Elle mange un truc, OK soit, je prends, j'ai vu pire (merci Jeanne) mais bon, tout est trop joli et on sent oui on sent mais alors beaucoup trop fort que ce petit bout de gâteau qui tombe par terre fait jubiler M. Lowery et sa clique. C'est un guet-apens monsieur. Un piège qu'on a voulu tendre à la poésie. COURS ENFUI TOI VOLE MA PETITE, CE FILM EST UNE EMBUSCADE QUI VEUT TE DÉLOGER DE TON ARBRE EN FLEUR ET T'ENFERMER DANS UNE SOMBRE PELLICULE POUR POUVOIR DE REVOIR INNOCENTE INONDER L'ÉCRAN A JAMAIS PRISONNIÈRE D'UN FAUX ARTISTE. JE MEURS
Benjaminbb
3
Écrit par

il y a 4 ans

2 j'aime

A Ghost Story
Sergent_Pepper
8

Séparé des vivants

Le frisson provoqué par A Ghost Story ne sera pas celui de l’épouvante, mais de la vibration un peu rare que procure l’étonnement face à un film inattendu. Sur le thème rebattu du fantôme et de la...

Lire la critique

il y a 4 ans

131 j'aime

14

A Ghost Story
Behind_the_Mask
8

Ce qui reste

Un simple drap pour raconter une histoire de fantôme. Comme si nous étions revenus à l'âge de l'enfance. Mais une histoire comme aucune autre. C'est une histoire sur ce qui reste. Comme la lumière...

Lire la critique

il y a 4 ans

119 j'aime

11

A Ghost Story
Alicia_87
9

Ghost in translation

Présenté en compétition du festival américain de Deauville 2017, « A Ghost story » est un film qui transcende. De portée universelle et cosmique, ce film offre une réflexion poétique sur la vie :...

Lire la critique

il y a 4 ans

71 j'aime

10

A Ghost Story
Benjaminbb
3

Regardez moi comme je réinvente le cinéma !!!

(Attention spoiler) Je pense à ce qui va suivre grâce à ce film mais c'est valable pour tous les autres. Vers 14 minutes dans le film, la femme identifie le corps de son mari à la morgue...

Lire la critique

il y a 4 ans

2 j'aime

Joker
Benjaminbb
1
Joker

Critique de la critique, "Le dernier des Justes."

Internet est un endroit fabuleux, quand on n'est pas d'accord avec une opinion, il suffit de la supprimer, pratique - mort aux cons comme disait Renaud. Je critique, je calomnie (quel gros mot !), je...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

1