Everybody's got to surf sometime

Avis sur A Scene at the Sea

Avatar Vagabond
Critique publiée par le

Kitano fait parti de ces cinéastes capables d'une poésie filmique des plus envoûtantes, surtout lorsqu'il se double à Joe Hisaishi pour la bande son. A Scene at the Sea en témoigne en se rangeant parmi ces films éthérés qui se glissent dans les replis de nos souvenirs cinématographiques pour mieux nous hanter. Tout cela dans une simplicité formelle qui embrasse au plus près les émotions de ses personnages principaux : un surfeur en herbe et sa compagne sourds et muets.

Mais qui dit émotions des personnages ne veut pas dire ici explosions de rires ou de larmes dans un flot de péripéties découpant le récit. Non, Kitano semble chercher avant tout une harmonie dans son histoire qui se traduit visuellement par la continuité grisâtre et bleuie des bords de mers qu'arpentent les deux âmes sans paroles, tenant chacune une extrémité de la planche de surf. Attention, tout n'est pas morose, même si c'est peut-être l'une des sensations développées ici par Kitano. A ce spleen quotidien Kitano oppose les couleurs (combinaisons, tenues, années 90 et ambiance rider obligent) et l'humour de répétition. Le mariage du spleen diffus avec ces petites touches pétillantes se matérialise parfaitement dans la musique enivrante de Joe Hisaishi.

A la fin, le récit prend une tournure inattendue que j'ai, sans la dévoilée, acceptée tout autant qu'un des personnages, comme si les images avaient préparé le spectateur à la tournure des évènements bien plus que de ne vouloir le rendre amer. Cette fin permet à Kitano d'user, comme dans Kikujiro, de l'image du pont qui est traversé par un personnage pour aller vers un autre (dans deux sens très différents dans les deux films tout de même). S'en suit une séquence permettant de revivre et même de vivre pour la première fois des évènements qui avaient eu lieu dans le film. En voyant le film faire son introspection, on constate la nostalgie qu'il a provoqué en nous en seulement 1h30 et cela permet aussi de poser un regard de côté sur les personnages, notamment celui de la compagne sourde et muette qui explose de vie aux côtés de son compagnon réservé.

Sans remous ni ressacs Kitano livre avec A Scene at the sea un film hautement poétique ne manquant pas de sous-textes tant sur le lien amoureux que sur la vie mais aussi sur la communauté qui nous entoure.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 83 fois
2 apprécient

Vagabond a ajouté ce film à 1 liste A Scene at the Sea

Autres actions de Vagabond A Scene at the Sea