Benoît Delépine, auteur du scénario, l’explique lui-même : l’idée d’Ablations lui est venu d’un cauchemar. Et c’est justement ce que vit Pastor (Denis Ménochet) à son réveil : émergeant vaseux au bord d’un fleuve, il s’aperçoit très vite qu’une cicatrice parcoure son flanc gauche. Après une visite chez le médecin, une ex-prête à tout pour le reconquérir, il constate qu’on lui a bel et bien volé un rein. Ce n’est pas un mauvais rêve, c’est la réalité et celle-ci va plonger ce commercial dans une spirale de destruction et de folie.

L’idée de départ était alléchante et on imagine ce qu’un Lynch aurait pu faire avec un tel matériau. Avec une simple oreille coupée, cela a donné Blue Velvet, alors vous pensez avec un rein ! On imagine la chute progressive du héros, la distorsion entre réalité et phantasme. Cela peut être troublant et passionnant quelqu’un qui devient fou et qui se bat contre lui-même. C’est ce qu’essaye de retranscrire le film mais maladroitement. Il faut dire que le scénario de Delépine ne s’embarrasse pas de finesse psychologique, ôte vite les zones d’ombre (les voleurs d’organes sont identifiés, qui plus est tout de suite) et surtout, en animateur de Groland, il ne peut s’empêcher de forcir un peu trop le trait. Ainsi traité, Ablations n’a pas l’épaisseur d’un drame psychologique, il n’entretient pas suffisamment le mystère pour devenir un thriller. Il n’est ni un film réaliste (le direction d’acteur approximative n’aide pas à rendre les personnages crédibles), ni un cauchemar éveillé, ni même une BD, entre horreur et humour noir, forme à laquelle on peut parfois penser. Les lieux visités (la bar à pute, la résidence de l’entraineur de foot…), les situations, l’ensemble des personnages, tout est caricatural ; la palme revenant à Yolande Moreau, en folle de Dieu se signant d’un « Ainsi soit-il » après chaque ablation.

La mise en scène de Arnold de Pascau, nouveau venu et remarqué par Delépine pour sa réalisation de « Good Day Today » de David Lynch, aurait pu sauver le film mais, bien au contraire, accentue formellement ce que le fond, grossier, avait déjà installé (elle a au moins la mérite d’être raccord). Les visions imaginées veulent jeter le trouble mais se révèlent essentiellement tocs et convenus, dans un tape à l’oeil un peu daté. Pour un peu, on se croirait comme un film fantastique de série B des années 80 (le film a d’ailleurs été en sélection au Festival de Gerardmer 2014). Les prouesses techniques (comme cette scène d’opération chirurgicale au fond d’une piscine) apparaissent finalement un peu vaines. Car s’il manque un rein à Pastor, Ablations manque furieusement de chair et de substance. Un constat presque logique pour un film qui n’aura été qu’une bonne idée de départ.
denizor
3
Écrit par

Le 15 juillet 2014

10 j'aime

Ablations
HenriQuatre
1
Ablations

Qui avale une noix de coco...

... fait confiance à son anus, dit le célèbre proverbe ivoirien. Ici, on dira plutôt : qui regarde Ablations fait confiance à son caleçon (cela rime moins qu'avec fion mais restons polis). Car, en...

il y a 7 ans

4 j'aime

Ablations
Pom_Pom_Galli
4
Ablations

C'est l'histoire d'un mec qui réfléchit pas

La raison pour laquelle j'ai regardé ce film, c'est la présence de Benoit Delépine (que j'aime d'amour !) au scénario. Je ne savais pas grand chose du reste et je ne m'y suis pas intéressé plus que...

il y a 4 ans

3 j'aime

Ablations
ScreenReview
7
Ablations

Critique : Ablations (sur screenreview.fr)

Après deux courts-métrages et la réalisation du clip Good Day Today de David Lynch, Arnold de Parscau adapte le scénario de l’acteur et cinéaste Benoît Delépine qui s’est inspiré d’un rêve où on lui...

il y a 8 ans

2 j'aime

Oiseaux-Tempête
denizor
8

Critique de Oiseaux-Tempête par denizor

Le monde appartient aux ambitieux et Oiseaux-Tempête ne nous propose pas un simple voyage post-rock mais une véritable Odyssée dans une musique qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Album après...

il y a 9 ans

12 j'aime

After My Death
denizor
7

Psyché adolescente et autopsie d'une société

Samaria ou Poetry, le cinéma sud-coréen est hanté par les suicidées adolescentes. Nouvelle pierre à cet édifice mortifère, voici After my death, premier film de Kim Ui-Seok. Glaçant. Kyung-min, une...

il y a 4 ans

11 j'aime

Betty
denizor
8
Betty

Critique de Betty par denizor

S'il y a bien une constante dans Betty, c'est la duplicité. Autant un univers Simenon-ien (auteur du livre) qu'un film Chabrol-ien, autant une critique violente du carcan social de la haute...

il y a 5 ans

11 j'aime