Un Scorsese à part

Avis sur After Hours

Avatar AlexLeFieutard
Critique publiée par le (modifiée le )

C’est l’histoire d’un type qui veut rentrer chez lui se coucher. Mais c’est aussi un film sur le New York des années 80. Paul se rend dans le quartier de Soho pour y retrouver une fille qu’il a rencontrée quelques heures plus tôt dans un café. Jeune informaticien rangé, il n’a aucune idée de la nuit qu’il s’apprête à passer…

Scorsese peint Soho, la nuit, comme un monde à part entière, avec sa propre flore, sa propre faune, et ses propres lois. Par exemple, l’argent n’y a pas la même valeur que dans le monde réel. Paul rencontre une artiste qui fabrique des statuts à base de billets de 20 dollars, et un barman qui lui propose de lui donner de l’argent, simplement parce qu’il n’en a pas assez sur lui pour rentrer. Les rapports entre les gens y sont différents, certaines personnes peuvent donc se montrer au grand jour, ou plutôt à la grande nuit. Paul rencontre un couple d’homosexuels fous d’amour, une vieille dame abandonnée, des punks…

Soho est curieux, il a envie d'accueillir Paul, de le connaître, mais le sentiment est loin d'être réciproque. Tout ce que Paul veut, c’est rentrer chez lui se coucher. Mais il ne peut pas. Soho l’en empêche. Il est comme prisonnier derrière les barreaux d’une liberté qui veut l'éloigner de la réalité, la vraie réalité, celle que l’on connaît tous et dont, avec le temps, on ne peut plus se passer. Pas un seul instant, Paul n’oubliera son but : rentrer chez lui et dormir. Jamais il ne prendra le temps de regarder ce qui l’entoure, probablement trop terrifié à l'idée de prendre conscience de sa propre existence.

Scorsese aborde tout cela à travers un oeil et une caméra pleins d'humour et de dérision. Paul se retrouve dans des situations de plus en plus improbables, qui le fatiguent, le désespèrent et l'éloignent toutes un peu plus de son sommeil. La mise en scène est au service de cette drôlerie générale. Des mouvements de caméra très rapides, presque burlesques, accompagnent les pérégrinations de Paul, sous des lumières magnifiques et crépusculaires.

Une pépite, un plaisir, un Scorsese qui ne ressemble à aucun autre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 228 fois
Aucun vote pour le moment

AlexLeFieutard a ajouté ce film à 1 liste After Hours

  • Films
    Illustration M. Scorsese

    M. Scorsese

    « Diriger un casino, c’est comme voler une banque mais sans qu’il y ait de flics. » Martin Scorsese

Autres actions de AlexLeFieutard After Hours