Et au milieu coule une rivière, qui charrie pas mal de sang

Une critique courte, beaucoup de choses ont déjà été dites par des personnes vraisemblablement plus compétentes que moi, notamment sur l'aspect pseudo-documentaire historique.
Je vous renvoie par exemple vers le textes de @Jackal qui me semble particulièrement pertinent.

Une fresque qui se veut historique donc, mais également aux accents de reportage diffusé sur Planète.
Les conditions de tournage, sur site, n'influencent a priori pas directement ma note, mais confèrent en revanche un réel plus en terme d'immersion et ce résultat final mérite, lui, toute mon admiration en effet.

L'important c'est le voyage, pas la destination comme disait l'autre.
Dicton vérifié une fois de plus ici.
Le prologue annonce la couleur : la quête que l'on va suivre est vaine, les autochtones ont lancé nos valeureux et cupides espagnols après des chimères.
Et en fait de colère de Dieu, c'est bien l'enfer que leur réserve l'Amazonie.

Un mégalomane, marionnetiste tirant les ficelles du souverain fantoche, tortionaire de ses co-expéditionnaires.
Et le glissement inexorable vers l'absurde, la folie collective, harcelés qu'ils sont par une menace invisible.

Un film d'exploration très réussi, où l'ambiance tient davantage à ce qui n'arrive pas, n'arrive jamais, plutôt que des pièges et des carnages.
C'est malheureusement là aussi que réside la petite faiblesse du film dont le propos, outre la mise en exergue des travers embrassés par les conquistadors, est finalement fort de sens, mais manque un peu de matière.
On se consolera avec l'interprétation magistrale de Klaus Kinski et la réalisation impeccable.

Petit bémol purement personnel et accessoire : c'est en allemand, bordel. Et en plus les très mauvais doublages déconcentrent régulièrement.
Ah, et j'ai bien ri sur le faux sang, parmi les plus ridicules qu'il m'ait été donné de voir. Aspect peinture, carrément.
Aguirre, la colère de Dieu
Sergent_Pepper
9

L’homme qui mourut d’être roi

Commençons par le commencement : Aguirre offre l’une des plus saisissantes ouvertures de l’histoire du cinéma. Sur cette crête embrumée, on distingue progressivement une colonne humaine qui affirme...

il y a 5 ans

120 j'aime

2

Aguirre, la colère de Dieu
guyness
9

Complètement décalqué

Puisque tout est faux. Puisqu’on sait que tout ce à quoi nous assistons, quand nous commençons un film, n’est qu’un gigantesque tour de magie. Nous décidons à chaque fois si nous allons marcher...

il y a 7 ans

112 j'aime

58

Aguirre, la colère de Dieu
Ano
10

Heureux qui, comme Aguirre, a fait un beau voyage...

1560, peu de temps après la conquête du Pérou, le conquistador Gonzalo Pizarro envoie une importante expédition à la recherche de l'Eldorado, la fameuse cité d'or. Dès le début nous apprenons que...

il y a 10 ans

85 j'aime

7

Your Name.
SeigneurAo
10
Your Name.

10 minutes : allez, encore 1h35 à supporter. 1h45 : mais... qu'est-ce qu'il vient de se passer ?

Il est des séances qui tombent à pic. Voici quelques jours, je devais expliquer en long, en large et en travers pourquoi, non, je n'avais pas aimé le merveilleux Arrival du non moins fantastique...

il y a 6 ans

192 j'aime

49

Léon
SeigneurAo
10
Léon

OK

Luc Besson de nos jours, c'est quasi-exclusivement Europa Corp, société quasi-caritative qui donne de l'argent pour que des films de daube puissent finir la lobotomie entamée par TF1 sur nos chères...

il y a 12 ans

171 j'aime

14

Mr. Robot
SeigneurAo
5
Mr. Robot

Mr Grosses Bottes bien boueuses et bien lourdes (avec spoilers)

Vous pouvez vous épargner Mr Robot. Et aussi cette critique si vous souhaitez persister, car elle est plombée de spoils. Regardez Fight Club (évidemment, tout le monde l'a déjà dit), Dexter,...

il y a 7 ans

132 j'aime

80