👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Aguirre n'est pas vraiment un film historique. Il n'y a jamais eu d'écrit de ce moine récupéré. Tout comme ça ne s'est jamais terminé comme ça, aussi bien pour sa fille que pour son équipage qui n'était d'ailleurs pas à ce nombre. De toute façon il n'y a pas à discuter d'aberration, mais seulement de l'oeuvre en tant que telle, sachant qu'Herzog a toujours eu l'ambition de faire du cinéma pur et dur.

La scène d'ouverture tournée sur les monts bordant le Machu Picchu est hallucinante, vertigineuse. Son sixième sens cinématographique sans cesse en éveil, Herzog sera toujours prêt à capter la beauté au naturel, et cela toujours au moment opportun comme pour cette ouverture saisie avec autant de mérite de persévérance que de chance au milieu de cette brume épaisse.

Abondant de réalisme, celle-ci va non pas se confronter à la réalité, mais s'y mêler. C'est une véritable torture que l'équipe va subir durant ces sept semaines de tournage. Ce sera salissant, apeurant, long et affreux. Et malheureusement le résultat l'est tout autant pour le film qui en résulte.

C'est d'une heure et demie interminable, comprendre chiante à en crever et d'un vide scénaristique incroyable. La contemplation opère très bien quand on navigue de tempête en naufrage avec ce fleuve énervé, mais quand le calme revint, ce n'est plus le fleuve qui s'énerve, c'est quelqu'un d'autre qui s'impatiente. Scénario torché en moins de deux semaines, ça se ressent. Les dialogues sont d'un ennui pas permis et quand ça réussit à être intéressant, c'est expédié façon shooter dans gosier. Comment ne pas regretter le manque d'approfondissement du dialogue quand Aguirre incite à envoyer le roi se faire foutre ?

Triste réflexion limitée. Du coup il reste quoi à Aguirre à part des anecdotes de tournages et de jolies plans ? Il y a une confrontation intéressante entre la réalité et la fiction. En effet quand on regarde le film, on ne voit plus que ça, on voit un travail de cinéma, les représentants dépassent cette chiante représentation. Il y a également de la "poésie". La scène avec le papillon est jolie, étonnement bien captée comme de nombreux plans par-ci par-là mais surtout des scènes de marches chiantes qu'on se farcit partout.

Aguirre c'est quoi finalement ? C'est un peu comme un camping sauvage en Bretagne. Tout ce qu'il y a autour force le respect : c'est une épreuve dont on est fier d'avoir réussi car les conditions sont affreuses, c'est un peu un koh-lanta perso'. On s'inflige une épreuve pour dire «j'ai vécu quelque chose d'extraordinaire, c'était dur mais je suis content». Alors qu'au fond on sait tous que c'est un supplice qui ne sert qu'à prouver aux autres et surtout à soi-même que «t'as réussi à le faire». Dans tous les cas, ça reste un ennui où tu n'as rien à faire, à part t'adapter au climat pourri.

Aguirre est une pellicule qui témoigne d'une aventure de tournage incroyable, mais d'un film ennuyeux et vide composé d'images exotiques. Images qui forcent néanmoins le respect mais étouffées par une maîtrise de rythme inexistante, que certains qualifient de "sensorielle"...

Ça manquait juste d'un Predator en fait ?

Alexandre_Bainé
4

il y a 5 ans

22 j'aime

33 commentaires

Aguirre, la colère de Dieu
Sergent_Pepper
9

L’homme qui mourut d’être roi

Commençons par le commencement : Aguirre offre l’une des plus saisissantes ouvertures de l’histoire du cinéma. Sur cette crête embrumée, on distingue progressivement une colonne humaine qui affirme...

Lire la critique

il y a 5 ans

118 j'aime

2

Aguirre, la colère de Dieu
guyness
9

Complètement décalqué

Puisque tout est faux. Puisqu’on sait que tout ce à quoi nous assistons, quand nous commençons un film, n’est qu’un gigantesque tour de magie. Nous décidons à chaque fois si nous allons marcher...

Lire la critique

il y a 7 ans

112 j'aime

58

Aguirre, la colère de Dieu
Ano
10

Heureux qui, comme Aguirre, a fait un beau voyage...

1560, peu de temps après la conquête du Pérou, le conquistador Gonzalo Pizarro envoie une importante expédition à la recherche de l'Eldorado, la fameuse cité d'or. Dès le début nous apprenons que...

Lire la critique

il y a 10 ans

85 j'aime

7

Amadeus
Alexandre_Bainé
9
Amadeus

Mozart Fucker

Moi, je m'en tamponne la clarinette de Mozart. D'autant plus qu'il ne s'agit même pas d'un vrai biopic sur le compositeur, mais simplement d'une adaptation éponyme d'une pièce de théâtre signée Peter...

Lire la critique

il y a 7 ans

113 j'aime

36

Mommy
Alexandre_Bainé
10
Mommy

Mommy fait bander

"- Ce soir je vais à la projection de Mommy" - Ah tu vas voir La Momie ! - Non Mommy. - Bah le truc égyptien ? - Non, le dernier film de Dolan. - Ahh celui qu'à fait les Batman ?! - Euh... Non lui,...

Lire la critique

il y a 7 ans

110 j'aime

37

Chambre 12
Alexandre_Bainé
2
Chambre 12

Chambre Bouze

Remarquée en 2013 dans l'émission beauf la plus tendance du moment, The Voice, la plus belle voix, où elle atteint la demi-finale, Louane obtient une plus grande notoriété en 2014 grâce à son premier...

Lire la critique

il y a 7 ans

101 j'aime

40