👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La meilleure amie de Lucy s'appelle malheureusement Anna

Il y a toujours ces films que l’on adore regarder encore et encore, et il y a Luc Besson, qui arrive à nous resservir la même histoire dans des films différents. 

On l’avait compris depuis longtemps, Besson est un fervent admirateur des jolies jeunes filles aux jambes interminables et qui s’en servent pour se battre. Seulement après avoir été un réalisateur reconnu et méritant, Besson s’est enfermé dans un genre, ne sachant plus se renouveler. 
Déjà, Valérian et la cité des mille planètes avait comme un arrière-goût de Cinquième Elément, film mal accueilli par la critique malgré les moyens techniques utilisés. 
Luc Besson s’essouffle, se fatigue, mais revient malgré tout avec Anna, la nouvelle meilleure amie de Lucy !
 Certes l’actrice - Sasha Luss - nous faire rire, visage fin et regard naïf, elle nous rappelle quelques fois Leelou, l’une des meilleures personnages créé par Luc Besson dans Le Cinquième Elément. 
Besson est le réalisateur à gros budget ; il ne prend plus de risque et reprend des éléments d’histoires malheureusement déjà exploités dans sa filmographie voir même dans d’autres (le formidable Red Sparrow de Francis Lawrence). La source à laquelle il s’est abreuvé toutes ces années est totalement asséchée. 
Le personnage nous est présenté comme une future mannequin dont la vie va changer et s’améliorer.
Le début du film introduit le meilleur retournement de situation que l’on puisse malencontreusement espérer. Passant de mannequin à tueuse, Anna nous intrigue. 
Puis le film se lance dans un allé et vient entre présent et passé, comme si Luc Besson nous disait « hey attendez j’ai oublié de vous montrer quelque chose ! »
. Il essaie d’adopter une réalisation originale qu’il ne maitrîse pas, où la temporalité du film est changée. Croyant nous captiver il ne fait que nous perdre totalement.
Résultat : on se retrouve avec des flash-backs qui tentent de nous expliquer la scène cachée sous la scène présente, alors que l’intrigue - si on peut appeler cela une intrigue - est devinée depuis longtemps. 
Finalement il n’y a pas de fil rouge, pas d’histoire dessinée, juste un défilé de scènes d’action et d’amour, censé animer le coeur des plus bagarreurs et attendrir celui des plus sensibles. 
Les relations entre personnages sont à peine construites, juste énoncées. Luke Evans et Cillian Murphy se retrouvent dans des rôles de figurants amants, présents uniquement pour rendre Anna désirable et créer un semblant de profondeur.

Voilà Anna : un enchaînement de scènes de combats sur fond de soi-disant quête de liberté. Une histoire qui aurait pu être plus étoffée mais reste vide et peu approfondie. Le film n’a aucun relief, il semble tout simplement énumérer les ingrédients de blockbusters qui ont déjà réussi à Luc Besson. Anna ne présente aucun effort ni aucune ambition, à part celle d’espérer remplir les caisses d’EuropaCorp.

katell-lm
2
Écrit par

il y a 2 ans

2 j'aime

Anna
Behind_the_Mask
6
Anna

Anna... Monte Anna ?

Son empire ne vaut plus rien : ses flops répétés, parfois injustes, ses affaires de moeurs, son économie qui a les yeux plus grands que le ventre. Et son image écornée, un peu plus encore aujourd'hui...

Lire la critique

il y a 3 ans

42 j'aime

23

Anna
JakandDaxter
6
Anna

Scénario banal, déjà vu mais divertissant

Depuis des années, Luc Besson divise le public et je fais partie de ceux qui le considèrent comme un bon réalisateur avec des hauts, des bas et de l'ambition de proposer quelques choses de nouveaux...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

5

Anna
titiro
6
Anna

Atomic Sparrow.

Après avoir subi un matraquage en règle et avoir vu un bon millier de fois la bande-annonce avant chaque film que je suis allé voir ces 6 derniers mois (j'exagère évidemment), j'étais assez content...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

3

Portrait de la jeune fille en feu
katell-lm
9

Portrait de la jeune fille en feu ; l'un des plus grands tableaux du cinéma

Portrait de la jeune fille en feu s’ouvre sur le portrait de son peintre, regard noir et profond qui semble marqué, quelque peu désemparé par la présence de ce tableau raviveur de souvenirs, dans sa...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

Wedding Nightmare
katell-lm
7

Quand une mariée se met en colère

Habitués les uns des autres depuis leur premier film V/H/S sorti en 2012, le collectif Radio Silence s’attelle à la réalisation d’un film de genre à la fois familier et inédit dans leur...

Lire la critique

il y a 9 mois

Deux moi
katell-lm
6
Deux moi

Le voyage du soi qui mène au nous

« Car pour que deux "moi" fassent un "nous", il faut que ces deux "moi" fasse un "soi" ». Voilà le fil rouge du nouveau film de Cédric Klapisch Deux moi, que l’on suit au travers de deux personnages,...

Lire la critique

il y a plus d’un an