Affiche Barberousse

Critiques de Barberousse

Film de (1965)

Peinture sociale chatoyante en noir et blanc

En commençant à regarder Barberousse, je me disais déjà que j'étais sceptique sur l'attribution d'un dix à ce film. Non je n'allais pas mettre un dix à un film se passant dans un hospice. Ca, c'était avant de me laisser charmer petit à petit... Red Beard grows on you, comme on dit. Moi qui n'y connais pas grand-chose en technique cinématographique, cadrage et compagnie, je peux dire que j'ai... Lire la critique de Barberousse

82 11
Avatar Sassie
10
Sassie ·

Barberousse > Barbe-Bleue > BarbeNoire

C'est avec une certaine mélancolie que j'écris cette critique un peu particulière pour moi à bien des égards, déjà car c'est un des 3 longs métrages de Kuro que j'avais déjà vu. Durant ce marathon lancé maintenant il y a quelques semaines, c'est plus de vingt ans de cinéma que j'ai traversé jusqu'à présent dont dix huit en compagnie d'un duo prolifique qui prend fin ici. Après seize films... Lire la critique de Barberousse

59 7
Avatar Gwimdor
10
Gwimdor ·

Splendeurs et misères des courtes tisanes

La philanthropie, ça n’existe pas, je ne connais pas d’humaniste qui ne soit pas un tantinet misanthrope. Ou alors un sourd aveugle mâtiné d’un couillon. L’humaniste qui se respecte ne peut pas s’aveugler sur la pathétique nature humaine et s’il doit faire passer un correctif quelque part, un bon coup de gamelle sur la gueule vaudra toujours mieux que vingt-six discours mielleux. Kurosawa et... Lire l'avis à propos de Barberousse

179 17
Avatar Torpenn
10
Torpenn ·

Des barbes et des couleurs

Non, ce n'est pas l'histoire d'un pirate anglais flamboyant et sanguinaire qui dévaste les Caraïbes armé de ses 6 pistolets (ça c'est Barbe Noire). Ce n'est pas non plus le récit du gars qui collectionne les cadavres de ses femmes comme un lépidoptériste s'attache à ses papillons (ça c'est Barbe Bleue). Et ça ne conte pas les aventures d'un empereur germain qui part en Croisade pour affronter... Lire l'avis à propos de Barberousse

42 2
Avatar fabtx
10
fabtx ·

Barberousse ou bisounours ?

Depuis un moment, chaque fois qu'il vous prend la folie de défendre des thèses ou des principes simples et humanistes, tels que la fraternité possible entre les peuples, les respects des libertés individuelles, le refus de la peine de mort quelle que soient les multiples exceptions auxquelles voudraient la soumettre votre voisin, votre collègue ou votre boulangère, au grè des craintes... Lire l'avis à propos de Barberousse

50 26
Avatar guyness
10
guyness ·

Plutôt la vie.

[Série "Dans le top 10 de mes éclaireurs" : J. Z. D., Ochazuke, Torpenn ] « Ici, vous serez déçu. Avec le temps, vous comprendrez. » Grand film sur la misère à l’égal des Raisins de la Colère de Ford, ou surpassant Los Olvidados de Bunuel, Barberousse fait le pari d’une empathie progressive. En s’identifiant au nouveau venu Yasumoto, engagé contre son gré et à qui on expose sans détour la... Lire l'avis à propos de Barberousse

64 3
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

"Les derniers instants de la vie d’un homme sont sublimes"

Un sentiment étrange me parcourt. J'ai beaucoup aimé le film, je le sais, mais il ne m'a pas autant bouleversé que ce que j'aurais pu espéré. C'est comme une impression d'inachevée, un sentiment sur lequel je n'arrive pas à mettre la main. Barberousse est très certainement le film ultime sur les relations humaines et sur l'étude de cet animal si étrange qu'est l'être humain. Rarement je n'ai... Lire la critique de Barberousse

36 3
Avatar Wahrgh
9
Wahrgh ·

Immense

Alors tout jeune médecin ambitieux, le docteur Yasumoto se voit affecté au dispensaire de quartier pauvre tenu par un médecin, au premier abord rigide et sévère, surnommé Barberousse. Souhaitant d'abord tout faire pour être réaffecté ailleurs, il va vraiment découvrir qui est ce fameux Barberousse... Akira Kurosawa aura consacré plus de deux ans de sa vie pour mettre en scène cette... Lire la critique de Barberousse

42 1
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Dans le Japon féodal, les héros n'étaient pas seulement samurai

Akahige... N'ayant jamais lu le synopsis avant de le voir, me fiant uniquement au fait que Kurosawa, un de mes génies favoris, avait à nouveau engagé Toshiro Mifune pour tenir le rôle principal de son film, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, si ce n'est les fortes recommandations de mes éclaireurs qui, une fois n'est pas coutume, ne se sont pas trompés. Ainsi, je m'attendais à... Lire l'avis à propos de Barberousse

29 20
Avatar Taurusel
10
Taurusel ·

Toubib un peu bourru

Dans cette fresque sociale de près de 3 heures, Kurosawa laisse non seulement parler toute l'étendue de son savoir faire (fallait bien 3 plombes !) mais il s'efforce surtout à le mettre au service d'un script dont le principal objectif est de faire le tour de la nature humaine, et plus précisément des sentiments qui l'animent. En s'attardant sur des personnages en fin de vie, et aux altruistes... Lire la critique de Barberousse

23 7
Avatar oso
9
oso ·