"I'm not a cat"

Avis sur Batman : Le Défi

Avatar B0mbii
Critique publiée par le

A Gotham trois mondes se confrontent. Gotham est devenu une jungle urbaine où se contredisent chauve-souris, chats et pingouins. Le peuple les accepte car il est dupe.
Max Schreck ne nous vend pas Cobblepot comme un âne, il nous le vend comme un martyr !
Oswald est un freak, il est né ainsi et a été rejeté toute sa vie, confronté à sa propre nature animale qu'il finira par embrasser. Il sauve un bébé d'abord, et veut tous les charcuter ensuite. Il veut charcuter Batman aussi, et se faire Catwoman.
Le peuple l'accepte car il est bien vendu. Il l'accepte alors qu'il bouffe des poissons crus et qu'il croque le pif des gens. Mais dès lors qu'il découvre sa vrai nature, le peuple le rejette comme autrefois. Véritable image de la société, société qui n'accepte pas la différence.

Une société dans laquelle des hommes d'affaire véreux défenestrent leurs secrétaires parce qu'elles ont découvert les pornos qu'ils téléchargeaient. Manque de chatte pour Schreck, sa secrétaire, la gentille et inoffensive Selina en a profité pour révéler son côté félin, véritable monstre enfoui sous l'enveloppe charnelle de cette mignonne petite femme coincée.
Catwoman sort de sa litière avant d'y retourner. Sulfureuse et bandante, Michelle Pfeiffer est parfaite et nous fera facilement oublier la pâle Kim Basinger. Batou en fait les frais, il tombe sous le charme de cette schizo, entre cinglés on se comprend. Une romance aucunement niaise, une romance compliqué, et Dieu que c'est bon, on ne s'attarde pas longtemps dessus.

Batman s'efface, il s'écrase, c'est très probablement lui l'auteur de tout cet élan de folie. On l'accuse de ce qu'il n'a pas fait, il semble absolument perdu.
Perdu, Micheal Keaton l'est aussi, et pour le coup, il était le meilleur choix possible, contrairement au premier où j'avais eu envie de lui taper dessus avec mon rouleau à pâtisserie. D'ailleurs à part le vampire et le pingouin, tout le monde est paumé.

Description pessimiste et grandiose de la psychologie humaine, des schizophrènes, du peuple, Batman Returns n'est pas un défi. Dynamisé par des combats qui ne manquent pas de punch et une nouvelle fois secondé par la sublime bande originale de Danny Elfman, Batman : le Défi est une grande oeuvre avant d'être un des meilleurs films de Tim Burton.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 524 fois
25 apprécient

B0mbii a ajouté ce film à 1 liste Batman : Le Défi

Autres actions de B0mbii Batman : Le Défi