👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après son Edward et ses mains d'argent, Tim Burton revient faire un tour dans l'univers qu'il avait mis en images avec le premier Batman, et le truc sympa, c'est que le Timothy enlève, cette fois, ses moufles.

Batman - pour la dernière fois Michael Keaton, beau gosse, tempes grisonnantes, plus trapu et massif dans le costume du chevalier noir, malgré son faible temps à l'écran, est mieux servi que dans le précédent - a fort à faire : un Pingouin obsédé par ses origines et par le sexe, harangueur de foules - Danny deVito dans un numéro extraordinaire -, et derrière qui se cache l'ogre Max Schrek - Chris Walken dans un rôle de Mogul qui tire les ficelles et qui est aussi un hommage à l'acteur qui joua Nosferatu dans le film de Murnau - décide de se présenter à la Mairie de Gotham city. C'est sans compter sur l'Homme chauve-souris, et sur Catwoman, qui veut en découdre, en véritable chatte de garde, avec tout ce qui porte de près ou de loin, les attributs du sexe masculin.

Caméra aérienne, expressionnisme, mise en scène inspirée, combats et scènes d'actions percutantes, ambiance nocturne poisseuse, Burton sublime le chaos urbain - aux jeux d'ombres répondent les explosions - insufflant une tension sexuelle jusqu'à présent totalement absente de sa filmographie.

Sa Catwoman - miaouh - est une bombe en latex, une chatte qui fouette, et qui fait tourner la tête de tous les mâles qui croisent sa route. une allumeuse sexy (huuuummmm son apparition au tikalikatam tikalikatam bal masqué) incarnée par la magnifique Michelle Pfeiffer - préférée à l'imbuvable Sean Young -, qui de la secrétaire guindée soumise et empotée opère une transformation fantasmagorique et décomplexée en femme fatale masquée, qui miaule et griffe, tiraillée entre le mal et le bien.

Oswald Cobblepot - collectionneur de pépins - et son cirque de Freaks - rejeton de Pee Wee, abandonné sur l'eau dans son panier d'osier, comme Moïse, direction les entrailles de Gotham, étranger dans le monde souterrain, erreur de la nature à la surface, dévoreur d'appendice nasal, peloteur de jolies donzelles - déraciné, en quête d'identité et d'un profond respect et au trépas déchirant , caniche poseur de bombes, vierge de fer en passage secret vers la Batcave, diablotins cracheur de feu pyromanes, chausses trappes, chihuahua empaillé, et léchage sous le gui.

Un chef d'oeuvre.

Burton a-t-il fait mieux depuis ?
DjeeVanCleef
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Un acteur qui tonne : Michael Keaton.

il y a 9 ans

101 j'aime

20 commentaires

Batman - Le Défi
DjeeVanCleef
10

La féline.

Après son Edward et ses mains d'argent, Tim Burton revient faire un tour dans l'univers qu'il avait mis en images avec le premier Batman, et le truc sympa, c'est que le Timothy enlève, cette fois,...

Lire la critique

il y a 9 ans

101 j'aime

20

Batman - Le Défi
Docteur_Jivago
9

Miaou

Trois ans après la réussite Batman, Warner Bros confie à nouveau le super-héros à Tim Burton, d'abord réticent (surtout que les producteurs voulait ajouter le personnage de Robin) mais qui accepta...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

5

Batman - Le Défi
Gand-Alf
10

Masks.

La première aventure cinématographique mise en scène par Tim Burton ayant engrangé un sacré paquet de pognon à travers le monde, la Warner décida de laisser les pleins pouvoirs au cinéaste, à la base...

Lire la critique

il y a 6 ans

56 j'aime

1

Les Fils de l'homme
DjeeVanCleef
10

L'évangile selon Thélonius.

2027, un monde où les enfants ne naissent plus, comme une malédiction du Tout-Puissant, un courroux divin. Un monde qui s'écroule sous les coups des intégrismes de tous poils, où seule, la Grande...

Lire la critique

il y a 9 ans

192 j'aime

35

Heat
DjeeVanCleef
10
Heat

Le Crépuscule des Dieux.

Résumer ça à une fusillade, certes impressionnante, ou à un affrontement entre deux monstres sacrés du cinéma qui ne s'étaient jusqu'alors, croisés, que le temps de quelques fondus enchaînés dans "Le...

Lire la critique

il y a 9 ans

181 j'aime

11