👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Belle réalisation, histoire bêtement expédiée...

Mamoru Hosoda, c'est surement le réalisateur de film d'animation en qui j'ai le plus confiance en ce moment.

Malgré la petite déception Mirai, qui ne m'a pas spécialement plu et m'a même ennuyé malgré la poésie évidente, j'attendais tout de même énormément Belle, à la croisée de Summer Wars et le Garçon et la Bête.
Je n'avais vu que la premier teaser, qui annonçait un film grandiose, beau et touchant. Mais j'étais déjà embarqué. Alors j'ai profité d'une avant-première sur Lille pour le voir au plus vite. Et même si je suis sorti de la salle assez enchanté, en discuter avec des amis m'a fait rendre compte à quel point les soucis que j'avais remarqué, je les avais peut être un peu trop vite oublié...

Globalement, la première partie du film m'a beaucoup accroché. C'est superbe, c'est rythmé, c'est vraiment drôle et attachant. Je me disais "Ahhh, un récit d'une personne qui va prendre confiance en elle et s'ouvrir au monde, j'adore !" Et même si je ne savais pas si j'aurai été surpris, j'aurai aimé.
Mais c'est alors que débarque le personnage de Dragon. Accompagné d'une espèce de groupe de policiers du web dont on ne sait rien, et dont on ne saura jamais rien.

Le soucis se voit immédiatement et la question principale du film se pose : Pourquoi ?
Pourquoi Dragon est-il poursuivi de la sorte ?
Pourquoi débarque-t-il d'un coup au milieu de ce concert ?
Pourquoi ce personnage qui le poursuit possède une arme qui permet de révéler l'identité d'un joueur, et par la suite le bannir définitivement de U ?

Les flics nous expliquent que c'est un joueur agressif, qui va foutre le bordel dans le monde de U, mais en quoi est-il agressif ? On entend parler de centaines de combats qu'il aurait mené et gagné, mais aussi d'abandons ou de défaites. Donc de la violence dans des activités "légales" (des combats en arène ? Du PVP ?) On ne l'a jamais vu agresser qui que ce soit gratuitement, ou démolir quoi que ce soit.
Et le problème est vraiment là !

Car toute l'intrigue du film va se baser sur ça au final : Qui est Dragon ? Mais aussi : Il faut dévoiler son identité et le bannir de U. Alors qu'au final, ça n'a aucun sens !
Belle en devient presque invisible, certes certains joueurs se demandent où elle est et si elle reviendra chanter un jour, mais le personnage principal du film n'apporte plus rien au récit, enfin plus avant l'acte final quoi.

Le soucis aussi avec l'arrivé de Dragon, c'est qu'on comprend immédiatement qu'une espèce de romance 2.0 va s'effectuer. Et je ne crois pas mentir si je dis que Belle est complètement obsédée par lui (et se demande si elle l'aime) alors qu'ils ont échangé dans le film pas loin de deux ou trois phrases, et une chanson. (??)
Donc forcément, on y croit PAS DU TOUT. Et c'est dommage. Tout comme le fait que nous avoir présenté pas mal de personnages du monde réel laissait penser qu'ils auraient une quelconque utilité dans le récit et le monde virtuel, mais non. Au final le personnage de Shinobu ne sert à rien, tout comme celui de Luka ou Kamishin.

Mais voilà : Mamoru Hosoda arrive comme toujours à soigner ses moments forts, et une fois encore, il a réussi à m'émouvoir aux larmes à plusieurs moments (et forcément lors du climax du film, juste avant le dernier acte, surtout sur le plan après le chant, où Suzu comprend l'acte de sa mère, son sacrifice afin d'aider un parfait inconnu, tout comme elle le fait pour Dragon).
Car il magnifie ces passages grâce à sa mise en scène. Grâce à l'animation, les couleurs, et surtout ici, les musiques. Tout est là pour nous en mettre plein les yeux et nous faire chaud au coeur comme il l'a déjà fait dans ses précédents films.
Et grâce à ça, on a tendance à oublier à quel point le film était un peu bordélique et plein de plot holes.

C'est alors que le dernier acte tape fort, et enchaîne les facilités comme j'ai rarement vu dans un film. Même si le message du film (le sacrifice de soi pour aider autrui) marche bien, ça reste quand même absurde tout ce qu'il s'y passe.
Que ce soit le manque d'explication du fonctionnement de U (Suzu court dans le monde réel jusqu'à son école mais vit en même temps dans le monde virtuel et fait des actions diverses (comment voit-elle en fait ??), le fait que'elle parte SEULE à Tokyo pour faire face à un père qui maltraite ses enfants, que les adultes la laissent faire, pour retrouver sans adresse ni rien l'endroit exacte où ils habitent, puis ce face à face final où le père perd totalement pied d'un coup et s'enfuit lâchement (???).
C'était très bizarre à regarder. Mais bon, allez, on accepte et on avance. Et le film se conclut sur une note douce et positive, plus naturelle que tout ce qu'on a vu jusque là.

... Bon.
Je pensais écrire un avis assez rapide, mais au final je me retrouve à écrire ce pavé infini, haha.
Le film est bon, il est beau, il fonctionne bien, mais on ne peut pas pardonner toute ces erreurs dans le scénario ou la narration rushé, qui clairement plombe un film qui aurait mérité de mieux installer certaines choses pour réellement fonctionner.
Difficile aussi de ne pas sentir ce sentiment de déjà vu. Certes c'est dans la continuité de Summer Wars, mais on a pas trop de nouveautés quoi. Dommage.

POST MASTERCLASS AVEC LE RÉALISATEUR

La petite FAQ qui a suivit la séance était par contre intéressante, car Hosoda a pu nous expliquer en quoi pour lui, il appréciait cette histoire de la Belle et la Bête, l'inversion des croyances au début et à la fin du film (la bête est en fait une victime innocente).
Le fait qu'il a adoré le film de Jean Cocteau, et la version de Disney, et qu'il a voulu faire la sienne (la séquence du château est d'ailleurs surement un hommage à la version de Disney, reprenant parfois certains cadrages et plans de manière évidente je trouvais) D'ailleurs la raison pour laquelle il a fait appel à Jin Kim (célèbre character design des derniers longs-métrages de Disney) pour le design de Belle.

Lors d'une question sur son intérêt pour internet à travers ses films, il a répondu vouloir montrer (contrairement à d'autres films où souvent internet est montré de manière plutôt négative, dans des mondes plutôt dystopiques) que internet fait partie de notre vie de nos jours, et qu'il faut l'accepter, et qu'il faut surtout profiter de cet outil de communication pour faire le bien, et réunir les gens.
Mais qu'il n'était pas aveugle sur ses aspects négatifs, et que c'est pour cela qu'il y a dans le film des passages avec des commentaires de rageux, de harcèlement etc...

Le thème de la maltraitance aussi est assez osé. Surtout dans cette période covid où le phénomène a apparemment pris pas mal d'ampleur. (que ce soit les enfants, où la violence sur conjoint etc...)

Pour conclure, je dirai que c'est un film qu'il faut voir, surtout si on aime le travail de Mamoru Hosoda. C'est surement son film le plus impressionnant en terme d'images et de mise en scène. Même s'il a déjà fait très fort par le passé.
C'est un film beau, touchant, avec des thématiques assez fortes, qui bien que malmené par une histoire brouillonne, saura toucher pour sûr un large public.

Mais au final, mis à part écouter la bande original du film quand elle sortira, je vais plutôt me contenter d'aller bientôt revoir Summer Wars et Le Garçon et la Bête, qui sont je trouve bien plus réussi dans le genre.
Allez, j'ai quand même hâte de voir son prochain long métrage de toute manière et mon admiration pour son travail n'a pas faibli.

(Au final j'ai bien aimé la critique de StartJo sur le site, que je vous conseille de lire, et je dis un peu la même chose. Mais j'ai quand même tenu à apporter ma pierre à l'édifice, tout en parlant un peu plus librement et ne cherchant pas à faire de belles phrases tout le temps. Mon ressenti sur le vif.)

Clampy
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 6 mois

12 j'aime

1 commentaire

Belle
Behind_the_Mask
9
Belle

Connecting people

Ne croyez pas ceux qui, sur base d'un simple argument de départ, rapprochent Belle de Summer Wars, ou en feraient une simple suite. Car Belle est très loin de cela, même s'il y a dedans un monde...

Lire la critique

il y a 7 mois

39 j'aime

18

Belle
Sergent_Pepper
7
Belle

Show : your ennemy.

Le modeste Mirai, ma petite sœur, avait laissé le spectateur un peu sur sa faim quant au cinéma d’animation de Mamoru Hosoda : ce dernier semble en avoir pris conscience, au point que le prologue de...

Lire la critique

il y a 5 mois

35 j'aime

2

Belle
titiro
8
Belle

De toute beauté.

Quelle séance... Le genre de séance qui vous fait rester jusqu'au bout du générique pour ne pas louper une miette. Le genre de séance qui vous fait rester quelques minutes devant votre cinéma, le...

Lire la critique

il y a 5 mois

18 j'aime

10

Pokémon Épée
Clampy
5

GameFreak, poké escrocs.

Il est temps de réagir, vraiment. Oui le jeu est plaisant, il est fun à jouer, l'ambiance sonore est quand même réussi (malgré quelques musiques très moyennes, certaines sont vraiment cools). Mais...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

9

Petit Paul
Clampy
8
Petit Paul

Critique de Petit Paul par Clampy

Au diable les critiques, mais je les comprend parfaitement, surtout à propos du concept de base qui est grave chelou, du "porno" avec en héros un garçon de 10 ans qui a une grosse bite, ça sent...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

2

Ki & Hi
Clampy
5
Ki & Hi

Pour passer le temps et encore...

J'ai reçu ce "manga" à Noël, étant catégorisé comme fan de la fameuse bande-dessinée japonaise. Je me suis dis, pourquoi pas. Malgré les nombreuses réticences (javais feuilleté en...

Lire la critique

il y a 5 ans

6 j'aime