J'ai pas tout compris

Avis sur Blade Runner 2049

Avatar Chevalier Petaud
Critique publiée par le

(légers spoilers)

Quand je suis sorti de la salle de cinéma, il m'a fallu quelques instants avant de reprendre mes esprits. En fait, j'aurais été bien en peine de retracer depuis le début le scénario (la VO sous-titrée allemand n'a peut-être pas aidé). En revanche, j'ai les idées assez claires sur mon ressenti de spectateur, et je pourrais aisément différencier ce qui m'a plu et ce qui m'a déplu.

Ce qui m'a plu, d'abord, c'est l'atmosphère stylée et plus réaliste que le premier Blade Runner où il faisait toujours noir avec de la fumée et de la pluie, comme si le jour n'existait plus, avec des gens qui semblent tous dormir dans la rue malgré les immeubles géants. Ici, le confort technologique reste présent, dans les voitures et dans les chambres notamment. Les effets spéciaux sont, comme on peut s'en douter, bien mieux que ceux d'il y a 35 ans, d'où une ambiance visuelle plus réussie.
Les acteurs sont assez bons, avec une appréciation particulière de Ryan Gosling dans son long manteau stylé, avec son côté émotions contenues qui colle parfaitement au personnage. Je ne peux pas m'empêcher de penser qu'il y a une sorte de passage de témoin entre les acteurs phares de l'ancienne génération et de la nouvelle (surtout Harrisson Ford - Ryan Gosling en fait).
Les quelques combats, avec des coups bien sentis et des acteurs pas indestructibles, sont plutôt agréables à regarder. Seuls les high kicks de l'assistante de Wallace sont peut-être un peu too much. Mais mention spéciale au passage où elle se fait étrangler pendant plusieurs dizaines de seconde, vu que oui, normalement, il se passe pas mal de temps avant qu'on ne tombe inconscient à cause du manque d'air.

Et pour passer aux points négatifs : qu'est-ce que c'est long ! On retrouve le rythme souvent lent du premier opus, et ce n'est pas forcément une bonne chose. Les 2h40 se font sentir. Surtout que, deuxième point, le fil rouge n'est pas facile à suivre. Beaucoup de scènes sont marquantes, de l'arrivée de l'hologramme à la rencontre avec Deckard, mais l'articulation a du mal à se faire. Comme si le film avait voulu caser trop de choses en essayant de les relier tant bien que mal. D'où, probablement, mon impression confuse à la fin. Pire, avec cet assemblage, on se retrouve à toucher à des questions philosophiques sans chercher plus que ça les réponses. Un hologramme peut-il avoir des sentiments, à défaut d'avoir un corps physique ? Faut-il reconnaître les réplicants comme des humains, puisqu'ils en ont le corps et la conscience ? Si l'on crée le clone parfait d'un humain avec les mêmes données physiques, a-t-il la même âme/identité que son modèle ? Ces problématiques sont à peine effleurées et le film semble ne jamais prendre parti.
Aux défauts du film, j'ajouterais une musique parfaitement oubliable : aucune mélodie ne se détache du lot. On en arrive presque à un simple bruit dans les graves qui fait trembler la salle sans plus d'intérêt. D'autre part, une amie me faisait remarquer que la présence répétée de corps féminins nus était superflue et c'est plutôt vrai (signe de décadence de la civilisation, à la rigueur...). C'est à peine si l'on observe un léger mieux au niveau mixité des personnages comparé au premier opus où elles étaient réduites à des rôles assez secondaires : ici, on a quand même une assistante démoniaque et une patronne qui s'impose. Mais c'est tout, finalement.

En guise de conclusion, Blade Runner 2049 est finalement une version modernisée du premier Blade Runner, qui tente d'explorer de nouvelles choses en reprenant l'univers déjà posé. Le monde dystopique est bien posé, mieux même que dans le film original qui en faisait des caisses avec un monde sans lumière naturelle. Mais le premier film avait l'avantage de créer l'univers. Ici, il ne s'agit que de le reprendre. On aboutit à une réalisation propre visuellement, mais avec un scénario complexe dans le mauvais sens du terme, car il perd en clarté et semble vouloir aborder trop de sujets sans y consacrer le temps.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 182 fois
1 apprécie

Chevalier Petaud a ajouté ce film à 1 liste Blade Runner 2049

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films de 2017

    Les meilleurs films de 2017

    Avec : La Boucherie Éthique, The Lost City of Z, Sword Art Online Movie : Ordinal Scale, 120 battements par minute,

Autres actions de Chevalier Petaud Blade Runner 2049