L'histoire d'un Belge déjà Aware en 1988

Avis sur Bloodsport, tous les coups sont permis

Avatar Marsellus Wallace
Critique publiée par le

Nous remontons en l'an de grâce 1988 et un jeune Belge du nom de Jean-Claude Van Varenberg dit Jean-Claude Van Damme en arrive à son 5ème film. Après une prestation qui aura le mérite de rester graver dans les "anales" avec Karate Tiger (1985), il débarque cette fois avec un premier rôle tenant le personnage de Franck Dux, inspiré de faits réels blablabla...

Il serait trop facile (en fait non...) de ne prendre que l'aspect purement The Muscles from Brussels de Jean-Claude Van Damme en imaginant ce film comme une façon d'exhiber les biscotos, le sang, la sueur et l'acting studio surjoué.
Au delà d'un Kumite, les combattants dépassent leurs limites afin d'être prêts pour ce qui semble être l'un des moments les plus exaltants qu'ils puissent vivre.

"Pour vous faire honneur... Shidôshi"

Quand Capitaine Dux (oui oui il est Capitaine) s'échappe de l'armée pour retrouvé Senzo Tanaka, s'en est le parfait exemple : il sacrifie une partie de lui même, de sa vie, des sacrifices qu'il a fait pour en arrivé là afin de transcender son existence et honorer son Shidôshi (instructeur)

La façon dont Jean-Claude Van Damme joue (ou plutôt surjoujoue) l'acting studio est relativement drôle en soit mais elle montre les intentions d'un Homme, d'un Acteur (vous remarquerez les majuscules) qui n'a que des bonnes intentions, qui ne veut que bien faire les choses. Et que dire ! Il fait bien les choses :
Les coups de bâtons, les chûtes interminables surjouées à la perfection et le Rei après ses interminables taloches dans le museau nous donne presque envie de se lever de sa chaise et de supporter Mr Belgium comme des hooligans supportent leur équipe après avoir enquillé dans le cornet 6 pintes de Duvel à 9°.

Mais nom d'une pipe à fleur, Jean-Claude régale de générosité dans ce film...

Je viens sur SensCritique depuis des lustres et je passe le pas d'enfin mettre ma 1ère critique qu'est celle-ci.

Comme dirait un certain Rocky Balboa : La bête elle est plus là... Elle est partie

On se revoit bientôt ! ;-)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 77 fois
4 apprécient

Autres actions de Marsellus Wallace Bloodsport, tous les coups sont permis