👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Qu’il s’agisse du matériau de base, les circonstances de production ou l’intrigue même de ces ultimes facéties, l’essence de The Rise of Thadland en faisait un objet voué à un accueil étriqué. D’abord évincé du petit écran, Blue Mountain State fit appel à l’appétence d’une fanbase résolue afin de trouver un second souffle dans un format long, cette énième campagne de crowdfunding réussie n’étant alors pas sans rappeler le cas Veronica Mars.

Les tribulations télévisuelles de Moran and co. invoquant un humour de prime abord gras à souhait, il allait sans dire que son rejeton filmique s’adresserait à un public des plus ciblés, en l’occurrence majoritairement acteur de son renouveau (moi compris) : mais par-delà le plaisir de revoir en action cet abruti de Thad, l’exercice du changement de format posait un challenge nullement anodin, telle que la transposition/adaptation d’une identité originellement efficace en 20 minutes... quid de 90 à présent ?

À chaud, le premier visionnage m’avait laissé une bonne impression, quelques ressorts comiques et séquences particulières ayant eu raison de faiblesses narratives palpables... source d’un mécontentement virulents pour beaucoup (proches compris). Dans un second temps, il m’est aujourd’hui évident que The Rise of Thadland n’est aucunement le « messie » tant attendu des fans, si ce n’est une tentative louable de faire perdurer une aventure unique en son genre : l’ensemble demeure néanmoins clairement insuffisant, l’héritage du show accouchant d’une intrigue étrillée, faiblarde et trop peu généreuse.

L’impression générale rend donc compte d’un essoufflement abrupte, le long-métrage ayant tôt fait de s’enliser dans une simplicité de tous les instants : certes, il eut été malvenu d’attendre davantage du main plot, ici probant au regard de l’A.D.N. de Blue Mountain State, mais les limites matérielles imposées par le budget se voient exacerbées par une criante absence d’ambition scénaristique.

Paresseux à l’excès, The Rise of Thadland s’échine donc à multiplier les grosses ficelles afin de fomenter un récit n’ayant ni queue ni tête, là où les épisodes vénérés étaient ni plus ni moins bien ficelés... quand bien même il devait s’agir d’une avalanche d’absurdités, car ces dernières étaient à juste titre cohérentes à l’échelle de ce développait savamment la série. En guise de contrepoids, le plaisir de retrouver à l’écran cette équipe de bras cassés y va forcément de son petit effet, mais il en ressort finalement une vaine tentative de contenter sans effort le fan de la première heure.

Les brèves apparitions (inutiles) de Shilo ou Radon étayent cette impression de fan service fadasse, tandis que les premiers rôles n’auront auparavant rien apporté de neuf à leurs fameux exploits : feignant de bout en bout l’irrévérence et une liberté de ton aucunement convaincante, le film échoue donc à faire tenir débout son postulat déjanté, mais éventé. Reste l’apport salvateur de quelques gags parfois bien sentis, de quoi maintenir l’illusion d’une fête interminable mais dynamique... s’il n’en n’est rien, la farce aura donc battu 1h30 durant le chaud et le froid, ne trouvant alors son salut qu’au travers de l’amour de la première heure pour le show.

Pauvre dans le fond comme la forme, The Rise of Thadland enjoint donc à la grimace, nappée d’une déception toute relative... le plaisir coupable aidant un peu à entrevoir du bon dans tout ce mauvais goût, ici amputé de ce qui faisait le charme de Blue Mountain State : faire du fin avec du gras.

NiERONiMO
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Ce que cachait encore mon disque dur pour 2017

il y a 4 ans

Blue Mountain State : The Movie
NicolasRouat
4

Critique de Blue Mountain State : The Movie par Nicolas Rouat

Bien que ce soit un plaisir de retrouver les personnages de la série, le niveau affiché par le scénario et la réalisation est en deçà de ce que la série a pu nous proposer précédemment. L'idée de...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

Blue Mountain State : The Movie
DonPascualino
4

Critique de Blue Mountain State : The Movie par DonPascualino

Succès sur Kickstarter, le film BMS avait l'occasion de conclure de manière grandiose une aventure (trop courte) de trois saisons d'une des séries les plus déjantément drôles de ces dernières années...

Lire la critique

il y a 5 ans

The Big Lebowski
NiERONiMO
5

Ce n'est clairement pas le chef d'oeuvre annoncé...

Voilà un film qui m’aura longuement tenté, pour finalement me laisser perplexe au possible ; beaucoup le décrivent comme cultissime, et je pense que l’on peut leur donner raison. Reste que je ne...

Lire la critique

il y a 7 ans

33 j'aime

Snatch - Tu braques ou tu raques
NiERONiMO
9

Jubilatoire...

Titre référence de Guy Ritchie, qui signa là un film culte, Snatch est un thriller au ton profondément humoristique ; le mélange d’humour noir à un scénario malin et bien mené convainc grandement,...

Lire la critique

il y a 7 ans

18 j'aime

3

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
NiERONiMO
4

Le maux de la fin

Il était temps que tout ce beau foutoir prenne fin : The Rise of Skywalker, neuvième volet de la plus « grande » saga de space opera du Septième Art, est venu mettre un terme à une trilogie...

Lire la critique

il y a 2 ans

10 j'aime