👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Ce n'est clairement pas le chef d'oeuvre annoncé...

Voilà un film qui m’aura longuement tenté, pour finalement me laisser perplexe au possible ; beaucoup le décrivent comme cultissime, et je pense que l’on peut leur donner raison.

Reste que je ne suis jamais vraiment rentré dedans, bien qu’il faille reconnaître que cette réalisation de la paire Coen mêle avec un certain brio une ambiance décalée et vaguement comique à une intrigue un tant soit peu policière.

Mais commençons d’abord par l’attraction première de The Big Lebowski, en la personne du fameux « Dude » ; l’énergumène en question (Jeffrey Lebowski de son vrai nom) est l’incarnation du flemmard se contentant du peu de ce qu’il a, aussi l’on pourrait résumer brièvement son univers au bowling et la bière (ainsi que le white russian), tandis qu’un look pour le moins décontracté (pour ne pas dire négligé… ce qui est d’ailleurs le cas) le caractérise en tout point physiquement.

Autrement, celui-ci se révèle finalement assez attachant, amusant de par certains aspects, mais aussi lourdingue par d’autres ; heureusement, le personnage bénéficie d’une interprétation parfaitement exécutée de la part de Jeff Bridges, qui aura eu pour mérite de donner vie (avec réussite) à un hurluberlu des plus uniques en son genre.

Ainsi, le long-métrage nous conte comment cette figure parfaite de l’anti-héros de base va voir sa petit vie bien rodée (et tranquille) être chamboulée, un malheureux quiproquo apportant avec lui son lot de folles péripéties ; The Big Lebowski nous fait alors l’étalage de ses petits malfrats et autres protagonistes tantôt fantasques, tantôt volontairement clichés, le tout donnant lieu à un scénario plus dense qu’il n’y parait au premier abord, quoique un peu trop fouillis.

Au bout du compte, rien de bien sensationnel en vue, et les tribulations du Dude maintiennent avec difficulté notre attention en éveil, d’autant que l’ambiance générale se dégageant de The Big Lebowski se veut avant tout légère.

Toutefois le film arbore un casting efficace en la matière, tant les diverses interprétations sont malgré tout réussis ; aussi, sans revenir sur la prestation de Jeff Bridges, l’on pourrait citer John Goodman et son personnage de Walter, qui s’illustre à l’écran au gré de gueulantes énergiques et pour le moins convaincantes, ou encore un John Turturro déjanté au possible dans son rôle de Jesus.

Bref, The Big Lebowski donne l’impression de mériter plus qu’un simple coup d’œil, comme son statut de film culte tend à le rappeler ; dans mon cas un unique visionnage suffira amplement, car je n’ai tout bonnement pas été charmé.

Un film correct en somme.
NiERONiMO
5
Écrit par

il y a 7 ans

33 j'aime

The Big Lebowski
Eren
9

La crème de la crème.

Soyez cool. Regardez la gueule du Dude. Avec sa posture tire-au-flanc, son caleçon douteux et ses sandales. Mais derrière son bouc touffu et sa touffe de cheveux, Lebowski est un gros nounours...

Lire la critique

il y a 8 ans

143 j'aime

7

The Big Lebowski
real_folk_blues
8

Coen si dense

Film emblématique du crépuscule de la génération 90's, encore un peu insouciante, encore un peu légère et flottante avant la gueule de bois des années 2000, et malgré quelques petits défauts, The Big...

Lire la critique

il y a 10 ans

123 j'aime

30

The Big Lebowski
Sergent_Pepper
9

Au jeu des bras cassés on se tire la bourre : Chanson de geste

“Sometimes there is a man”, hors des vicissitudes L’œil au risque aguerri, les jambes écartées De diverses boissons la barbe maculée Faites place au champion, l’inénarrable Dude. Chômeur invétéré...

Lire la critique

il y a 7 ans

117 j'aime

12

The Big Lebowski
NiERONiMO
5

Ce n'est clairement pas le chef d'oeuvre annoncé...

Voilà un film qui m’aura longuement tenté, pour finalement me laisser perplexe au possible ; beaucoup le décrivent comme cultissime, et je pense que l’on peut leur donner raison. Reste que je ne...

Lire la critique

il y a 7 ans

33 j'aime

Snatch - Tu braques ou tu raques
NiERONiMO
9

Jubilatoire...

Titre référence de Guy Ritchie, qui signa là un film culte, Snatch est un thriller au ton profondément humoristique ; le mélange d’humour noir à un scénario malin et bien mené convainc grandement,...

Lire la critique

il y a 7 ans

18 j'aime

3

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
NiERONiMO
4

Le maux de la fin

Il était temps que tout ce beau foutoir prenne fin : The Rise of Skywalker, neuvième volet de la plus « grande » saga de space opera du Septième Art, est venu mettre un terme à une trilogie...

Lire la critique

il y a 2 ans

10 j'aime