Affiche Breakfast Club

Critiques de Breakfast Club

Film de (1985)

En chacun de nous, il y a une grosse tête, un athlète, un cinglé, une princesse, un rebelle

Breakfast club est une excellente surprise. C'est bel et bien le meilleur teen-movie qu'il m'ait été donné de voir et à n'en pas douter le meilleur film de John Hughes. Breakfast club raconte l'histoire de 5 adolescents ne se connaissant pas qui doivent passer un samedi en retenue sous la surveillance d'un professeur peu sympathique. C'est sur ce pitch de base extrêmement simple que... Lire l'avis à propos de Breakfast Club

107 4
Avatar Samu-L
8
Samu-L ·

Full Breakfast

Au même titre que le Magicien d’Oz, The Breakfast Club fait partie de ces films qui jouissent du statut de film culte aux Etats-Unis, alors qu’ils sont très peu connus dans nos contrées. Il suffit de regarder des films ou séries américaines pour voir à quel point ce film a marqué le pays. Il faut dire que quasiment toutes les séries (du moins les séries humoristiques) ont fait une petite... Lire l'avis à propos de Breakfast Club

104 7
Avatar Bondmax
10
Bondmax ·

You see us as you want to see us...

John Hughes était écrivain pour le National Lampoon lorsqu'il déplorait que l'adolescence ne soit pas dignement représentée au cinéma en dehors d'un comique burlesque à la limite du dénigrement. Il a alors écrit un scénario mettant en scène 5 adolescents à fleur de peau confrontés les uns aux autres dans un huis clos de plusieurs heures. Claire, la fille à papa (jouée par Molly Ringwald, la muse... Lire la critique de Breakfast Club

59 11
Avatar VirginiA
9
VirginiA ·

They are not alone !

Inutile d'y aller par quatre chemins, je ne me suis penché sur The Breakfast Club que pour replacer dans son contexte la réplique fondatrice du study group de la (formidable) série Community lancée par Abed dans le pilote... Lire l'avis à propos de Breakfast Club

36 4
Avatar Hypérion
7
Hypérion ·

Bocadillo de Ramon

Mars 1984, un samedi, cinq lycéens se retrouvent coincés dans la bibliothèque de leur établissement pour le plus grand défi de leur vie, supporter les quatre autres huit heures durant. Interdiction de parler, de bouger (et donc d'aller faire pipi OH PUTAIN) ainsi qu'une dissertation bien sympathoche d'un millier de mots minimum à rendre pour les amener à méditer un peu sur leurs actes pas très... Lire la critique de Breakfast Club

60 6
Avatar akhcuonilua
10
akhcuonilua ·

Rebel Rebel.

Il se dit de-ci de-là que Breakfast Club serait l'aîné de tous les teens-movies malgré tout, ce film n'est pas simplement un film destiné aux adolescents, mettant en scène des adolescents. Breakfast Club est probablement le plus juste, le plus prenant, le plus émouvant aussi, des films dédiés à cet âge bâtard, ingrat et incompris durant lequel on laisse derrière soi la légèreté de l'enfance et... Lire l'avis à propos de Breakfast Club

26 5
Avatar Jambalaya
8
Jambalaya ·

Don't you

Voir Breakfast Club, c'est comme plonger tête la première dans une époque toute entière : les vêtements, la musique, les dialogues, le rythme, tout fleure bon les années 80. Mais ce qu'il y a de drôle aussi - après coup, c'est de se rendre que même sans avoir vu le film, on le connait déjà un peu. La chanson de Simple Minds que j'ai dû écouter pour la première fois il y a une dizaine d'années,... Lire la critique de Breakfast Club

42 5
Avatar PFloyd
7
PFloyd ·

The real Slim Sheedy

J'annonce, ce film je l'ai surnoté. Pourquoi? Parce que malgré le fait que ces ados exagèrent leurs problèmes au moins autant que Neil Perry du "Cercle des Poètes Disparus", comment ne pas être bluffés devant la sincérité des jeunes acteurs? C'est bien simple, c'est la 1ère et dernière fois qu'on pourra voir Emilio Estevez jouant "Andy", aussi bon (malgré mon affection pour "Maximum... Lire l'avis à propos de Breakfast Club

62 9
Avatar Matrick82
7
Matrick82 ·

À poil.

Quand j'avais vingt ans et la fibre festive, je finissais toutes les nuits à poil. Avec une fille dans l'idéal (idéal toujours trop rare), ou tout seul debout sur une table, à faire mon numéro comme une compensation, une chaussette pour toute intimité, comme une arrogance contre le cosmos. Une ou deux fois j'ai pécho déjà nu, comme si le cosmos, tout compte fait, voulait bien reconnaître mon... Lire la critique de Breakfast Club

21 8
Avatar VernonMxCrew
10
VernonMxCrew ·

Don't you (Forget about me)

C'est l'histoire du teen-movie ultime. D'une chanson originale qui tabasse et d'un huit-clos fascinant. Il y'a la prom queen et sa moue stupide, l'athlète sanguin, le premier de la classe , le rebelle faussement détaché et la dérangée psychique. Toute la belle société du lycée est réunie en colle durant un samedi après-midi banal et pluvieux. Surveillés de près par un proviseur stupide et... Lire la critique de Breakfast Club

22 3
Avatar Wings
9
Wings ·