C'est qui qui a la plus grosse (à Marseille) ?

Avis sur Bronx

Avatar Thomas Harnois
Critique publiée par le

Avec « Bronx » Marchal fait du Marchal jusqu'à l’écœurement en décrivant un univers saturé de violence, de corruption, de type virils, laids et dégueulasses gravitant dans leur univers clos de pourriture.
La police marseillaise ne sort pas grandie de ce film avec une implication de corruption jusqu'à haut niveau.
Le respect du droit, des procédures, le long travail d'investigation, Marchal n'en a que faire, lui ce qu'il a retenu de ses années de police, ce sont les règlements de compte "pan-pan-pan" à l'arme automatique et les concours de "quéquettes" dans les vestiaires.
Des femmes réduites à des rôles de potiches, aucun personnage pour sauver l'autre, une noirceur, une violence et une bêtise poussées à leur extrême.

Seul fait notable, le petit rôle accordé à Kaaris, qui ne décrochera pas le César de la meilleure interprétation pour ces 3 dialogues teintés de son accent « made in 93 » !

Et si on passait à autre chose ?
La critique complète ici :
https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2020/11/bronx-olivier-marchal.html

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 17 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Thomas Harnois Bronx