"Cell (la misère !)"

Avis sur Cell Phone

Avatar RAF43
Critique publiée par le

Voici le pire cauchemar des opérateurs téléphoniques et surtout le pire cauchemar de tout cinéphile qui se respecte. « Cell phone » d’après le roman de Stephen King «Cellular», raconte l’histoire d’un signal émis par les portables transformant ses utilisateurs en tueurs sanguinaires. Sans avoir lu le roman, le film semblait sympa à en croire la bande annonce vue sur le Net. Au casting, John Cusack (aïe!) essaye d’endosser le rôle de Clay Riddell, dessinateur de bandes dessinées, ayant abandonné femme et enfant (Cliché ! Cliché !). Un an après, pris de remords (pas très vif le garçon !), Clay décide de faire table rase du passé et de prendre l’avion pour revoir les siens. A cet instant, un point commun nous unit avec le héros, le remord ! Celui d’avoir voulu voir ce film. Mais la curiosité hélas, l’emportera. Quand le chaos va s’abattre sur l’aéroport de Boston à travers les cellulaires des passagers, Clay (Cusack) va dévoiler tout son panel d’émotion (vous remarquerez que je ne mets pas de « s » à émotion). Bref Clay, hébété, le regard bovin (panel d’émotion N°1) ne comprenant pas trop ce qu’il se passe, décide de se mettre à plat ventre. À cet instant, le film va prendre une tournure cultissime, Clay impuissant, affolé (panel d’émotion N°1) va enfiler son bonnet ! Un bonnet magique qui le propulsera hors de l’aéroport à la rencontre de Samuel L Jackson (toujours pas à la retraite), chauffeur d’une rame de métro en panne. A cet instant, un point commun nous unit avec le métro, on rame ! Tout ça en un quart d’heure, le reste du film est aussi vide qu’une batterie de portable non rechargée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3045 fois
13 apprécient

Autres actions de RAF43 Cell Phone