Un film engagé sans être lourd

Avis sur Chez nous

Avatar Elsa la cinéphile
Critique publiée par le

Voilà un film en forme de claque sur un sujet d'actualité : le racisme et la montée de l'extrême droite dans le nord de la France.

Le sujet est traité avec brio et une grande subtilité par Lucas Belvaux, scénariste et metteur en scène de génie.
J'ai trouvé qu'il évitait tous les pièges inhérents à ce type de sujets.

Très peu de clichés, car les personnages sont dépeints avec subtilité. Hormis peut-être celui d'Agnès Dorgelle interprété par une Catherine Jacob sublime de froideur, je n'ai pas trouvé les personnages caricaturaux, alors que c'est ce qui a été beaucoup reproché au film.
Certains cachent bien leur jeu (le Dr Berthier ou Stanko). D'autres font preuve de réflexion et arrivent même à changer de cap ou à pardonner (Pauline et son père).

Contrairement à ce que j'ai pu lire ou entendre, le scénario n'est pas cousu de fil blanc. Il y a même des rebondissements assez inattendus (notamment dans le dernier quart d'heure).
Le discours politique d'un certain parti politique que l'on connait bien et qui ressemble à s'y méprendre, dans son idéologie, au "Bloc" du film, est hyper bien analysé et repris par Belvaux.
La ressemblance est tellement troublante qu'elle a fait grincer des dents du côté des militants et sympathisants de ce parti là. Sans doute se sont-ils reconnus ? hi, hi, hi ...
http://www.telerama.fr/cinema/lucas-belvaux-chez-nous-s-adresse-a-ceux-qui-ont-l-impression-d-avoir-ete-trahis-et-qui-sont-en-colere,153970.php

Les éléments de langage des discours, la passion des militants, les liens obscurs avec les "identitaires" extrémistes et violents, la manipulation des foules, l'embrigadement de certaines personnes, mises brutalement sur le devant de la scène comme têtes de listes sont très finement rapportés.

De même le contexte socio-économique qui sévit dans la région, avec son cortège de chômage, de précarité, de stress, de repli sur soi, de fractures sociales, géographiques et idéologiques, de rejet, de racisme ambiant voire d'affrontement est bien décrit.

Je trouve que c'est un film vraiment important dans le contexte actuel, un film engagé sans être lourd. Lucas Belvaux a choisi de le sortir en plein campagne pour la présidentielle 2017, dans un contexte de forte montée du front national dans les sondages. C'est un des rares cinéastes actuels à se saisir de ce sujet de manière aussi frontale (c'est le cas de le dire !).

De plus, il est porté par une palette d’acteurs choisis et dirigés avec soin, dont la plus centrale et la plus brillante st sans conteste Emilie Dequenne ...

Bon d'accord, je suis une fan inconditionnelle d'Emile Dequenne depuis la première heure, mais quand même, vous ne l'a trouvez pas sublime, convaincante, naturelle ?
Une des meilleures scènes est d'ailleurs à mon avis celle où Pauline écoutant la radio, se rend compte qu'elle a été manipulée par le parti et qu’elle sert de potiche, rompant avec ses idéaux familiaux communistes et trahissant son père.

Guillaume Gouix, André Dussolier et Catherine Jacob ne déméritent pas, de même que le père et les enfants, ainsi que les interprètes des rôles plus secondaires (la meilleure copine qui vire facho, les patients de Pauline, l'amie d'enfance militante de gauche).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 202 fois
3 apprécient

Elsa la cinéphile a ajouté ce film à 7 listes Chez nous

Autres actions de Elsa la cinéphile Chez nous